►   Recevoir la newsletter 
Cahuzac lutte contre la fraude fiscale
Manuel Valls aimait bien Cahuzac, pourquoi le nier aujourd’hui ?
marinelepen
Marine le Pen plus marxiste que la CGT
boudon_carre
Raymond Boudon : “Le leadership des USA est incontestable”
abed
Réconciliation Nationale n’appartient pas à Dieudonné et Soral mais à Franck ABED

Analyse des invités de France Culture en avril 2012

6 mai 2012, 23:42 Auteur : 13 commentaires

En parallèle de l’analyse des invités des émissions radio ou télévisées, il nous a paru utile d’analyser les invités de toute une chaîne, radio ou télé, sur une période donnée. Nous commençons par France Culture pour la période d’avril 2012. Chaque analyse, d’émissions ou de chaînes, vient compléter le puzzle géant des invités des médias de ce pays, pour nous donner une idée plus précise des connivences, favoritismes, renvois d’ascenseurs et autres tendances idéologiques à l’œuvre avec l’argent de tous. Ceux qui veulent participer à leur niveau à ce travail colossal de contrôle citoyen des médias peuvent envoyer un mail à jean@enquete-debat.fr, ils ne seront pas de trop.

Une chaîne de radio très clairement de gauche

France Culture est la chaîne bien connue du service publique, appartenant à Radio France, et dirigée actuellement par Olivier Poivre d’Arvor. Notons pour commencer la polémique qui a opposé récemment ce dernier à Nicolas Sarkozy : M. Poivre d’Arvor a en effet affiché publiquement son soutien à François Hollande pour l’élection présidentielle. Nous allons constater en effet que l’antenne de France Culture reflète très largement ce soutien à la gauche et à l’extrême-gauche dans notre pays.

Nous avions déjà noté dans de précédents articles que la porte-parole du Front de gauche, Clémentine Autain, disposait d’une émission hebdomadaire depuis 2 ans sur cette radio ; qu’un soutien affiché du Front de gauche, Gérard Mordillat, était un participant régulier à cette radio ; qu’un membre important du PS, Jean-Claude Ameisen, était aussi un des animateurs de la radio.

Enfin, les médias représentés parmi les chroniqueurs et les invités sont systématiquement de gauche ou d’extrême-gauche : Le Monde, les Inrockuptibles, La Croix, Télérama, Marianne, Charlie Hebdo, la Revue, Libération, Alternatives économiques.

Collusion avec Mediapart

Nous pouvons facilement rajouter à cette liste les anti-sarkozystes primaires de Mediapart. Nous avions déjà consacré un article au site dirigé par Edwy Plenel, qui démontrait qu’il s’agissait clairement d’un site relais du PS et même du NPA et du Front de gauche. Eh bien, personne ne sera étonné de retrouver des responsables de Mediapart à France Culture, à commencer par Edwy Plenel lui-même, qui dispose d’une chronique tous les vendredis depuis 2005 :

http://www.dailymotion.com/video/xo37oq

Sylvain Bourmeau, quant à lui, dispose d’une émission d’une demi-heure tous les samedis, la Suite dans les idées :

http://www.dailymotion.com/video/xnzge8

Problème, Sylvain Bourmeau est un membre important et historique de la rédaction de Mediapart :

http://www.dailymotion.com/video/x40jb1

M. Bourmeau s’intéresse tellement au débat d’idées qu’en pleine campagne présidentielle, il a trouvé utile de consacrer une émission entière avec l’argent public le 7 avril 2012 sur le sujet suivant : “Xenophobie d’en haut: le choix d’une droite éhontée.” Le 24 mars 2012, l’émission qu’il animait avait pour thème : “Démocratie précaire : Chroniques de la déraison d’État. Comment les années Sarkozy ont modifié la démocratie et quelle est la place du sociologue?”  Le 31 mars 2012, il recevait les auteurs d’un livre dont la 4ème de couverture commence ainsi : “Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, le sentiment d’une forte concentration des pouvoirs et d’une action réformatrice sans équivalent a prédominé.” L’émission du 14 avril était également à charge contre le chef de l’Etat, avec une analyse du storytelling qu’il aurait mis en place tout au long du quinquennat. Bref, Sylvain Bourmeau est un amoureux du débat… non-contradictoire et à charge contre la droite.

Enfin, Antoine Perrault est à la fois membre fondateur de Mediapart et producteur délégué de France Culture, avec l’émission Tire ta langue tous les dimanche pendant une demi-heure :

http://www.dailymotion.com/video/xnzh0d

Emission “d’ouverture, loin des crispations identitaires”, donc selon M. Perrault la défense de l’identité est nécessairement une “crispation” et une “fermeture”, le message est clair.

Voici la vidéo où il annonçait qu’il rejoignait Mediapart :

http://www.dailymotion.com/video/x4387h

En avril 2012, d’autres membres de la rédaction ont été invités, dont Laurent Mauduit, un de ses dirigeants, dans Du grain à moudre le 26.

Avant de passer aux invités d’avril 2012, notons également que Frédéric Martel anime une autre émission de France Culture, Soft power, et vient de faire paraître le livre au titre explicite “J’aime pas le sarkozysme culturel”. Voici son émission pas du tout orientée politiquement, donc :

http://www.dailymotion.com/video/xnzgy4

Les invités d’avril 2012

Les 862 invités du mois d’avril 2012 sont répartis en 62 émissions recevant des invités : A voir nue, L’Atelier du son, Avec ou sans rdv, Le Bien Commun, ça rime à quoi, Le Carnet d’or, Changement de décor, Chanson boum!, Le Club des Observateurs, Concordance des temps, Continent sciences, Culture d’islam, Cultures monde, Des papous dans la tête, La dispute, Du jour au lendemain, L’économie en questions, L’éloge du savoir, Les enjeux internationaux, L’esprit public, Foi et tradition, La Fabrique de l’histoire, Du Grain à moudre, Hors-champs, L’invité des matins, Les idées claires, Le journal de la philosophie, Ligne de fuite, Les Lundis de l’histoire, La marche des sciences, Mauvais genres, Métropolitains, Le Monde selon, Movimento, Les Nouveaux chemins de la connaissance, La nuit rêvée de, On ne parle pas la bouche pleine, Orthodoxie, Pas la peine de crier, Place de la toile, Planète Terre, Projection privée, Questions d’éthique, Les racines du ciel, Le Rendez-vous, Répliques, Le retour de, Les retours du dimanche, Rue des écoles, La rumeur du monde, Le Salon noir, Science publique, Le Secret des sources, Secret professionnel, Service protestant, Soft power, La suite dans les idées, Terre à terre, Le tête à tête, Tire ta langue, Tout un monde.

Nous tenons la liste à la disposition de ceux que cela intéresse (envoyez un mail à jean@enquete-debat.fr), voici ce que nous en avons retenu.

La personne la plus invitée en avril 2012 sur France Culture est Nicolas Baverez, avec 7 invitations. Il participe régulièrement aux émissions L’économie en questions, au Club des observateurs et à Du grain à moudre, ceci expliquant cela. Exception confirmant la règle, alibi principal de France Culture, il est libéral et dénonce régulièrement l’interventionnisme de l’Etat (en étant toutefois énarque). Difficile en effet de trouver d’autres libéraux parmi les plus de 800 invités, à part Mathieu Lainé, invité une fois le 15 avril dans l’émission les retours du dimanche. Les deux seuls invités de droite que nous ayons pu identifier sont Gérard de Villiers, invité le 17 avril dans l’émission Le rendez-vous, et Paul-Marie Couteaux invité (pour la campagne présidentielle) le 5 avril dans les matins de France Culture. La plupart des autres invités sont de gauche ou d’extrême-gauche, quand ils sont politisés.

Petite surprise, l’invitation de Pierre Hillard (qui n’est pas non plus de gauche et encore moins d’extrême-gauche, mais qui n’est pas non plus de droite), un pestiféré des grands médias que nous avions interviewé en octobre 2011. L’émission Les enjeux internationaux du 26 avril à laquelle il a participé peut être écoutée .

Ce qui ne sera pas une surprise, c’est l’émission Les retours du dimanche du 8 avril, consacrée à l’islam et qui a invité 3 islamophiles : Dounia Bouzar, Olivier Roy et Tareq Oubrou.

On s’invite aussi entre animateurs de France Culture, Raphaël Enthoven le 11 avril dans les Nouveaux chemins de la connaissance (dont il était l’ancien animateur), Jean-Claude Ameisen (qui cumule donc les conflits d’intérêts) invité le 20 avril dans Science Publique et Joelle Gayot qui est à la fois productrice de l’émission Changement de décor (tous les dimanche à 23h) et qui fut invitée 5 fois d’autres émissions pour le seul mois d’avril. Un véritable bouche trou…

En tout, 607 invités n’ont été invité qu’une fois en avril, ce qui démontre malgré tout une bonne diversité, les autres de 2 à 7 fois.

Conclusion

Nous poursuivrons notre analyse des invités de France Culture à l’avenir et dans les archives, ce qui nous permettra d’affiner ces premiers résultats très partiels mais déjà très prometteurs sur l’idéologie développée sur l’argent public. Nous constatons par ailleurs qu’avant l’élection de François Hollande, France Culture était déjà le bastion de la gauche et de l’extrême-gauche.

Addendum 22 mai 2012 : mail reçu d’un lecteur

“Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour le contenu de votre travail qui est richement documenté. Toutefois, je tiens à vous préciser que Dominique Reynié qui dirige Fondapol marquée à droite, a une chronique hebdomadaire dans les matins de France Culture animé par Marc Voinchet et Alain -Gérard Slama a également une chronique quotidienne. Ces 2 intervenants positionnés à droite ne sont pas mentionnés dans votre article alors qu’ils avaient leur place … ce qui ne change pas l’orientation politique de la chaîne, j’en conviens.”

Categories : bestof, Médias

13 commentaires

  1. Kévin dit :

    Je trouve que l’invitation de Pierre Hillard est non pas une petite, mais une grosse surprise.

  2. Kévin dit :

    @Jean :

    Déjà, rien qu’une c’est franchement inattendu, non ?

  3. Borowic dit :

    Attention aux invitations alibis ! Faut voir après les sujets abordes le temps de parole …etc.

  4. Herrix dit :

    Sur cette même radio, le présentateur de La Messe (office religieux catholique) du 6 mai dernier, jour du second tour de l’élection présidentielle, a implicitement (si ce n’est explicitement, chacun appréciera) appelé à voter François Hollande, en soulignant que le jour était important pour la France, où elle doit décider de son avenir, avant d’insinuer que les étrangers connaissaient, dans ce même pays, une période de maltraitance, si ce n’est de pré-persécution. Hollande le candidat qui a inscrit à son programme que figurerait parmi les missions des médecins celle de donner la mort à des personnes nées, mesure emblématique de l’Allemagne national-socialiste s’il en est ! Pour le reste, il conviendrait de faire l’addition du montant de toutes les subventions et autres allocations en faveur des étrangers en France – une véritable pompe aspirante qui ne semble vraiment pas leur nuire. Certains semblent n’avoir toujours pas saisi cette énorme évidence : identifier l’étranger comme tel (c’est-à-dire comme non-français) ne consiste pas à le maltraiter.

  5. Nous feriez-vous le pendant avec la mainmise de Sarkozy sur France Inter où Daniel Mermet, expulsé d’une heure de grande écoute, joue un rôle équivalent de celui que vous prêtez à Baverez ?
    C’est alors que vous pourriez commencer à être un peu crédibles.

  6. mais justement !

    je compare Mermet, sauf son respect, à ce qu’est Baverez dans votre raisonnement : la caution “pluraliste” d’une station dont le ton général est fort éloigné.

    Ce qui donc rendrait votre raisonnement pertinent, disais-je, ce serait que vous meniez le même genre d’enquête sur France Inter. Et, pourquoi s’arrêter en si bon chemin, que vous produisiez un diagnostic général du pluralisme dans le service public audiovisuel.

    • Jean dit :

      @François Delpla
      je ne comprends pas votre raisonnement : Mermet a une émission depuis 20 ans, dans laquelle il n’invite quasiment que des gens de gauche et surtout d’extrême-gauche, sur une radio globalement de gauche et d’extrême-gauche. Baverez est invité quelques fois, même s’il est le plus invité en avril 2012 ce n’est en rien comparable, il s’agit d’un individu seul qui n’a pas la capacité d’inviter d’autres personnes de sa propre tendance et qui est carrément isolé sur sa chaîne.

  7. 1) Mermet invite des gens et aborde des sujets que personne ou presque n’invite ou n’aborde jamais où que ce soit. Il a été gravement et sottement réprimé par un PDG en étant relégué de 17 à 15h, et remplacé au mépris des auditeurs et des contribuables par des gens qui ont fait beaucoup moins d’audimat, jusqu’à ce que la chaîne paye une vedette déjà lancée par la TV, François Busnel.

    2) Je ne compare pas le statut de DM à celui de NB, mais leur position respective de caution, de gauche dans un cas, de droite dans l’autre.

    3) J’en appelle, pour perfectionner vos enquêtes, que j’apprécie, et leur permettre de déboucher sur des conclusions qui tiennent debout, à une vision d’ensemble de l’audiovisuel, au moins public, permettant seule d’en discerner les partialités.

    • Jean dit :

      @François Delpla
      c’est en cours, mais Paris ne s’est pas fait en un jour. Difficile toutefois de dire que l’audiovisuel public est dominé par la droite (ou l’extrême-droite), et difficile de ne pas dire qu’il est dominé par la gauche (et l’extrême-gauche). A part les Ménard, Zemmour, et quelques autres, qui sont tous en train de se faire lourder du fait du retour du PS au pouvoir, vous aurez du mal à m’en citer plus de 10, alors qu’en face ils se comptent pas centaines. A moins de considérer que tout ceux qui ne sont pas communistes sont libéraux ou de droite, évidemment. Pour ma part, je note que Zemmour se dit plus marxiste que le PC, mais qu’il est encore considéré de droite par beaucoup de gens, c’est loin d’être mon cas, pour moi il est sur la ligne du FN actuel, à savoir national-communiste. Mais l’analyse des invités démontrera le poids des uns et des autres bien mieux que je ne le fais là, à l’arrache. Avez-vous noté que la plupart des journalistes se sont dit de gauche dans cette campagne, y compris les journalistes de Marianne qui étaient auparavant centristes ? Et avez-vous noté les étudiants d’école de journalisme qui disent à une écrasante majorité avoir voté à gauche ou carrément à l’extrême-gauche ?

  8. On finit par se demander si vous êtes démocrate ou partisan de réserver tous les leviers à ceux qui partagent vos idées. Sous votre plume le mot “gauche” semble synonyme de “mal” et le fait que des étudiants fassent des choix électoraux différents des vôtres, signe de dégénérescence nationale. Avez-vous seulement conscience que la droite stigmatisait il y a un siècle et demi la république et la démocratie, geignant que les médias ne crient pas toujours “vive le Roy” ?
    Vous excluez une hypothèse, alors qu’elle me semble intéressante : la droite qui a occupé le pouvoir exécutif depuis dix ans a énormément nui au pays, surtout depuis cinq -et à cause de Sarkozy, et à cause de la crise, à laquelle il a fait face avec une absence totale d’analyse et de vision. Du coup, tout ce qui pense, ou presque, a l’air de penser à gauche. Ce que vous dites de Marianne est emblématique à cet égard : rien ne dit que le magazine ne refera pas un pas vers Bayrou, mais en 2012 il n’a pu que pousser à l’alternance… comme finalement Bayrou lui-même.

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant