►   Recevoir la newsletter 
Eleutheros_200px
Interview de l’association Eleutheros – Pour le droit d’être chrétien
bercoff2
Cantonales et la droite
prison des Baumettes 2
Les Baumettes rachetées par le Club MEd ?
comprendre la nature humaine
Steven PINKER, Comprendre la nature humaine, O.Jacob, 2005

Interview de Pascal Hilout suite à sa conférence avec Farida Belghoul

21 juin 2014, 19:41 Auteur : 0 commentaire

pascal-hilout1/ Pascal Hilout (photo), nous avons relayé la vidéo de votre conférence en compagnie de l’abbé Pagès et de Farida Belghoul sur la théorie du genre. Pourquoi avoir participé à une telle conférence ?

Je ne dis jamais non au débat. Je l’adore contradictoire. Je pousse ce vice au point d’aller saluer les avocats de nos accusateurs au sein-même de la XVIIe chambre. Oui, la démocratie voudrait que l’on souffre nos contradicteurs, y compris ceux qui veulent nous faire les poches et nous bâillonner. C’est Frère Thierry du Cercle de l’Aréopage qui m’a invité à ce dîner-débat. Pour m’avoir porté la contradiction au Centre St Paul, aux côtés de l’abbé de Tanouarn, Frère Thierry savait que je n’étais ni chrétien ni musulman. Il pouvait deviner que je ne crois pas à l’apocalypse selon Sainte Farida qui nous annonce la fin de la procréation et la reproduction normale de l’humanité, menacée qu’elle est par Sodome et Gomorrhe dont les enseignements pervers arrivent dans l’enceinte de nos écoles. Personnellement, j’ai toujours pensé que les socialistes amusaient bien la galerie avec les lubies d’un lobby minoritaire chez les homosexuels qui, dans leur grande majorité, n’en demandaient pas tant de publicité.

Mais tout de même, je suis pour une vraie réflexion sur le droit de l’enfant – de tous les enfants – à un papa et une maman et à un foyer stable, aimant, bienveillant. L’enfant, cet être humain, n’est pas un simple objet de désir à disposition des parents qui, jusqu’à nouvel ordre, ne peuvent être que de sexes différents. C’est en cela que je suis d’accord avec la Manif pour tous, avec Mme Belghoul et avec M. l’abbé Pagès. Je me réclame conservateur dans le sens où la famille est, et sera, toujours sacrée, parce que l’enfant, l’être humain est sacré. Même s’ils exagèrent, Mme Belghoul et ses amis des JRE ont quelque chose à nous dire et il faut les écouter sans verser dans leurs exagérations.

2/ Dans la vidéo on voit l’abbé Pagès hocher positivement de la tête quand Farida Belghoul s’exprime, et il la soutient ouvertement. Comment expliquez-vous l’alliance de catholiques anti-islam comme l’Abbé Pagès (ou d’autres) avec des musulmans comme Farida Belghoul ?

Moi aussi, j’ai hoché positivement de la tête lorsque Farida Belghoul avait exposé son point de vue. Je crois que les catholiques, les musulmans et les non-croyants comme moi, peuvent se retrouver dans leur défense commune de la famille et des droits de l’enfant. Mais il est tout à fait normal de mettre aussi en évidence ce qui nous « clive » comme on dit. Nous tous, croyants et non-croyants, savons parfaitement que l’islam se moque royalement du droit de l’enfant puisqu’il n’a de respect que pour le phallus surdimensionné du riche et du puissant capable de s’entourer d’un harem pour manifester sa richesse pécuniaire et sexuelle. “Épousez (inkahou en arabe, d’où le mot français niquer) les femmes par deux, par trois, par quatre… et autant que votre dextre peut en acquérir” [sur le marché des concubines]. Voilà ce que pense le  “très saint” Coran de la femme-marchandise. Simple objet de plaisir et de reproduction d’une progéniture invitée à se sacrifier pour la gloire d’Allah et de ses puissants représentants sur terre. Les catholiques en savent bien des choses sur l’islam et les musulmans, mais ils sont obligés de composer avec la réalité humaine, historique et géographique. La France et l’Europe ont déjà commis l’erreur de reconnaître l’islam comme religion et tout le monde risque de la payer très cher.

3/ Assiste-t-on à un “front de la foi” comme dit Alain Soral ?

En matière de propositions paradoxales, Soral et ses copains – dont Farida Belghoul – sont très doués. Ils sont capables, comme ici, de faire feu de tout bois et ils n’ont nullement peur de vouloir réconcilier, ne fusse que le temps d’une manifestation, les inconciliables. Mais je crains qu’ils n’aient raison et que, par la même occasion, les socialistes ne s’avèrent plus intelligents que Soral-Dieudonné et que tous ces fronts de circonstance. La gauche a su susciter des oppositions sur des sujets divers pour nous amuser. Et pendant ce temps-là, l’immigration sans intégration et l’islamisation du pays avancent tranquillement, mosquée après mosquée, toutes flanquées d’une association et d’un centre culturel pour ne pas s’afficher école coranique. Soral, et Dieudonné font les fous et s’enrichissent sur le dos d’un fans-club à qui ils vendent de vieilles théories anti-capitalistes, mais surtout des obscénités. Ils font croire à leurs bailleurs de fonds iraniens et à leur clientèle foncièrement antisémite qu’ils combattent le sionisme, le capitalisme, l’américanisme et leur prétendu expansionnisme. Manuel Valls et Caroline Fourest (que je salue au passage) ne peuvent que se réjouir de ces fronts de diversion qui leurs permettent de crier haro sur les cathos et sur les antisémites théâtraux. L’antisémitisme dans le sens d’anti-judaïsme primaire divulgué à grande échelle dans toutes les mosquées et à travers tant de versets coraniques peut continuer son petit bonhomme de chemin. L’anti-sionisme prétendument pro-palestinien lui sert de cache-sexe.

4/ On sent de vives tensions dans la salle pendant toute la vidéo, et la conférence s’arrête brutalement au bout de 30 minutes, que s’est-il passé exactement ?

Les morceaux de vidéo présentés par “Reconquête Info” ne relatent qu’une partie du dîner-débat. C’est le vidéaste de Mme Belghoul (qui était face à nous les trois intervenants) qui dispose de toutes les séquences. La longue intervention de Mme Belghoul a été bien suivie, même s’il y avait deux dames des lieux qui cherchaient un prétexte pour se faire virer et aller faire un tour hors du parloir. Mais tout s’est corsé lorsque j’avais fini mon texte où j’avais démontré que la pratique islamique au sujet du genre n’était pas théorique et que la musulmane torpillait le creuset de fusion que la France a toujours été : comme tout le monde le sait, la musulmane est interdite de GPA, de Gestation Pour Autres que des musulmans ou des convertis bien circoncis. Dès que j’avais fini la lecture de mon texte, le cameraman qui accompagnait Mme Belghoul (son fils ?) s’est exclamé : “C’est ça Riposte Laïque Franc-Maçonnique ?!”. Je lui ai répondu par un sourire accompagné d’un haussement d’épaules. Le jeune homme s’est dû sentir un peu frustré. Par la suite, Mme Belghoul a cru pouvoir échapper à une question de la salle qui lui demandait ce qu’elle entreprenait contre les écoles coraniques qui pourrissent la vie de nos enfants en banlieue. Elle s’en est prise à des absents (à Christine Tasin) et, dans la foulée, elle a osé prétendre que j’aurais été irrespectueux envers elle pendant qu’elle exposait son point de vue. Devant caméra, je lui ai demandé de visionner toute la séquence pour constater que j’étais sage comme une image et qu’elle me devait des excuses. Se sentant comme obligé de défendre une pauvre Dame attaquée de toute part, le cameraman qui n’appréciait pas mes sourires moqueurs de ce que prétendait Mme Belghoul s’est saisi de la caméra et puis m’a lancé “Je vais te la fracasser sur la tête !”. En guise de réponse de ma part, il n’a obtenu qu’un sourire supplémentaire. Et voilà qu’un monsieur d’un certain âge se lève et demande aux cameraman de me faire ses excuses. Une fois, deux fois, rien n’y fait ! Et là, il a eu une exclamation de génie : “Qu’on m’apporte un couteau !”. J’ai vu le jeune cameraman barbu passer par toutes les couleurs. Certainement habitué à sa toute-puissance juvénile, il ne s’attendait pas à trouver plus fort que lui. Et voilà que la simple évocation d’un couteau virtuel le remet à sa place. Le débat était terminé et Mme Belghoul n’avait qu’une hâte, c’est de se retirer. Sans rancune, dans la rue j’ai pu saluer Mme Belghoul et même son cameraman que l’abbé Pagès invitait aussi à s’excuser. A ma connaissance, Mme Belghoul n’a pas encore mis en ligne la vidéo de ce débat agité mais bien instructif. Il démontre qu’il ne faut surtout pas toucher à un sexe particulier, genre musulmane qui, par construction, n’est pas faite pour perpétuer le creuset de fusion que la France a toujours été.

5/ Grèves de privilégiés qui bloquent tout le pays, antisémitisme qui se développe proportionnellement à l’islamisation, chômage de masse… Ce pays est-il foutu ?

Mais non ! Il suffit d’un bon coup de pied dans la fourmilière pour que tous cela change et pour que nous puissions renouer avec la France humaniste et avec son génie judéo-chrétien et gréco-romain. En face, nous n’avons que des médiocres, rongés qu’ils sont par leur haine du juif, du sioniste, du riche et de tous ceux qui brillent par leurs succès. Je tiens d’ailleurs à saluer Manuel Valls qui a su, enfin, hausser le ton et obliger Dieudonné, l’antisémite patenté, qui s’est bien enrichi sur le dos des juifs tout en les vouant, soi-disant, aux gémonies. Je ne suis pas un anti-socialo primaire, ni un admirateur béat de la droite nationale qui, par certains aspects, n’a rien à envier à Dieudonné M’bala M’bala, même si ce dernier nous avait su nous jouer un beau duo à Dreux, avec la complicité de Jean-Marie Le Pen.

6/ Suite aux menaces de mort proférées contre Jean Robin par le duo Cassen-Tasin sur Riposte laïque, tu n’as pas pris position. Ou plutôt tu as pris position en continuant de parler au nom de Riposte laïque et sans condamner publiquement leurs propos ignominieux. Aujourd’hui ils publient à nouveau une attaque contre lui, sans aucune raison, en niant toute responsabilité malgré les faits évidents. Que fais-tu dans une telle association si tu te dis humaniste ?

Les personnes qui ne connaissent pas la rédaction de Riposte Laïque ne peuvent pas imaginer les débats féroces que nous pouvons y mener. Nous sommes une bande de têtes fortes et des esprits libres. Nous ne nous faisons pas de cadeaux ! Exemple : j’ai toujours été contre l’emploi, à tort et à travers, du mot « collabos » qui, soi-disant, répond à l’accusation qu’on nous fait d’être des « fachos ». J’ai toujours pensé qu’en ayant recours à la même monnaie, nous ne valions pas mieux que nos contradicteurs. Je n’utilise jamais le mot « adversaires ». Tout le monde peut le vérifier : je ne me suis jamais attaqué aux organisations de défense des droits de l’Homme et je ne les ai jamais disqualifiées, même si elles nous ont intenté, à Pierre et à moi, le procès que l’on connaît. Je n’ai jamais disqualifié notre justice d’une manière ou d’une autre, même si elle me condamne. Mais voilà, dans une aventure rédactionnelle militante, je dis bien militante, vous ne pouvez pas vous engager tout seul et uniquement avec vos beaux principes. Dans une rédaction, vous trouverez toujours des personnes qui sont opposées à vos positions et, bien souvent, vous êtes amené à avaler des couleuvres et à peser le pour et le contre : dois-je claquer la porte, comme d’autres amis, ou dois-je poursuivre l’aventure malgré tous les désagréments.

Dans le cas de Jean Robin considéré par Pierre Cassen et Christine Tasin comme un traître parce qu’il avait divulgué, à un moment bien particulier, des informations sur Obertone qu’il avait pourtant gardées secrètes auparavant, j’étais bien partagé et je le reste : d’un côté je me posais bien des questions sur le pourquoi de cette indignation de la part de Jean Robin. Je suis bien évidemment pour le droit et même le devoir d’investigation. Jean Robin avait bien évidemment le droit d’éclairer les lecteurs sur un éventuel nouveau Céline. Mais j’ai aussi fortement envisagé la bêtise humaine de la part de l’éditeur Jean Robin : il n’avait pas su recadrer le manuscrit d’un journaliste talentueux pour faire de son livre le succès de librairie que d’autres ont su monter. Vouloir divulguer les secrets et la vraie identité d’un journaliste qui vous faisait confiance au point de vous proposer l’édition d’un livre ne peut relever de la simple recherche de la vérité. C’est en cela que tous mes amis ne sont pas jolis-jolis : ni Jean Robin, ni Pierre Cassen, ni Christine Tasin. Ils sont à la fois bons, mais ils sont parfois à la limite du décent. Mais que voulez-vous, ce sont tous des êtres humains, aussi faibles que je le suis. L’humanisme voudrait qu’on pardonne et qu’on se pardonne aussi ses propres faiblesses.  Vouloir paraître blancs comme anges ne convient pas à notre humanité. Nous projetons toujours une ombre dès que la lumière est braquée sur nous.

Commentaire de Jean Robin : Merci à Pascal Hilout d’avoir répondu sincèrement à notre proposition d’interview. Me concernant, je trouve sa présentation de l’affaire tout à fait biaisée et très mal informée. Il n’y a pas un manuscrit mais deux. Et je n’ai à aucun moment révélé la véritable identité de Laurent Obertone, à aucun moment. C’est une calomnie que de le prétendre ou de le faire croire. J’ai juste démontré qu’il avait menti en prétendant qu’il n’était pas celui que Mediapart disait qu’il était. La réponse de Pascal Hilout à ma 6ème question est évidemment odieuse, surtout de la part de quelqu’un que j’ai toujours soutenu dans son combat (on revisionnera par exemple cette vidéo, mais il y en a d’autres). Mais nous la publions tout de même pour montrer ce qu’il pense réellement, sans filtre. Mettre sur le même plan, d’une part, le travail d’un journaliste indépendant, uniquement payé par ses lecteurs, qui prend des risques, et qui n’a fait que son travail en révélant le mensonge d’un auteur qui prétend dire la vérité, et, d’autre part, des menaces de mort claires et nettes à mon encontre, de la part de gens qui n’étaient même pas visés par mon enquête, ne peut que soulever le cœur. Clairement, Pascal Hilout n’est pas à Riposte laïque par hasard, il assume parfaitement les menaces de mort de ses amis contre moi, et s’en rend par là-même complice. Ce qui ne l’empêche pas de faire la morale à ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, naturellement. Qu’il se rassure, je ne le qualifierai pas de collabo, juste de lâche et de relativiste, ça suffira largement. Je ne lui souhaite pas de recevoir le même genre de fatwa que celle que j’ai reçue de ses amis laïques, mais je constate qu’apparemment les fatwas le dérangent plus quand elles émanent de musulmans que de laïques.

Categories : Laïcité

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

israel
24 novembre 2016

Israël brûle

Contribuez au développement du site en souscrivant