►   Recevoir la newsletter 
House-of-Cards
House of cards : analyse d’un phénomène politico-médiatique
120328071522685669
Audrey Pulvar, les pauvres et l’argent
canal-plus
Droit de réponse à Anal +
3307204-4742939
Le Débloque-Notes de Marc Hillman (Semaine du 26 Mars 2012)

El Andalous : le mythe de l’âge d’or musulman

25 octobre 2012, 1:13 Auteur : 25 commentaires

Voici une idée reçue, un mythe que les islamophiles en tous genres nous ressortent pour démontrer que l’islam serait une religion de paix, de tolérance et de libertés, et que la période andalouse aurait été un âge d’or de l’islam et de la civilisation européenne.Voici quelques éléments factuels pour comprendre que ce maigre contre-exemple n’en est même pas un.

1- Toujours le même contre-exemple

Bizarrement, sur 1400 ans d’histoire, les musulmans n’auraient pas d’autres lieux géographiques, ni d’autres périodes historiques, qui prouveraient que l’islam élève l’humanité.

2- Comme toutes les exceptions, elle confirme la règle

En l’occurrence la règle de l’islam dominant est toujours la même : soumission, discrimination, violence, pression conformiste du groupe sur l’individu qui n’existe quasiment pas, pauvreté, inégalité homme-femme, absence de laïcité, etc. etc.

3- Esclaves et dhimmis

L’Andalousie n’était en rien un modèle, les non-musulmans étant soumis au statut de “dhimmi” (avec des droits inférieurs et spécifiques).

L’esclavage avait cours en Espagne sous le règne des musulmans (esclavage de chrétiens), par ailleurs on décompte 150 batailles des chrétiens contre les musulmans sur la période Al Andalus. Et le statut de dhimmis était en vigueur pour les non-musulmans, par exemple les chrétiens n’avaient pas le droit de porter une épée, ni de monter à cheval, mais ils devaient porter un habit les rendant reconnaissables parmi tous les autres (ça ne vous rappelle rien) ?

“L’histoire de l’Andalousie musulmane est mal connue, et cette terre médiévale n’a pas échappé aux dures réalités de son temps, notamment l’esclavage et la traite des chrétiens par les autorités califales.” [1]

4- Et la Reconquista ?

On peut se demander pourquoi il y eut la Reconquista, qui renvoya les musulmans de là où ils venaient, si l’islam était si apprécié en Espagne à cette époque.

5- Des savants maltraités

“En ces siècles réputés obscurs, l’Andalousie aurait été un moment et un lieu lumineux, une sorte de forum libéral et intellectuel, où les cultures monothéistes auraient échangé autour de grandes figures tutélaires : le penseur juif Maïmonide, ou le médecin musulman aristotélicien Averroès. Sans dénier l’œuvre bien réelle de ces savants, rappelons que les œuvres de ce dernier ont été brûlées pas le calife almohade Yacoub El Mansour (1184-1199), avant qu’il ne ferme la porte de l’ijtihad, la libre interprétation du texte coranique, et n’interdise les cultes non musulmans. Dans le cadre de la lutte contre l’intégrisme musulman en Égypte, Youssef Chahine a consacré son film Le destin (1997) à cet épisode.[1]

Au sujet de la fermeture des porte de l’Ijtihad, lire ou relire notre article sur le livre de Robert Reilly, The closing of the muslim mind.

6- Une falsication de l’histoire

« Pour accepter l’islam, l’Europe a forgé le mythe de l’Andalousie tolérante qui aurait constitué un âge d’or pour les trois religions. Tout ce qui concerne les combats, le statut humiliant du non musulman a été soigneusement gommé. Il s’agit d’une véritable falsification de l’histoire réelle[2]. »

7- Relation avec les juifs

Voici finalement ce qu’on peut trouver sur wikipedia :

“”Débats sur la nature de l’âge d’or
La situation des non-musulmans dans le califat de Cordoue a donné lieu à de nombreuses controverses parmi les spécialistes et commentateurs de la période, en particulier ceux qui souhaitent établir des similitudes avec la coexistence des musulmans et des non-musulmans dans le monde moderne.
Il a été dit que les Juifs, ainsi que les autres minorités religieuses, étaient nettement mieux traités dans la péninsule ibérique sous contrôle musulman qu’en Europe chrétienne, et qu’ils y ont vécu une période unique dans l’histoire de tolérance de respect et d’harmonie. Pour d’autres, bien qu’al-Andalus ait été l’un des pôles majeurs du judaïsme pendant le haut Moyen Âge, et le berceau de communautés stables et prospères, il n’est pas certain que les relations entre Juifs et musulmans aient été un modèle de dialogue inter-religieux, et le traitement des Juifs pourrait n’avoir pas été très différent de celui qui leur était réservé ailleurs.
María Rosa Menocal, spécialiste de la littérature ibérique à l’université Yale, est d’avis que la tolérance était un aspect inhérent à la société andalouse, et que les dhimmis juifs vivant dans le califat de Cordoue étaient, bien que considérés comme des citoyens de seconde classe, mieux traités qu’ailleurs dans le monde. Al-Andalus était considérée par les Juifs, ainsi que par des chrétiens adhérant à des sectes jugées hérétiques par Rome, comme une terre d’accueil.
Bernard Lewis, professeur émérite des études sur le Moyen-Orient à l’université de Princeton, considère cette image comme largement faussée, et sa comparaison avec le monde moderne comme anhistorique et apologétique. Les prétentions de l’islam à la tolérance seraient, selon lui, très récentes et ne se retrouvent pas parmi les partisans d’un retour à l’islam. Les sociétés islamiques traditionnelles n’auraient jamais accordé une telle égalité, ni même prétendu le faire, celle-ci allant à contre-courant de leur vision théologique du monde.
Selon Mark Cohen, professeur d’études proche-orientales à l’université de Princeton, le « mythe d’une utopie inter-religieuse », déjà rencontré dans le Moyen Âge tardif, aurait été fortement développé par les historiens juifs allemands du XIXe siècle, dont Heinrich Graetz, qui critiquaient de la sorte le traitement subi par les Juifs en Europe chrétienne, particulièrement en Europe orientale. Cette vision aurait été récupérée par les Arabes lors de la création de l’état d’Israël, comme une « arme de propagande contre le sionisme, » lequel serait responsable d’avoir brisé l’harmonie qui aurait régné jusqu’alors entre Juifs et Arabes dans la Palestine ottomane. Cette mythisation de l’histoire aurait généré un « contre-mythe » présentant une « conception néo-lacrymale de l’histoire judéo-arabe » par des écrivains (polémistes) comme Bat Yeor, aussi éloignée que la première de la réalité.
Frederick Schweitzer et Marvin Perry pensent eux aussi que la vision traditionnelle de l’âge d’or a été fortement exploitée par les Arabes musulmans après 1948 dans un but polémique contre l’état d’Israël, et qu’elle ignore une série de manifestations de haine et de massacres moins connus, comme le massacre de Grenade, mais aussi celui de Cordoue en 1011.”


[1] IDÉES REÇUES SUR LE MONDE ARABE, éditions Le cavalier bleu, 2012, p. 52

[2] Anne-Marie Delcambre, islamologue

25 commentaires

  1. analgesix dit :

    quand j’étais au lycée on nous avait emmené voir le film “le destin” de youssef chahine, le synopsis disait la connerie suivante : “a l’époque ou l’Andalousie n’était pas encore chrétienne…” et la prof d’histoire-géo bien loin de rectifier cette “erreur” enfonça la clou en parlant non pas de reconquista, mais d’INVASION chrétienne.

    et d’après ce que m’a dit un ami qui était venu avec sa classe et son prof d’histoire-géo, on lui a sorti la même connerie

    bref l’éduc’naze a clairement pour ordre de nous faire passer nous européens pour les spoliateurs des terres européennes et de faire des arabes et turcs les victimes de l’histoire.

  2. visiteur dit :

    Il y a une question que je me pose : que propose Jean Robin et Enquête et Débat concernant les millions de français de confession musulmane, conséquence direct de l’immigration de masse voulue par nos élites à partir des années 60.
    Les virer ?

  3. jemerappelle dit :

    Bel article, j’espère qu’il sera suivi par d’autres.
    Concernant le curiosité absente du monde musulman mais a été au coeur de la civilisation occidentale, Bernard Lewis, spécialiste de l’empire ottoman et de la Turquie écrivait qu’au 17e siècle, l’imprimerie était interdite dans cet empire, pas un seul dictionnaire arabe vers les langues européennes, alors que cette invention existait depuis 200 ans en Europe et qu’il existait déjà, 20 dictionnaires des langues européennes vers l’arabe, des érudits de monde musulman, qu’on appelle des orientalistes; mais qui donc empêche le monde musulman d’avoir ses propres occidentalistes?.L’absence de curiosité sans doute?.

    Une description de la vie à Alger sous la régence à été faite par le 1er consul américain, un peu avant la guerre et la prise d’Alger par la marine française, il serait intéressant d’en trouver traces.

  4. Tof dit :

    @visiteur
    N’importe quoi, il ne s’agit pas de les virer, mais de réaffirmer la laïcité, socle nécessaire pour l’harmonie de notre pays, mêmes droits, mêmes devoirs, quelques soient les origines et religions de ses citoyens, qu’ils soient français de naissance ou naturalisés.
    Or, de multiples lois remettent en cause ce socle en établissant des différences de traitement “communautarisant”, sans parler de celles propres à l’immigration, et des manquements à la neutralité de l’état pour le financement de lieux de culte.

  5. El Gringo dit :

    @ visiteur
    Il y a une question que je me pose : que propose Jean Robin et Enquête et Débat pour bien conserver les géraniums pendant l’hiver?
    D’accord, ça n’a rien n’a voir avec le thème de l’article mais votre question non plus.

  6. Thomas FERRIER dit :

    Virer ou inciter à partir, ce n’est pas synonyme.

    @ Tof

    Je ne suis pas d’accord avec votre vision des choses.

  7. Belgianstyle dit :

    Je crois qu’il faut cadrer cela dans le contexte de l’époque, cet âge d’or est certainement auréolé d’une surenchère romantique, en réalité ce fut un monde brutal comme pour le reste du monde d’alors, il n’en demeure pas moins que proportionnellement les musulmans de cette époque furent dans la plupart des domaines du savoir très en avance sur les européens, c’est pas moi qui le dit, les manuels d’histoire des plus sérieux mettent cet aspect en lumière, non?

  8. Belgianstyle dit :

    Le développent de l’Europe est lié à des évènements ponctuels exponentiels et très localisés ayant arraché le reste de la population européenne de l’ignorance et l’arriération. La Pologne au 17ème siècle se rapprochait plus du moyen-âge que de l’ère moderne, des pays comme la Roumanie il y a même pas 200 ans était dotée d’une population beaucoup plus ignorante que celle d’Afrique du nord.
    Le développement du monde est lié a un concours de circonstances particulières comparable à des étincelles qui n’ont aucun lien avec l’aspect ethnique, bien au contraire, ce sont les échanges commerciaux qui développèrent le monde et certains endroits furent simplement plus propices que d’autres grâce a un changement d’état d’esprit : la capacité de s’ouvrir à l’autre et aux autres cultures et religions, l’esprit de consensus, c’est ce qu’avait compris les Pays-Bas (Provinces protestantes unies) il y 400 ans, hissant leur pays très au-dessus des autres. Lors de la fuite en Angleterre de la marine hollandaise(la plus grande marine commerciale du monde d’alors)devant la menace française, elle importa cet état d’esprit chez les anglais qui l’employèrent à leur tour, c’est l’origine de la révolution industrielle et de l’empire anglais, et par extension, de la puissance américaine. Désolé pour les sources, je ne m’en souviens pas nominativement.

    • Jean dit :

      @Belgianstyle
      “Le développement du monde est lié a un concours de circonstances particulières comparable à des étincelles qui n’ont aucun lien avec l’aspect ethnique, bien au contraire” : exactement, d’ailleurs les Américains ont pu aller par hasard sur la lune, et les avions du 11 septembre sont allés s’encastrer par hasard dans les tours du WTC.

  9. Guillaume dit :

    @Tof
    La laïcité n’est pas nécessaire à une société harmonieuse. J’en veux pour preuve le nombre de pays occidentaux ayant une religion d’état et qui ne se portent pas plus mal que nous à priori (Angleterre, Irlande, Danemark, Grèce, Monaco, Malte …). Liberté religieuse et laïcité ne sont pas synonymes.

    La problème vient plutôt de l’esprit de tolérance irénique de notre société …

  10. Tof dit :

    @T.Ferrier Me partageriez-vous votre vision de la question? Je ne demande pas mieux que d’enrichir ma compréhension!

  11. Shaul dit :

    A Analgésix,

    En même temps, le film “le Destin” est une merveille.

  12. Pierre75 dit :

    Jean, vous avez mis en illustration de l’article un ouvrage de la collection “Idées reçues sur…”
    Cette collection reprend, en général, les points de vue de la gauche la plus orthodoxe sur la plupart des sujets. En est-il autrement dans son ouvrage sur le monde arabe ? Je serais très surpris que ce livre mette en question Al Andalus et d’autres sujets, dans la perspective de votre site!!

  13. Thomas FERRIER dit :

    @ Tof

    Ma vision est remigrationniste.

  14. Tof dit :

    @Guillaume Je parle de laïcité, en tant que neutralité de l’état face aux diverses appartenances religieuses. Et de respect d’un même cadre légal pour tous quelques soient leur appartenance. Ca, cela me semble la base pour préserver une unité nationale. J’ai peut-être utilisé un terme inapproprié en parlant d’harmonie.

    Vous dites ” Liberté religieuse et laïcité ne sont pas synonymes.” Je ne suis pas sûr de ce que vous voulez dire. La laïcité telle que je la conçois est justement de garantir à chacun les mêmes libertés, quelques soient leur appartenance, ET les mêmes règles. Liberté ne veut pas dire permissivité ni anarchie, et liberté ne veut pas dire qu’on fait ce qu’on veut en dépit des autres.

    Les exemples que vous citez… franchement… l’Irlande, bon soit, bloody Sunday c’est du passé. L’Angleterre? Vous avez entendu parler de ce tribunal islamique, qui applique ses sentences selon la charia, non? Pour ne citer que cet exemple! Monaco? Pffff, trouvez des exemples plus crédibles s’il vous plait, avec une Amex Platinum dans chaque poche et une Ferrarri dans chaque garage, moi aussi je peux garantir une liberté religieuse optimale, entre gens de “bonne société”.

    “La problème vient plutôt de l’esprit de tolérance irénique de notre société …”
    Là, on est bien d’accord.
    Les prières de rue, pour moi, cela s’assimile purement et simplement à une manifestation religieuse publique, et devrait être soumises à autorisation préfectorale, comme pour toute manifestation.

  15. Pierre75 dit :

    @ Jean : Impressionnant dans ce cas! Les lignes bougent sérieusement, car les autres ouvrages de cette collection donnaient dans le consensuel médiatique.
    Et ici, pour critiquer Al Andalous, vous citez Mme Delcambre et non des pages de cet ouvrage, mais vous donnez envie d’y voir de plus près.

  16. Guillaume dit :

    @Tof Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. En l’occurrence je n’ai certainement pas dit que les exemples cités n’avaient pas moins de problèmes que nous. Je dit simplement que la laïcité est un concept très français, qu’on peut simplement opposer au fait d’avoir une religion d’état mais que la laïcité ci ne change fondamentalement pas le problème.

    D’accord sur les prières de rues. Pour la construction d’édifices de cultes, les subventions publiques (évidemment) et étrangères devraient aussi être bannies par exemple.

  17. Belgianstyle dit :

    Jean@ Les américains ont été sur la lune par la somme internationale des connaissances mondiales, le plus proche apport fut la science allemande sans laquelle ils auraient été incapables d’envoyer le moindre projectile dans l’espace avant 20 ans, même du temps de la guerre froide, malgré la réussite sur la lune, les soviétiques eux se démenaient avec un seul ingénieur qui au départ était plafonnier…alors que les américains avaient derrière eux de nombreuses universités qui travaillaient 24h sur 24h (en réalité occupés sur ordre du gouvernement à détruire l’idéologie communiste). Les russes sont beaucoup plus intelligents que les américains, mais comme c’est un peuple slave ils ont sont moins méthodiques, comme les latins ils sont plus portés sur la nonchalance, tout le contraire des peuples protestants qui voient plus la vie sous l’angle de l’esclavage journalier au travail et de la vénération de l’argent.

    Je parlais pas de terrorisme mais de l’origine du progrès qui n’est pas confiné à un seul peuple et une civilisation, mais à de nombreux peuples et plusieurs civilisations qui y ont contribué, même les musulmans.

    Je détruis les mythes depuis longtemps bien avant de lire cet article, notamment celui de l’âge d’or musulman, mais en gardant une série de choses qui sont bien réelles, les arabes de cette époque étaient loin d’être des imbéciles.

  18. Fucius dit :

    Il me semble nécessaire de citer aussi la traite islamique des Noirs, dont on oublie qu’elle commença dès le début de l’islam et donc qu’elle était en pleine vigueur à cette époque.

    Cette traite était infiniment plus ignoble que celle que les Occidentaux allaient développer du 16e et 19e siècle, et qui eut par ailleurs le mérite, grâce au christianisme, et bien que les esclaves fussent exploités bien loin de l’Europe, de déclencher leur prise de conscience et le vaste mouvement de lutte contre le racisme et ses déclinaisons esclavagistes, qui s’imposa ensuite au monde islamique grâce à la suprématie militaire et démographique occidentale.

    En effet, dans la traite arabo-musulmane des Noirs, et au contraire de l’occidentale:
    – Les hommes étaient castrés (paroxysme de l’ignominie raciste !), avec une mortalité effroyable, voir “castration” sous Wikipedia anglais
    – Les esclaves Noirs étaient présents en très grand nombre au coeur même de la civilisation musulmane
    – La traite islamique des Noirs incluait la “production” (capture) d’esclaves

    Sur le statut de dhimmi: Il s’applique aux chrétiens appartenant à un peuple soumis collectivement à l’islam. La distinction vestimentaire, comme le principe de soumission collectif, est nécessaire à cause du droit distinctif. Aujourd’hui les pays musulmans mentionnent la religion sur la cartes d’identité pour la même raison. Nous ne pourrons pas y échapper.

    Les autres chrétiens sont des esclaves en puissance, quoique pas par racisme, et pas toujours castrés.

    Le problème de fond est encore et toujours la charia, et l’obligation où elle met les musulmans d’imposer l’ordre d’Allah, un ordre que seul l’islam peut déterminer parce qu’il est absolu (universel et intemporel).

    Il faut préciser ici que le christianisme, et non l’athéisme, est aux antipodes de l’islam sur ce point fondamental.
    En effet l’athéisme nie qu’il existe un Dieu, pas qu’il existe un droit absolu (intemporel et universel) dans bien des domaines – et l’ego des socialistes n’en exige pas moins. La connivence entre socialistes et islamistes vient aussi de ce qu’ils se comprennent sur ce point.
    Mais le christianisme, lui, affirme l’existence de Dieu ET qu’il n’existe pas d’absolu en matière de droit positif, parce que le Créateur ne nous révèle qu’une morale abstraite, et que lorsqu’il s’est fait humain il n’a pas gouverné ni imposé. Par conséquent, un droit positif absolu n’existe pas.

    On comprend ainsi le conflit entre islam et christianisme, l’athéisme des socialistes, et leur préférence pour l’islam. Et l’indissociabilité du libéralisme et du christianisme.

  19. Ricouti dit :

    Les faits historiques évoqués ici sont certainement vrais mais on ne voit pas bien en quoi ils servent l’idee (l’obsession ?) de Jean Robin, à savoir que l’ Islam est une religion ayant des caracteres specifiques et est notre ennemie.
    Que les peuples colonisés soient des “dhimmis “, on veut bien le croire. Simplement, quand on manipule des données historiques, on ne les juge pas à la lumière de nos principes actuels. On les replace dans la mentalité de l’époque. Précisément , à cette époque, il y a eu la “croisade contre les albigeois” dans le sud-ouest de la France. Pensez vous que l’inquisition traitaient les cathares avec plus d”humanité ?.
    Et la révolte des paysans en Angleterre (1381) contre le servage, c’était contre les arables?

    En realité si on regarde un peu vers le passé, on s’aperçoit que les chrétiens n’ont pas fait mieux que les musulmans. Il se trouve que les pays musulmans ont plusieurs siècles de retard sur nous.
    Ce qui nous révolte chez eux est ce que nous étions autrefois. Tout ça ne démontre rien.
    Ce n’est donc pas avec ces arguments faibles qu’on obtiendra que l’Islam se plie aux lois de la Republique.

    • Jean dit :

      @Ricouti
      “Ce qui nous révolte chez eux est ce que nous étions autrefois. Tout ça ne démontre rien.” : c’est bien évidemment faux, jamais en France on a mis des burqas aux femmes, ni pratiqué l’excision, encore moins la charia, sans parler des 5 piliers de l’islam, mais quand bien même ce serait vrai, il ne serait pas possible pour la France du 21ème de cohabiter avec la France du 15ème.

  20. ricouti dit :

    @jean : les exactions de l’inquisition valaient la charia. Mais nous sommes d’accord sur la cohabitation impossible entre la France d’aujourd’hui et celle d’hier , pas besoin de remonter au XVeme siecle. ce n’est pas une question de religion , mais de décalage temporel.
    Ce sont donc d’autres arguments qu’il faut trouver plutot que perdre son temps à chercher une specificite hypothetique dans l’Islam , à moins de se lancer dans une controverse theologique comme on aimait le faire du temps de St Dominique (qui a couvert bien des crimes, selon nos criteres actuels)

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant