►   Recevoir la newsletter 
42707549
L’homosexualisation “à marche forcée” de la société traditionnelle
juge d'instruction
Nouvelle bavure chez Taubira: 2 truands relâchés …
zorrolegendlogo
Recherche Zorro désespérément
LE JT INTELLIGENT
JT Intelligent n°15 : 24 décembre 2013

Là-bas si j’y suis : sectarisme et copinage

15 avril 2012, 20:03 Auteur : 21 commentaires

Nous poursuivons notre enquête sur les invités des médias, Enquête et Débat est d’ailleurs le seul média à réaliser ce genre d’enquête, et de plus sans parti-pris idéologique. Ainsi après nous être penché sur l’analyse des invités de plusieurs émissions de télé (Ce soir ou jamais, C dans l’air, Bibliothèque Médicis, On n’est pas couché, Revu et corrigé), et de radio (du Grain à Moudre), voici une enquête sur les invités de l’émission Là-bas si j’y suis, sur France Inter. Remerciements à Pablito, qui s’est chargé du travail harassant pour constituer la base de données à partir d’éléments publics.

Cette émission est à elle-seule la preuve du deux poids deux mesures dans notre pays. Sur une chaîne publique (donc payée par les impôts de tous), France Inter en l’occurrence, depuis plus de 20 ans, une émission quotidienne donne la parole à l’extrême-gauche et seulement à l’extrême-gauche. Or France Inter ou aucune autre radio ou télévision de service public ne donne la parole, quotidiennement, pendant une heure ni même une minute, à l’extrême-droite, ou aux libéraux, ou aux pro-israéliens. Le service public, qui est donc censé donner la parole à tous, n’est donc pas pluraliste, mais orienté, vers la gauche et l’extrême-gauche.

Certains (notamment à l’extrême-gauche) qualifieront Alain Finkielkraut d’extrême-droite, et prétendront qu’avec son émission Répliques sur France Culture tous les samedis, l’équilibre est là. Or il s’agit d’une hebdomadaire, et non d’une quotidienne, et la programmation de Répliques est plus conforme au service public, puisqu’il s’agit à chaque émission ou presque d’un débat contradictoire. Une étude des invités de cette émission sera bientôt révélée sur ce site qui le démontrera. Ce qui invalide d’ailleurs l’accusation d’extrême-droite à l’endroit d’Alain Finkielkraut, mais passons.

Par contre, le qualificatif d’extrême-gauche est tout à fait justifié pour Daniel Mermet et son émission Là-bas si j’y suis, car le débat en est totalement absent, et seul le catéchisme anti-libéral, internationaliste gauchiste et pro-palestinien y a droit de cité. Voici ce qu’en dit Mermet : “Nous ne faisons pas une émission militante, mais il est impossible de rester neutre. Informer, c’est choisir“. On se demande ce que serait une émission militante, selon M. Mermet…

Alain Finkielkraut en parlait aussi : “ Et je dirai un dernier mot, un dernier mot sur Castoriadis [cité par Serge Halimi contre BHL] : j’ai été l’ami de Castoriadis. Et simplement, Castoriadis en effet pouvait être très sévère. Mais qui étaient ses amis ? C’étaient des gens qui ne pensaient pas comme lui, c’était Pierre Manent, c’était Philippe Raynaud, c’était Luc Ferry, des gens avec lesquels il se disputait jusqu’à trois heures du matin. Jamais ces gens-là n’auront l’honneur d’une citation au Monde Diplomatique ou chez Daniel Mermet, sauf pour être injuriés. Donc je retire à Serge Halimi le droit de se réclamer de Castoriadis, et j’ajoute pour finir que j’ai essayé de l’inviter, moi, Serge Halimi, à mon émission, lorsqu’il avait fait Les nouveaux chiens de garde, il n’est pas venu. Jamais ces gens-là ne parlent avec des gens qui ne pensent pas comme eux. Ils les injurient, c’est tout ce qu’ils font.” Le Zapping de France Inter, 10.11.2007, cité dans Alain Finkielkraut décrypté, de Jean Robin, éditions Tatamis (2009)

En voici effectivement la preuve, par les invités de l’émission du 1er janvier 2011 au 21 février 2012.
Justement, la personne à avoir été la plus invitée n’est autre que… Serge Halimi ! Avec 10 modestes invitations. Celui qui fait la leçon aux journalistes dans Les nouveaux chiens de garde (livre et documentaire) et leur reproche d’être tout le temps invité et de se renvoyer l’ascenseur fait la même chose avec Daniel Mermet. D’ailleurs, le patron du Monde Diplomatique (détenu à 51% par le Monde donc par des financiers) est en bonne compagnie puisque la deuxième personnalité la plus invitée n’est autre qu’Alain Gresh, directeur adjoint du Monde diplomatique, avec 4 invitations. A eux deux, sur la période étudiée, ils représentent 7,56% de tous les invités, pas mal.

L’émission est quotidienne mais un jour sur deux en moyenne c’est un reportage qui est diffusé, sans invité. Nous avons donc considéré les 183 invités sur la période.
Arrive ensuite sur la dernière marche du podium Sihem Ben Sedrine, journaliste tunisienne, invitée 4 fois elle aussi.
Puis c’est au tour de ceux qui ont été invités 3 fois : l’éditeur Eric Hazan (bien connu de nos lecteurs pour son apologie du communisme et ses mensonges), le journaliste Fabrice Nicolino (La Croix, Politis, Charlie Hebdo), le sociologue Franck Poupeau (Secrétaire éditorial de la revue Actes de la recherche en sciences sociales, fondée en 1975 par Pierre Bourdieu), le journaliste Frédérick Pagès (Canard enchaîné), le romancier et cinéaste Gérard Mordillat (soutien affiché du Front de Gauche), le journaliste Gilles Balbastre (réalisateur du film Les nouveaux chiens de garde et grand ami d’Halimi), le tunisien militant Kamel Jendoubi (intervient souvent sur Al Jazeera), le sociologue Michel Pinçon (soutien du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon), sa femme Monique Pinçon-Charlot (qui soutient aussi Mélenchon), et la retraitée Monique Hervo.

Et s’il vous prend l’idée d’aller regarder ceux qui ont été invités 2 fois, vous trouverez le reste de la famille : Noam Chomsky, Pierre Rimbert, Daniel Bensaïd, Dominique Vidal, Franck Lepage, Frédéric Lordon, Gérard Filoche, Jean Ziegler, Pascal Blanchard, etc. etc. (la liste exhaustive est à disposition de ceux qui le souhaitent : jean@enquete-debat.fr)

Tous du même camp idéologique, donc, et naturellement il en va de même pour les reporters, comme François Ruffin par exemple, auteur des Petits soldats du journalisme, responsable du magazine indépendant Fakir, et … journaliste au Monde diplomatique. Ou encore Antoine Chao, frère du chanteur Manu Chao, et qui partage les mêmes idéaux gauchistes. Ah les copains, les renvois d’ascenseur et tout le tralala ne semblent pas être l’apanage de l’oligarchie !

Sur 183 invités, les personnes invitées 3 fois ou plus représentent 26,22% de tous les invités, soit plus du quart, donc la pluralité n’est même pas de mise non plus. Cerise sur le gâteau, c’est une des émissions qui invite le moins de femmes parmi celles que nous avons étudiées. Elles ne sont que 29 sur 183, soit 15,84% ! Pour des gens défendant notamment l’égalité homme femme et la parité dans les entreprises, dans la politique et même dans les médias, ça la fout mal. Et tout ça avec notre argent.

Bizarrement, les grands médias qui sont régulièrement attaqués par Daniel Mermet, le Monde Diplomatique et Acrimed (association critique média)  n’ont jamais pris la peine de faire le rapide décompte que nous venons de faire, et que nous pourrions étendre à plusieurs années si nous en avions le temps et l’énergie (si un tel travail vous intéresse, envoyez-nous un mail, nous vous expliquerons comment faire). Au lieu de ce travail factuel et inattaquable, nos grands médias ont préféré leur cracher dessus, démontrant ainsi leur nullité. Ces grands médias ne sont décidément à la hauteur de rien.

Categories : bestof, Économie, Médias

21 commentaires

  1. dafatfab dit :

    Article éclaboussant son parti-pris, avec des pseudo-arguments qui peuvent a chaque fois être contrecarrés en 2 minutes. Au vu également du champ lexical employé, cet article est totalement biaisé et inutile. Aller, “Jean”, courage, vous etes presque en summum de l’incompréhension du monde qui vous entoure….

  2. sopode dit :

    1/ Sans défendre France Inter et tous les médias dominants que je ne lis plus que pour rire, quand Mermet dit “Nous ne faisons pas une émission militante, mais il est impossible de rester neutre. Informer, c’est choisir“ il a raison. L’honnêteté c’est de dire d’où on parle, et quels intérêts on veut défendre et servir. Il n’existe pas de médias “neutres” et E&D n’échappe pas à cette règle. On peut à la limite avoir un débat organisé de manière équitable, comme les débats organisés au format Echec & Mat qui ont fait le succès de ce site et qui manquent cruellement ces derniers temps, mais pas un média neutre. Le choix des articles mis dans la revue de presse ou les éditos par exemple en sont le reflet.

    2/ Il est surprenant de voir Jean constamment valider les catégories mises en place par un système qu’il dénonce, telles que “L’extreme gauche”, “les communistes” etc. Il est contradictoire de nous dire que rien ne sert de voter mais de parler d’extrème gauche en opposition à d’autres catégories comme si elles avait une finalité et une conséquence différente dans le jeu politique et qu’elles . Soit on est oligarchie soit on ne l’est pas. Mais nous dire un jour “on est en oligarchie” et le lendemain “le président a le pouvoir” est contradictoire.

    3/ Des questions intelligentes et intelligibles sont beaucoup trop souvent ramenées à des impasses qui rentrent dans le format de pensée schématique communisme/libéralisme de Jean, comme le commentaire ci-dessous. Le problème n’est pas dans la réponse mais dans comment la question est posée.. c’est la manière de poser les questions, et/ou de ne pas poser les bonnes questions qui a un impact sur la qualité du journalisme. C’est pourquoi à ce jour le seul élément d’E&D qui apporte de la qualité à mes yeux est le débat au format Echec et Mat.

    —-
    @Luc Chartrand
    libre à vous d’être contre le prix librement fixé par une entreprise et ses salariés, mais vous préférez le système soviétique ?
    http://www.enquete-debat.fr/archives/dupont-aignan-le-vrai-faux-rebelle-mediatique-30413/comment-page-1#comment-58504
    —-

    • Jean dit :

      @sopode
      ce que vous n’avez pas compris, et que vous ne voulez pas comprendre, c’est que ce site ne défend pas la liberté d’expression de Jean Robin, mais la liberté d’expression de tous, et je dirais même que ça vous ne le supportez pas. Car vous n’avez aucun argument qui démontre que ce que vous refusez qu’on appelle l’extrême-gauche (comment vous l’appelez vous, la gauche de la gauche ? la vraie gauche ? quelle différence puisque seule l’extrême-droite est connotée péjorativement dans ce pays ?) a la main pleine et entière sur une émission du service public depuis plus de 20 ans. Je rappelle qu’un journaliste qui faisait la revue de presse tous les matins sur cette radio s’est fait virer parce qu’il citait toute la presse (dont l’Humanité) et un matin il a cité Minute. Un autre, plus récemment, s’est fait virer parce qu’il citait Siné Hebdo dans sa revue de presse. Voilà, ce sont les faits. S’ils vous déplaisent, cherchez un média qui s’intéresse à défendre une idéologie plutôt que des faits. Nous sommes ouverts à toutes les idées. Au lieu de vous plaindre, écrivez des articles argumentés, sourcés et factuels, on les publiera. Sinon, circulez !

  3. sopode dit :

    Ce que je veux dire c’est que le clivage gauche/droite ne veut plus rien dire, et que le valider c’est entrer dans les catégories d’un système que l’on veut dénoncer. Ces journalistes qui défendent des idées “d’extreme gauche” / “communistes” ou que sais-je d’autre soutiennent tous la dictature européenne, valident le mondialisme, le libre echangisme, la régularisation des clandestins c’est à dire la libre circulation des personnes.

    Ce qui les caractérise ce n’est donc pas de s’étiquetter de gauche, ce sont leurs positions réelles ! Ne rentrons pas dans le jeu de valider leurs étiquettes ou de leur en coller d’autres. Dénonçons plutot d’où ils parlent, qui les paie et quels intérêts ils servent ! Voilà ce qu’un média indépendent peux et doit se permettre de faire.

    Car il est assez incohérent de dénoncer un système vérouillé dont il ne faut rien attendre (je suis très proche de ce constat) tout en passant son temps à le commenter en utilisant les catégories définies par le système. Bref suivre le cours du “roman historique” de la politique qui nous dit qu’un jour la gauche est au pouvoir, qu’un autre c’est la droite, que tel président a le pouvoir, alors que l’oligarchie en place se fout de ces catégories.

    Relisez la réponse de Michel Drac aux 3è et 4è questions. Cet homme est tout à fait lucide et cohérent, il n’attend rien d’un système vérouillé. Il fait aussi un travail remarquable, ce qui me permet de répondre une fois de plus à votre invitation à écrire des articles : il faut être conscient de son role, des ses capacités et de ses priorités, et je le suis. Mon rôle dans la société n’est pas d’écrire, du moins pas pour le moment, ne serait-se que par contrainte de temps. Beaucoup le font déjà et le font mieux que moi.
    Et en toute sincérité je pense que votre rôle est d’animer des débats et de donner la parole comme l’avez déjà beaucoup fait et bien fait (je reconnais qu’E&D défend la liberté d’expression de tous – enfin presque tous, y’a quand même quelques noms censurés, et un article aux commentaires fermés mais c’est un autre sujet) mais qu’objectivement ce site défend tout de même pas mal la liberté d’expression de Jean Robin avec tout un tas d’article d’opinions et de revue de presse orientée par vos soins (tout en laissant une grande liberté aux commentateurs il faut le reconnaitre).

    Je me permets donc une dernière observation ayant trait à la stratégie de développement du site pour vous dire que l’avantage compétitif de E&D est de produire des contenus inédits de qualité (lisez débats inédits) et que c’est en se concentrant sur cette activité que les yeux et l’intérêt général se tourneront vers vous sans que vous n’ayiez à crier à l’aide pour des souscriptions, et pas en cherchant à lever des fonds pour recruter un responsable parternariat dont l’approche “business” reviendrait à privilégier le commerce de l’information plutôt que le contenu. Les gens qui soutiennent E&D le soutiennent pour l’information qu’ils peuvent y trouver et pas pour avoir une réduction au mcdo. Or je crains qu’il y ait en vous un dilemme destructeur entre continuer à produire de la qualité (et dc travailler durement, comme vous le faites), et une certaine volonté de réussir dans le business qui porte préjudice à votre fonction première, car le succès dans le journalisme libre se mesure qualitativement à la reconnaissance des lecteurs sur le long terme plutot que quantitativement par le potentiel succès fulgurant de la start-up E&D.

    Ca fait beaucoup de leçons pour quelqu’un n’y apporte rien d’autre à ce site que de l’audience et des commentaires et je m’arreterai donc là. Bonne soirée.

    • Jean dit :

      @sopode
      vous n’avez pas conscience de ce que représente le fait de créer une entreprise en France, et de chercher à la maintenir en vie en payant 1 salaire et demi. Faites-le, après on en reparlera. Mais mon but n’est pas de faire du business, il est d’être indépendant et autonome financièrement, et de grandir en qualité, pas en quantité. Si vous vous êtes un tout petit peu renseigné sur la France, vous êtes au courant qu’on est un pays de merde pour la création d’entreprise, où le niveau de taxes est un des plus élevé, où le niveau d’entreprenariat général est le plus bas, donc il faut constamment se battre contre tout le monde ou presque pour mener sa barque, aussi petite soit-elle. Et si je ferme les commentaires d’un seul article, j’explique pourquoi dans l’article, ça n’a pas dû vous échapper. Prenez-vous en plutôt à ceux qui viennent pourrir la discussion plutôt qu’à moi. Vous partagez leurs idées, mais au moins vous ne pourrissez pas les fils de discussion (sauf quelques fois mais c’est encore acceptable). La responsabilité commence par ne pas faire trop chier le gars qui entreprend pour tous et qui s’en prend plein la gueule sans se plaindre, comme moi. Quand vous me trouverez une seule autre personne en France qui en fait autant que moi pour LA liberté d’expression en général, et pas celle de tel ou tel clan, ou de tel ou tel clampin, ça m’intéressera. En attendant, ramez avec moi si vous voulez qu’on arrive à bon port.

  4. sopode dit :

    *pour quelqu’un qui n’apporte

  5. seamus dit :

    @ sopode,

    Je suis completement d’accord avec vous au sujet d’Enquete et Debat. Les deux raisons pour lesquelles j’ai souscrit sont les interviews de personnes atypiques peu mediatisees et surtout les debats “echec et mat” souvent passionnants et dont je trouve le format absolument parfait. D’ailleurs j’attends le prochain avec impatience.
    J’aime moins les autres types d’article. Surtout je trouve que Jean n’est pas tres bon quand il fait un article sur lui-meme ou sur un sujet qui l’implique. Cela dit ca n’est que mon avis personnel et ca n’engage que moi.

  6. Dilbert dit :

    France Inter est une radio très intéressante, je l’écoute un peu comme les Soviétiques écoutaient leur radio ou lisaient la Pravda : pour connaître les clivages et les évolutions dans l’intelligentsia étatiste franchouillarde. Ce n’est pas tellement ce qu’ils disent qui compte, mais surtout ce qu’ils ne disent pas…

  7. Jean dit :

    je viens de proposer une interview écrite, par téléphone ou filmée à François Ruffin, on verra s’il l’accepte.

  8. Sylvain M dit :

    Serge Halimi est le fils de Gisèle Halimi,avocate célèbre et militante féministe,qui fut proche de Simone de Beauvoir.
    Bref un gosse de riche,converti au gauchisme pour faire rebelle et anti-système!!

    C’est bizarre dés que l’on se penche sur le parcours de ces gauchistes,ils viennent trés rarement de la France prolétaire,c’est peut être ça qui fait de ces personnes des militants gauchistes enragés.

    Mais Jean vous savez bien que le communisme n’a jamais était appliqué,ce qui c’est passé à l’est comme en Europe,ce n’était qu’une imposture burocratique!!

    Trève de plaisanteries,si vous êtes interessé par les écrits de Lénine,qui permettent de comprendre son idéologie totalitaire allez sur ce lien:
    http://www.marxists.org/francais/lenin/index.htm
    Ont peut lire des textes ce ce grand démocrate qui a libéré le monde du totalitarisme capitaliste (une expression que j’ai inventé, digne de SERGE HALIMI).

    Cordialement Sylvain m

  9. La barbe ! dit :

    En tout cas ce qui est sur, c’est que cette emission a fini par user ma tolérance…. par son négativisme, sa capacité à noircir des situations, quelques fois difficiles, certes et son sectarisme aussi.

    Donnez nous une emission positive, capable d’aborder calmement et equitablement des problemes de societe, de montrer quelques beau exemples de reussite locale, regionale ou nationale… economique, publique ou associative.

    Le noir et la boue, ras le bol !

  10. sylvain dit :

    Quelque chose m’échappe : les libéraux et libertariens abhorrent le qualificatif d'”ultra libéral” estimant que celui-ci vise à les péjorativer, mais alors pourquoi qualifiez-vous la gauche radicale “d’extrême-gauche” ?

    Avant de reprocher aux autres une attitude, il serait certainement plus judicieux de l’adopter vous-même.

    Certains passages du Sermon sur la Montagne sont intéressants à plus d’un titre à ce sujet.

    Je note que Jean Robin est, d’après ce que j’ai vu des vidéos d’Enquête et Débats, quelqu’un de tout à fait respectable et ouvert d’esprit. Dommage que le ton acrimonieux adopté dans l’article et encore plus dans les réponses aux commentaires ternissent cette image.

    • Jean dit :

      @sylvain
      et vous, pourquoi qualifiez-vous l’extrême-gauche de “gauche radicale” ? Avant de reprocher aux autres une attitude, il serait certainement plus judicieux de l’adopter vous-même. Certains passages du Sermon sur la Montagne sont intéressants à plus d’un titre à ce sujet.

  11. sylvain dit :

    J’ai utilisé le terme de gauche radicale, car les principaux intéressés sont les premiers à l’utiliser.

    Mon propos avait pour but de souligner un point qui me semblait à revoir, et non pas chercher à “casser” l’auteur. S’il a pu être ressenti comme étant agressif, j’en suis désolé, c’était sans doute maladroit.
    La capacité à encaisser la critique et à y réagir, avec parfois une fermeté nécessaire, ne devrait à mon sens cependant se faire dans l’optique de jeter de l’huile sur le feu.

    Bonne soirée (ou nuit plutôt).

  12. sylvain dit :

    C’est fou ça, Mr Jean est d’une susceptibilité exacerbée dès qu’on critique légitimement des points discutables de son propos, mais en revanche lorsqu’on poste un message sympathique aucun remerciement ou appréciation positive de sa part.

    Cela conforte que lorsque quelqu’un se présente comme étant l’un des chantres de l’ouverture d’esprit, il a justement le plus souvent des attitudes les plus déplacées, et en contradiction avec les valeurs affichées.

    A bon entendeur …

  13. Kuota dit :

    Bonjour.

    Cet article voudrais nous faire croire que l’extrème gauche à plus le droit de s’exprimer dans les médias. Or c’est tout simplement faux. Il suffit de regarder les chiffres du CSA lors des 4 dernièrs mois qui ont précéder l’élection 2012. Le FN a pu s’exprimer beaucoup plus que tous les partis de gauche réuni (FDG, NPA, LO).

    Les médias use du FN comme un épouvantail pour neutraliser un maximum de révoltés, en sachant qu’au second tour le FN perd presque systématiquement.

  14. bob dit :

    Finki déraille en prétendant être sûr que Castoriadis serait son ami aujourd’hui.

    Manent n’était pas alors une vache sacrée.
    Contrairement à Finkielkraut.

  15. Cécile dit :

    Bonjour à tous,

    J’écris en ce moment un mémoire sur l’émission Là-bas si j’y suis de Daniel Mermet. Je compte analyser le discours idéologique de l’émission.
    Je connais bien cette émission, je connais aussi les journalistes que vous citez. Seulement, sachez que beaucoup d’auditeurs de Là-bas si j’y suis sont parfaitement conscients qu’ils écoutent un journaliste engagé politiquement (d’aileurs sûrement trop engagé puisqu’il a été déplacé par la direction de la radio dans un créneau horaire durant lequel personne n’écoute la radio). Donc si les auditeurs continuent d’écouter cette émission à 15h c’est aussi pour son engagement militant.
    De plus, vous dénnoncez le sectarisme de l’équipe de Daniel Mermet. Sachez que cela fait plusieurs années que ces journalistes tentent d’avoir la parole à la Télévision, dans les conférences publiques etc… en vain. Le problème de l’idéologie est bien là vous avez raison. Certains journalistes, défendant la liberté d’informer dignement, abandonnent ou même se suicident (je pense à Michel Naudy). C’est donc un combat pour Daniel Mermet et son équipe, il n’y a pas d’intérêt à inviter en studio un militant d’extrême droite dont les idées faschistes et anti-immigration contredisent toute égalités de droits pour TOUS ou encore un militant libéral alors que le néo-libéralisme a déjà envahi tout le paysage médiatique français et dont les idées sont actuellement indéfendable compte tenu de la situation misérable dans laquelle l’humanité est en train de sombrer. Le bonheur des uns certes fait le malheur des autres. Mais ces autres se doivent d’avoir au moins une petite place dans le journalisme, ou dans ce qu’il reste du quatrième pouvoir.
    De plus, si vous lisez Marx, vous comprendrez qu’il n’est pas le vilain iniciateur du communisme soviétique et dictatorial mais plutôt un grand intellectuel dont l’humanité se souviendra pour l’idée que tout s’inscrit dans et par l’idéologie.
    Cette émission consacre la plupart de son temps à tenter de mettre en valeur l’idée que l’humain se soumet à l’idéologie libérale pour une certaine quête de bien être biaisée et créée de toute pièce par l’intérêt égoïste de certains hommes. C’est cela que tente de mettre à jour Là-bas si j’y suis. Certes, parler ainsi, c’est s’engager mais ne soyons pas dupe les auditeurs malgré leur grande diversité écoutent cette émission pour son engagement d’idées.
    Ne jettez pas la pierre à Daniel Mermet et son équipe il invite les journalistes et intellectuels qui ont choisi la voie de l’engagement pour une vie meilleure pour tous.
    C’est aussi parce-que l’émission sucite le débat et surtout parce-que c’est un bel exemple de réussite journalistique que l’on parle d’elle.
    Mais ne vous inquiétez pas Jean, ce n’est pas demain la veille que l’on donnera raison à tous ces gens qui consacrent leur vie à améliorer les choses en sucitant le débat. Pour l’instant, le service public donne libre antenne à celles et ceux qui croient rester, tout comme vous, dans le consensus de la neutralité…

    • Jean dit :

      @Cécile
      au vu de votre commentaire, ce n’est pas un mémoire que vous allez écrire, mais un panégyrique. Si des types d’extrême-gauche se suicident, c’est une preuve de quoi s’il vous plaît ? Vous êtes tellement enfermée dans votre idéologie que vous ne savez même plus que ce que liberté d’expression, pluralisme, diversité ou encore démocratie signifient. Vous êtes totalitaire, madame, et comme tous les totalitaires, vous le justifiez au nom du bien. Je n’essaierai donc pas de vous convaincre, je me contenterai juste de vous combattre. Bonne année.

  16. Cécile dit :

    ps : Les invités récurrents comme Serge Halimi sont invités en tant que journalistes du Monde Diplomatique. Les émissions sont alors intitulées “Le Diplo du mois”. Si vous écoutez cette émission, c’est que vous serez parfaitement au courant que vous écoutez des journalistes engagés à gauche… Votre argumentation par les faits est donc elle même biaisée; vous sortez tout de son contexte.

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant