►   Recevoir la newsletter 
Valérie Trierweiler ma vie avec François
“Ma vie avec François”, une lente descente aux enfers…
jourde
Pierre Jourde répond à notre lettre ouverte et s’enfonce
Chaunu voulait tout simplement rendre hommage à Aylan.
Emmanuel Chaunu menacé suite à son dessin du petit Aylan
michel-de-poncins
La désinformation au quotidien

Des juifs dans la collaboration, de Maurice Rajsfus

31 août 2010, 16:12 Auteur : 48 commentaires

Des juifs dans la collaboration est paru en 1980. L’auteur, le journaliste devenu historien Maurice Rajsfus, est né en 1928, de parents juifs polonais, morts en déportation à Auschwitz et Maurice Rajsfus fut lui-même raflé au Vel d’Hiv alors qu’il n’était qu’adolescent (il en réchappa par miracle). L’ouvrage est préfacé par Pierre Vidal-Naquet, historien connu notamment pour ses travaux sur le génocide juif et le négationnisme, qui apporte au livre son indispensable crédit. Le livre, épuisé, n’a été ni réédité ni réimprimé depuis sa sortie.

Des Juifs dans la Collaboration démontre notamment que de nombreux juifs ont participé activement à la déportation de leurs coreligionnaires pendant la guerre et rend caduque l’argument (dominant aujourd’hui) selon lequel l’État français est seul responsable de la déportation des juifs. Cette distinction entre d’un côté les juifs de France, et de l’autre l’Etat français (donc les Français non-juifs), distinction créée par Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vel d’Hiv, n’a donc pas lieu d’être. Elle se révèle être ce qu’elle est : une nouvelle discrimination raciale, 50 ans après les faits, dans ce même Vélodrome d’Hiver. Avec, faut-il l’ajouter, l’assentiment officiel des représentants de la communauté juive, comme en 1942.

Aussi insupportable que cela puisse paraître, l’UGIF,  ancêtre du CRIF (les juifs de France n’étaient pas représentés à l’échelon national auparavant), mis en place par Pétain et les nazis (l’UGIF était en relation directe avec la Gestapo), aida à constituer des listes de juifs à rafler et à déporter. Maurice Rajsfus témoigne autant qu’il relate les faits. Dans la préface, Pierre Vidal-Naquet explique très clairement  que c’est parce qu’aucun historien (lui le premier) n’a voulu réaliser ce travail  qu’un journaliste l’a entrepris.

Le livre, qui propose une somme impressionnante de documents d’archives, de témoignages et d’analyses, n’a jamais été réédité depuis 1980. Il n’a jamais été débattu dans les médias, par les politiques ou par la communauté juive. Et depuis qu’une bombe a explosé chez l’éditeur, EDI, l’auteur n’a plus jamais parlé de ce livre.

Seuls quelques exemplaires sont encore disponibles à l’achat. J’ai dû débourser la modique somme de 67 euros (plus de 400 francs) pour acquérir cet exemplaire. Cette situation est-elle normale pour un livre d’une telle valeur historique ? Notons par ailleurs qu’au moins deux autres livres sont sortis depuis sur la question, l’un en France en 2003, l’autre aux USA en 1987 (le New York Times en a fait état). Aucun média français n’a jugé utile de chroniquer ces deux publications.

Maurice Rajsfus développe dans son livre une analyse marxiste : à ses yeux, ce sont des juifs bourgeois qui ont aidé à faire déporter des juifs pauvres. La plupart des membres de l’UGIF, pour ne pas dire la quasi-totalité, étaient en effet des notables. Son analyse ne résiste cependant pas aux faits, car de nombreux notables juifs ont également été déportés. Sans doute Rajsfus cherchait-il à éviter toute accusation en antisémitisme, même si ce marxisme dogmatique pouvait aussi correspondre à son idéologie (et, dans une large mesure, à celle de Vidal-Naquet). En fait, la distinction est plutôt à faire entre juifs français et juifs étrangers, les responsables de l’UGIF étant tous français et ayant sacrifié les juifs étrangers pour protéger les juifs français.

Ce livre lève le véritable tabou qui pèse sur la participation des organisations juives de France à la déportation. L’Histoire n’a pas d’idéologie. Elle se doit d’être une science au service de la vérité, et non une vérité d’État au service d’une dictature intellectuelle. Ce tabou devrait être levé, et ne peut être levé que par les premiers concernés, à savoir le CRIF. Le CRIF compte en effet dans ses rangs, au plus haut niveau depuis de nombreuses années, et encore aujourd’hui, une personnalité qui avait accepté la carte de l’UGIF pour être couvert par cette institution (qu’il réprouvait par ailleurs). Il s’agit d’Henri Bulawko, successivement membre du comité directeur du CRIF, puis vice-président du CRIF et enfin président d’honneur du CRIF.

François Mitterrand a reçu la francisque des mains même de Pétain, un fait qui lui a été reproché quand l’information a été rendue publique par Pierre Péan. Dans le même temps, il n’y eut aucune polémique vis-à-vis de M. Bulawko, ni vis-à-vis du CRIF qui préfère mettre en avant sa création en 1943 par des groupes de résistants juifs, ce qui est tout à fait vrai aussi. Il y eut des activités de résistance au sein même de l’UGIF, de même qu’il y en avait à Vichy. Cela n’empêche pas une organisation juive comme Akadem d’écrire ceci : “On peut cependant reprocher [aux dirigeants de l'UGIF] un aveuglement quant à la réalité de la Shoah et de n’avoir pas appelé les Juifs à se défendre et à se cacher. La plus grande tâche de l’histoire de l’Union est constituée par les maisons d’enfants qui n’ont pas été dispersées à temps, et qui ont été raflées en juillet 1944.”

M. Bulawko a pu gravir tous les échelons du CRIF, jusqu’à en devenir le président d’honneur, alors qu’il avait accepté la carte d’un organisme qui a aidé à identifier puis à déporter les juifs de France, sans que cela ne dérange personne, ni au CRIF, ni dans les médias, ni parmi les politiques. Sous l’impulsion de François Mitterrand, ceux-ci ont préféré accepter de participer, année après année, au dîner annuel du CRIF.

Pourquoi la France a-t-elle dû autant se repentir devant les représentants de la communauté juive, alors que les anciens membres de l’UGIF  (qui, rappelons-le, cherchaient à éviter d’être déporté) n’ont jamais eu à répondre devant aucune autorité, ni judiciaire, ni politique, et encore moins médiatique ou communautaire ? “Après la Libération, l’affaire sera étouffée et le procès public évité. Un jury d’honneur sera pourtant constitué, mais il se réunira à huis clos et ses conclusions ne seront jamais connues.” peut-on lire sur la 4e de couverture du livre de Maurice Rajsfus. Ajoutons que ce jury était présidé par Léon Meiss, président du CRIF.

Le tabou est donc profondément ancré.  Mais loin de permettre de mieux lutter contre l’antisémitisme, il ne fait que l’alimenter.

48 commentaires

  1. Nicolas dit :

    Ah c’est le livre que Soral pense t’avoir volé :)

  2. Jean dit :

    pense ? pourquoi pense ? il me l’a volé oui, et il refuse toujours de me le rendre cet empafé.

  3. Nicolas dit :

    ah oui pardon je pensais que c’était le livre avec l’histoire d’Abraham Drucker qu’il t’avait volé, et non pas celui de Rasjfus.

  4. Jean dit :

    Soral n’a rien compris et rien lu : l’histoire d’Abraham Drucker n’est pas dans ce livre-là de Drasjfus, mais dans un autre ;)

  5. Nicolas dit :

    oui oui, je me souviens maintenant qu’il avait confondu les 2 livres dans l’entretien avec Franck Abed. Apparemment c’est contagieux :)

  6. Jean dit :

    il faut dire que tu es quelqu’un d’extrêmement influençable ;)

  7. coco dit :

    On nous aurait menti alors !!!

    En bibliothèque:

    2 exemplaire(s)

    Site Section Cote Disponibilité
    75003 – Marguerite Audoux Judaica HJ 940.53 RAJ

    En rayon
    Réserve centrale Adultes 944.081 RAJ En rayon

  8. dolmen dit :

    je lis souvent que jean robin est accusé de sioniste, il l’est peut-être, mais pourquoi pas après tout, je ne trouve cela pas infamant.Mais quand même, parlez d’un tel livre et le faire connaître n’est pas une mince affaire compte tenu du sujet. Si sioniste, alors courageux et lucide.

  9. Michel dit :

    Bonjour,
    Je lis longtemps après sa publication (une année) votre article.
    L’article est bien mal informé.
    Comme petit-fils de déportées à Auschwitz, je peux vous dire que mon père juif avait une carte de l’UGIF. Comme juif, pendant la guerre, il était obligé d’y adhérer et chaque année il a été obligé de payer son adhésion comme en témoigne sa carte de l’UGIF consultable aux archives du Mémorial de la Shoah à Paris. Il n’a pas été déporté pour autant. Mais c’est grâce à l’UGIF, qui avait une fonction humanitaire, qu’il a pu envoyer des colis à sa mère à Drancy, et à sa tante, avant leur déportation à Auschwitz.
    Il est faux de prétendre, comme vous le faites, qu’il y aurait une symétrie entre le gouvernement de Pétain et les Juifs de l’UGIF. En réalité, les Juifs de l’UGIF étaient les persécutés, le gouvernement de Pétain le persécuteur. Vous vous trompez.
    Le problème posé par Maurice Rajfus, qui était artisan joaillier dans sa jeunesse durant la guerre, pose très mal le problème de l’UGIF. Annette Wieviorka a dit tout ce qu’il y avait à dire au sujet des Juifs de l’UGIF. Les autorités allemandes n’avaient absolument pas besoin de l’UGIF pour faire des listes de Juifs étant donné que c’est la police française du gouvernement de Pétain qui les a faites et qui les détenait. C’est à partir de ces listes que les Juifs furent arrêtés et déportés. L’UGIF n’a rien à voir là-dedans. L’UGIF n’était pas du tout l’équivalent des Judenrat en Pologne. C’est la grande erreur d’appréciation de Maurice Rajfus, qui n’est pas un historien professionnel.

    • Jean dit :

      @Michel
      merci pour votre commentaire, hélas pour vous son livre est préfacé par Pierre Vidal-Naquet, historien professionnel et reconnu de tous les historiens, qui tresse des lauriers à Rajsfus dans sa préface.

  10. Michel dit :

    Cher Jean,
    L’argumentation d’autorité est de peu de valeur ! Vous ignorez ce qu’en dit Annette Wieviorka, qui est la grande spécialiste de ces problèmes au sein de la Shoah, qui, elle, argumente. Pas Vidal-Naquet, pour lequel j’ai par ailleurs le plus respect comme historien.

  11. Emmanuel Bussien dit :

    Il prévoit de te le rendre soral ?

    Je vais me renseignez si le livre est dispo dans ma zone, je n’en avais jamais eu vent. Merci!

  12. mejdi dit :

    bonjour jean pourriez vous me dire dans quel livre de maurice rajsfus site t-il abraham drucker je vous en remercie d’avance.

  13. Cette collaboration peut se symboliser en Europe centrale et de l’Est par un mot : JUDENRÄTE !
    (lire l’ouvrage “Eichmann à Jérusalem, rapport sur la banalité du mal” de Hannah Arendt)

    UGIF, judenräte à la française ?

  14. lionel dit :

    @ Mejdi

    p.339, sont évoqués les « deux médecins dont le rôle avait été d’accompagner les nazis à Nice et de faire se déculotter les hommes sous les portes cochères pour voir s’ils étaient juifs ou pas » Quant à l’identité de ces deux médecins, il est renvoyé à une note disant : « Les noms de ces deux médecins sont connus mais il n’est pas possible de les publier ici« . (On voit là le courage du trotskiste Rajfus, qui fait preuve de pudeur pour ces deux médecins alors que dans ce même ouvrage, il n’hésite pas à balancer le nom d’autres juifs, qui ont pourtant collaboré de façon moins grave avec les nazis, mais qui eux ne sont pas connus et n’ont pas de relais pour être défendus).

  15. Borowic dit :

    Le livre est téléchargeable sur Megaupload

  16. Borowic dit :

    @lionel

    vous avez raison mais alors? d ou vient la rumeur que l un d eux pouvait être Abraham Drucker?

    Quant a savoir de Maurice Rajsfus ou Annette Wieviorka lequel a raison il ne suffit pas de dire que tel est un historien professionnel et tel ne l est pas. Il faut aussi regarder les mobiles, les circonstances et le contexte…. MR a vecu les évènements AW avait 20 ans en 1968, elle a commencée a écrire au moment même ou la parole concernant les Juifs a commence a être enfermée…..

    Dans toutes les sociétés et de tous temps des peuples asservis par un occupant se sont divises entre une minorité de collaborateurs et la masse des victimes y compris les Juifs sous l occupation romaine…..

  17. rené dit :

    Ceci me fait penser à la traite des nègres. Celle-ci n’a pu être organisée qu’avec l’aide de dirigeants noirs!

  18. Julien dit :

    Jean,
    Soral t’a toujours pas rendu le bouquin, mais il a dit que tu pouvais passer chez lui le récupérer.

    Pour Michel, il semblerait que l’UGIF ait fait le distingo entre juifs français et juifs étrangers.
    Quoiqu’il en soit, pour moi, gouvernement pétain et UGIF, même combat : ils ont fait ce que leur demandait l’occupant, mais ont certainement eu aussi leurs petits moments ponctuels de résistance.
    rené>>>Des dirigeants noirs à l’époque ?????? Vous ne manquez pas d’humour. Je vois bien les négriers débarquer en Afrique et procéder à des contrôles d’identité pour savoir qui était noir de qui ne l’était pas.

  19. Maverick dit :

    Vous critiquez Soral de ne pas reprendre l’analyse marxiste (et de faire la distinction juifs français/étrangers) et vous faites la même analyse dans cet article (par ailleurs très intéressant). N’est pas contradictoire ?

    Et le livre de Laffite il est bien (intéressant et valable historiquement) ?

  20. Maverick dit :

    Jean,

    Vous expliquez aussi que cette analyse de Rajsfus n’est pas valable parce que des notables juifs furent également envoyés dans les camps . On peut donc être marxiste et partager votre point de vue.

  21. Bobol1er dit :

    @ Jean

    “@Julien
    vous êtes bête ou bien ? Passer chez lui et me prendre un pain dans la gueule ? Par ailleurs ce n’est pas à moi d’aller chez lui, c’est lui qui m’a volé le livre, n’inversez pas les rôles”

    Vous pensez qu’il irait jusqu’à vous frapper ? Si ça se trouve vous seriez plus fort que lui, car il la ramène un peu trop pour être un très grand boxeur, mais bon, vous êtes civilisé et non violant et franchement pas la peine de prendre le risque, surtout s’il n’est pas seul.

  22. tito dit :

    on ne peut plus télécharger le livre en question:
    http://www.scribd.com/doc/51236462/Juifs-Dans-La-Collaboration-Maurice-Rajsfus

    quelqu’un connaîtrait-il un autre lien ?

    Merci

  23. [...] Vous avez mis le doigt dans un engrenage mortel, qui est assez similaire à celui que pratiqua votre ancêtre l’UGIF, créé par les nazis. En voulant négocier avec le 3è Reich, ils espéraient échapper aux [...]

  24. Louis dit :

    @Jean
    Soral ne t’a pas vole’ le livre, tu lui as prete’. Ensuite, pq te prendrais-tu un pain dans la gueule? Aurais-tu des choses a te reprocher? Si tu es droit dans tes bottes et n’a rien sur la conscience, tu n’as rien a craindre. Je suppose que le traiter “d’empafe” sur les blogs n’aide pas a se sentir leger…

  25. maccabee dit :

    Si il est vrai que certains Juifs ont contribués à l’extermination de leurs coreligionnaire, ils l’oont toujours été en etant menacer ,soit d’etre tuez si ils refusaient ,soit que leurs famille seraient tuez si ils refusaient et cela de Rome à la Shoa . Rien à voir avec les collaborateurs qui eux n’etaient pas forcer ou menacer ,mais qui le faisait par ideologie ou bien par interet financier ! N confondons pas tout et ne salissons plus la memoire de gens ayant souffert !

  26. pi31416 dit :

    tito (23 sept. 2012):

    on ne peut plus télécharger le livre en question:
    http://www.scribd.com/doc/51236462/Juifs-Dans-La-Collaboration-Maurice-Rajsfus

    quelqu’un connaîtrait-il un autre lien ?

    Ce lien-ci fonctionne, je viens de télécharger le livre il y a quelques instants.

    http://www.histoireebook.com/index.php?post/2012/07/23/Rajsfus-Maurice-Des-juifs-dans-la-collaboration-L-UGIF-1941-1944

    N’oubliez pas que ce fichier est crypté et que le mot de passe est http://www.histoireebook.com

  27. miyagi dit :

    Il y’a des choses assez comiques qui ont étées dites.

    Premièrement Michel, on ne te connait pas donc on est pas tenté de te croire.

    Deuxièmement d’ou tu as vu qu’il fallait être un historien pour dire obligatoirement la vérité?

    Troisièmement , pourquoi irait tu dire du mal de ton père?

    Et pour terminer , tu connais Dassault? c’est un menteur lui aussi?

    Renseignes toi bien en évitant de rester sur un côté émotif s’il te plais.

  28. Rensk dit :

    Libéral Jean ??? Vous êtes sûr de ce que vous avancez ? N’êtes vous pas manipulé (directement – indirectement) ?

    Ont voit bien l’effet quand ont ose parler des juifs…

    Moi par exemple, je le dis toujours et encore… ce sont des arnaqueurs de première…

    Nous avons eu droit a une étude faite par un bien payé… Monsieur Bergier…
    – Le rapport Bergier aurait surestimé le nombre de juifs rejetés par la Suisse…
    Officiel par la TV = http://www.rts.ch/info/suisse/4649688-le-rapport-bergier-aurait-surestime-le-nombre-de-juifs-rejetes-par-la-suisse.html

    Quelque 3000 juifs auraient été rejetés par la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, indique l’historien Serge Klarsfeld (connu de par le monde pour attaquer les nazis…)
    Le rapport Bergier estimait lui que la majorité des 25’000 personnes refoulées entre 1940 et 1945 était juive….

    Sur le rapport Bergier, la Suisse a payé (remboursé avec intérêts) les juifs des avoirs “perdus” dans les banques pandant la 2ème…
    Le congrès mondial juif a donné tout ce fric qu’à une seule personne (mettre tous les œufs dans le même panier ?) qu’est Madoff… puis après ce même congrès a osé nous demander de payer une deuxième fois vu qu’ils ont tout perdu… (soit-disant tout perdu mais, pas pour tous, l’argent est bien-là !)

  29. Rensk dit :

    Voilà ce qu’en dit un ancien membre du comité Bergier…

    Marc Perrenoud s’est défendu d’avoir “dit un jour que les chiffres étaient définitifs”…

    PS: vous avez une loi en France qui ne me concerne nullement…

  30. FHC dit :

    @Rensk

    Arnaquer est dans la nature humaine.
    Et ils se trouve que les Juifs sont humains – pas plus pas moins que vous, moi et le reste des têtards du monde entier qui grouillons dans les entrailles de cette planète-marigot.
    N’en demandez pas trop à vos frères du “Livre”, sinon votre propre “Surloi” devra s’abattre sur vous au moindre pet de travers.
    A vouloir être plus Juif que le Juif, on pourrait vous confondre avec un pharisien plus détestable que son modèle d’origine.
    Ne me dîtes pas que cela vous ressemble…

  31. Rensk dit :

    Je n’ai jamais prétendu le contraire FHC…

    Jean-Claude Prince (non juif) a échappé a une poursuite au pénal pour détournement de 800’000.- des avoirs des retraités futures du syndicat ; l’employeur…

    Moi j’ai été viré par un employé du syndicat non élu (alors que moi oui) pour la seule raison que sur les 7 élus de la base j’étais le seul qui a voulu maintenir la plainte pénale a son encontre…

    Le syndicat me vire en tant qu’élu mais me garde en tant que cotisant… le syndicat “déplace et grade” le défourneur en international, au BIT… Pour ne pas entrer dans des premières pages des journaux bien sûr… (contre productif était l’argument)…

    J’ai travaillé pour notre 8ème conseiller fédéral non élu par le peuple, Rolf Bloch (chocolat Camille Bloch, Courtelary), je loue mon appartement a des juifs… Prétendre que j’ai un problème avec eux est abusif car je me préoccupe plutôt directement des gens… sans étiquettes…

    J’ai déjà trouvé les plus grand arnaqueurs du monde moi… et j’ose le dire ici : les assurances obligatoires sont, en même temps : assureurs et première instance judiciaire… Trouvez mieux que ça en arnaque !

  32. bach dit :

    @rensk

    “Ont voit bien l’effet quand ont ose parler des juifs…

    Moi par exemple, je le dis toujours et encore… ce sont des arnaqueurs de première…”

    Les généralistes pensent comme ils pissent, en réduisant la raison en une décoction neuronique faisandée sous pression….

  33. Rensk dit :

    Hemmm, salut les goutes de bach…

    Tu avais dit quoi l’autre jour ? Ha, ce n’est donc pas ce que j’ai cru y lire…

    C’est con comme truc… mais viens me dire que le congrès juif mondial n’a pas demandé qu’on paye une deuxième fois pour la même chose…

    De plus, je dois remarquer que vous ne connaissez Rolf Bloch que quand cela vous arrange… alors que nous, du peuple, le reconnaissons sans qu’il soit élu par nous…

    Posez-vous plutôt cette question concernant celui qui a été élu en remplacement de Rolf… depuis nous avons plus de conflits dans le pays !!!

  34. Rensk dit :

    Oup’s, vos loi ne me concernent que quand je fais des vacances en France (voir le passage en France)…

    J’y ai habité plusieurs année, Marseille, Aix en Provence, Hauteville, Echenevex où j’avais une maison de 7 pièces, des gens qui ont construit le 2ème tube du Cern…

    Désolé mais, je ne tombe nullement sous le coup de la loi… même en France… arrêtez de faire peur aux gens.

    Pensez le nombre de récidivistes ne respectant pas la loi française qui dit qu’il faut utiliser des mots en français au lieu de ceux en anglais… (Combien de prisons-ville a construire ?)

    • Jean dit :

      @Rensk
      la loi française prévoit que l’hébergeur tombe sous le coup de la loi s’il ne modère pas les propos tombant eux-mêmes sous le coup de la loi, ça n’a rien à voir avec votre situation géographique.

  35. FHC dit :

    @Rensk

    Vous vous doutez certainement que je partage votre avis dans ses parties les plus évidentes (hors “juiverie”).
    Je tenais, comme souvent avec d’autres interlocuteurs (dont je préjuge le goût de l’échange un peu musclé selon leur tempérament affiché), à provoquer votre sens de la nuance insuffisamment détaillé au demeurant.

    Sachez qu’il y a “mieux” en arnaques si vous allez fouiner dans le monde gerbant des tutelles et des curatelles qui concerne des individus marginalisés du fait d’un handicap notoire ou d’une incapacité quelconque.

    L’injustice est une forme de violence, même si uniquement psychologique (médicalement difficile à cerner), qui peut faire encore plus mal qu’un pain dans la tronche.

    Ce que je tenais à rappeler c’est qu’un jour, peut-être, votre simple voisin de palier (comme cela arrive souvent en général) vous fera autant chier que les assureurs et la première instance judiciaire, tout en se reposant sur eux (y compris à tort).
    Que le jugement vous soit finalement favorable ne changera rien aux sommes dépensées en frais d’avocat pour vous défendre contre sa folie imprévisible d’HUMAIN belliqueux.

    Des gens comme ce débile qui n’a rien d’autre à foutre qu’emmerder les autres du matin au soir, les flics (et les gendarmes) en reçoivent toute l’année. A l’aube comme en soirée.

    Toute cette masse de cas “désespérés” n’excuse pas les délibérés foireux ou les lois scélérates.
    Mais si la Justice pouvait être débarrassée d’un tel parasitage POPULAIRE, croyez-bien que son boulot gagnerait immédiatement en qualité et en rapidité.
    Les abus dont vous avez été victimes bénéficieraient d’une analyse plus profonde, plus détaillée.

    Vous devez comprendre que ce qui rend la Justice (en France ou ailleurs dans “l’Occident” général et plus ou moins fantasmé) si “improductive” malgré son implication, c’est la connerie de la BASE (la partie chiante du peuple) qui exige qu’on se penche sur ses histoires de fesses comme on aborderait le dossier Clearstream.
    Ces mêmes insupportables qu’on retrouve dans les salles d’attente de médecin, dans les queues de supermarchés, dans je-ne-sais-quel comité municipal ou réunion de parents d’élèves…
    Des chieurs-nés, incurables, dont on doit se farcir la “liberté” sans Prozac.
    Et qui exigent du tapis rouge pour leurs pieds puants en toutes circonstances.
    Ces fouteurs de merde bousillent toute mise en pratique d’un idéal collectif.
    Et soyons bien clairs : ils ne sont pas plus hommes que femmes, vieux que jeunes, bronzés que blancs.
    C’est juste qu’ils sont cons.
    Fiers de traire des vaches mieux que tout le monde ou pétris d’un orgueil universitaire qui les rend heureux d’être incapables de faire cuire un sachet de coquillettes.

    La Justice c’est de la merde ?
    Mais franchement, matez deux secondes la plupart des plaignants.
    Dont l’immense majorité est ALLOGÈNE.

  36. bach dit :

    “Hemmm, salut les goutes de bach…

    Tu avais dit quoi l’autre jour ? Ha, ce n’est donc pas ce que j’ai cru y lire…”

    Vous semblez passionnez par mes échanges, pour vous en souvenir à ce point ….,

    Personnellement, je ne me souviens pas de vous……

    “C’est con comme truc… mais viens me dire que le congrès juif mondial n’a pas demandé qu’on paye une deuxième fois pour la même chose…”

    “Le congrès juif ” n’est pas les juifs ………, vous me confirmez que vous n’êtes qu’un vilain généraliste ….. qui généralise sur la même cause récurrente.

  37. [...] Article (dont est tiré la description) de Jean Robin concernant la rafle du Vel d’Hiv. [...]

  38. […] Des juifs dans la collaboration, de Maurice Rajsfus. Des juifs dans la collaboration est paru en 1980. L’auteur, le journaliste devenu historien Maurice Rajsfus, est né en 1928, de parents juifs polonais, morts en déportation à Auschwitz et Maurice Rajsfus fut lui-même raflé au Vel d’Hiv alors qu’il n’était qu’adolescent (il en réchappa par miracle). L’ouvrage est préfacé par Pierre Vidal-Naquet, historien connu notamment pour ses travaux sur le génocide juif et le négationnisme, qui apporte au livre son indispensable crédit. […]

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant