►   Recevoir la newsletter 
censure
Ces films occidentaux censurés en Algérie
bercoff
Grève de la justice
cassen
Pierre Cassen : “On ne peut pas comparer Marx et Mahomet”
3307204-4742939
Le Débloque-Notes d’été de Marc Hillman (Semaine du 10 septembre 2012)

Interview exclusive de Waleed Al Husseini, fondateur du Conseil des ex-musulmans de France

9 juillet 2013, 1:52 Auteur : 2 commentaires

waleed al husseiniWaleed Al-Husseini (photo) est un exilé palestinien et blogueur qui fut arrêté, torturé, emprisonné pendant dix mois et accusé, entre autres, d’offense au sentiment religieux. Il est le fondateur du Conseil des Ex-Musulmans de France (CEMF) dont le lancement officiel vient d’avoir lieu le 6 juillet 2013. Il nous a accordé sa première interview depuis la création du CEMF.

Enquête & Débat : Vous venez de lancer un Conseil des ex-musulmans de France, pourquoi maintenant et pourquoi en France ?
Waleed Al-Husseini : Comme je l’ai expliqué lors de mon intervention à la conférence de presse que nous avons tenue le 6 juillet à Paris, la constitution du CEMF répond à un besoin existant : faire entendre la voix des ex-musulmans en France, les doter d’une organisation qui sera capable de les présenter, les défendre et les faire sortir de l’isolement qu’on leur impose.
Les ex-musulmans où ils sont, ne se sentent pas en sécurité, ont souvent peur de s’exprimer, et ne vivent pas sereinement leur athéisme. En France, pays des droits, nous ne pouvons pas accepter que cela perdure.

E&D : Quelle est votre revendication principale ?
WAH : Au sein du CEMF, nous considérons que les instances représentatives des musulmans en France ne nous représentent pas.
Nous voulons faire du CEMF le représentant de tous ceux qui se reconnaissent dans notre déclaration initiale ; les ex-musulmans en France et ailleurs ont le droit de vivre librement leur athéisme et on se doit de leur garantir la protection nécessaire pour cela.

E&D : Un Conseil des ex-musulmans existe déjà en Allemagne et en Angleterre, quels sont vos rapports avec eux ? Êtes-vous une de leurs filiales ?
WAH : Nous travaillons en étroite collaboration avec eux, mais chaque organisation est indépendante de l’autre et dispose de son programme d’action.
Nous sommes conscients aussi des spécificités de chaque pays et que chaque organisation devrait faire face aux difficultés et aux problèmes rencontrés sur place.

E&D : Comment votre lancement s’est-il passé ? Une vidéo sera-t-elle bientôt disponible ?
WAH : Notre conférence de presse était un grand succès, le débat était très constructif ; sur notre page facebook des vidéos et photos sont disponibles*.

E&D : Une des responsables du Conseil des ex-musulmans de Grande-Bretagne, présente au lancement, a parlé de problème avec Riposte laïque. Pouvez-vous nous en dire plus ?
WAH : Au sein du CEMF, nous sommes clairs et nos objectifs sont bien définis, nous refusons toute amalgame et ce que nous avons tenu à préciser lors de notre conférence de presse et ce que aussi Madame NAMAZIE, porte parole d’ex-musulmans en Angleterre a essayé d’éclaircir. Nous sommes issus des familles musulmanes, nous avons des amis musulmans et nous n’accepterons pas qu’ils soient la cible de quelconque attaque raciste. Le CEMF est indépendant.

E&D : La gauche et la droite en France protègent l’islam, mais ne protègent pas les apostats de l’islam. Êtes-vous d’accord avec ce constat ?
WAH : En France, les ex-musulmans ne sont pas représentés et ne participent pas aux dialogues nationaux et sont absents des débats sur les libertés et ils vivent en silence. En créant le CEMF, nous aurons l’occasion de porter les revendications des ex-musulmans au plus haut niveau et sensibiliser la classe politique à cela.

E&D : En 1999, le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement (de gauche), le 1er ministre Lionel Jospin (de gauche) et le Président de la République Jacques Chirac (de droite) se sont couchés devant les instances musulmanes de France qui ont refusé de considérer l’apostasie comme libre, et n’entraînant pas la peine de mort. Cette décision leur a été imposée par le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche, dirigée par Yussuf Al-Qaradawi. Demandez-vous que le gouvernement revienne sur cette lâcheté qui fait que la liberté de conscience n’existe pas en France pour les musulmans aujourd’hui ?
WAH : Nous ne comprenons pas et ne comprendrons jamais, pourquoi un musulman n’aurait pas le droit de quitter l’islam et que le prix à payer pour une telle décision c’est sa propre vie. Nous dénonçons ce silence-consentement quant à cette FATWA et de Nous exigerons une position ferme et déclarée de la France. La France doit garantir la liberté de conscience pour les musulmans et les instances représentatives musulmanes se doivent de respecter le droit à la vie et de rejeter en bloc ces FATWA privant toute personne quittant l’islam de son droit à la vie. De nombreuse personnes vivant en France nous on fait part de leur craintes d’avouer leur athéisme et nous n’hésiterons pas à faire appel à la justice pour garantir à toutes et à tous, comme à tous les citoyens français, la liberté de conscience.

E&D : En France pour le moment des ex-musulmans ont-ils été tués parce qu’il avait apostasié l’islam ?
WAH : En France, pas à notre connaissance mais dans d’autres pays oui.

E&D : Comme il est très dangereux de se dire apostat de l’islam, comment allez-vous faire pour communiquer pour votre cause dans les médias ?
WAH : Nous sommes conscients du danger en se déclarant ainsi, mais nous voulons faire entendre notre voix et si nous ne le faisons pas nous vivrons cachés. Nous communiquons avec les médias et nous continuerons à le faire d’une façon normale et ne n’accordons pas trop d’importance aux dangers que nous courons. La France est un pays libre et l’État Français nous assurera la protection nécessaire.

E&D : En attendant qu’il revienne sur sa lâcheté de 1999, demandez-vous au gouvernement français qu’il apporte une protection policière aux apostats de l’islam quand ils reçoivent des menaces de mort ?
Tout à fait, c’est ce que nous avons demandé et nous le demanderons, pas seulement contre les menaces de mort mais contre toute intimidation, harcèlement ou incitation ou appel au meurtre dont nous pouvons êtres victimes en tant d’ex-musulmans. Nous n’accepterons pas qu’on nous impose le silence et nous sommes déterminés à défendre notre cause.

*Vidéos disponibles : Waleed Al HusseiniElias Ben AmerAtica SamrahCaroline FourestMaryam NamazieSoad Baba AïssaSafia LebdiMarieme Helie LucasReza MoradiNadia El Fani.

2 commentaires

  1. Nejma 68 dit :

    C’est une très bonne initiative cette interview.
    Riposte laïque a pondu deux torchons à ce sujet.
    Ce qui m’époustoufle c’est le doute qu’émettent certains quant à la sincérité de ce Conseil.
    Quand on sait le courage qu’il faut pour s’afficher ainsi.
    Avec tout mon soutien.

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant