►   Recevoir la newsletter 
langshiming_mao_800
Le “rapport de la politique à la conduite de la guerre”, librement adapté de Sun Tzu, L’Art de la Guerre
Francais_belgrade_BD
Patrice Champion publie Un Français à Belgrade 1990 – 1994
Déficit Sécurité Sociale 2011 - 2060
Une récompense pour qui trouvera 50 milliards d’économies !
joey-starr-20050423-36342
La sur-représentation des rappeurs dans les médias

Le mythe de l’écart salarial hommes-femmes de plus de 20% “à travail égal”

9 mars 2013, 15:00 Auteur : 16 commentaires

A l’occasion des déclarations surréalistes de la ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem, qui promet des sanctions dans les six mois aux entreprises qui ne luttent pas assez efficacement contre l’écart salarial homme femme, nous rediffusons un article de grande qualité que nous avions fait paraître le 21 avril 2011, de Cyril Godonou.

Parité, communautarisme et discrimination positive sont les symptômes de l’égalitarisme. En effet, l’examen des données statistiques n’atteste pas d’une discrimination prétendument importante, notamment pour l’égalité salariale hommes – femmes. Les écarts de salaires de 27 % brut s’expliquent surtout par les préférences de carrière (le temps partiel, la différence de secteur, d’heures supplémentaires et de responsabilité). Lorsqu’on se restreint au travail à temps complet, l’écart est de 10%, dont 5 points inexpliqués.

Toutefois, on constate un écart encore plus fort chez les non-salariés sans employeurs (33 % bruts dont 12 points inexpliqués) que chez les salariés (27 % bruts dont 4,2 points inexpliqués). Chez les salariés à temps complet le différentiel est de 11 % dont 5,1 % inexpliqués. Ainsi, la part inexpliquée d’écart salarial de l’ordre de 5 % entre salariés masculins et féminins, est inférieure à la part inexpliquée chez les actifs sans employeurs (12 %). Des différences moyennes de “performance” expliquent donc probablement une partie de ces 5 % inexpliquées. La discrimination salariale hommes-femmes, à travail égal, semble ainsi tout à fait marginale.

L’énorme discrimination salariale que subiraient les femmes au travail est un exemple qui montre que la passion de l’égalité pousse certains à énoncer des contre-vérités.

Lors des débats sur l’écart salarial hommes-femmes, on entend souvent dire qu’à travail égal les femmes gagneraient 20 % à 30 % de moins que les hommes en France, ce qui serait bien entendu un scandale absolu.

L’observatoire de la parité reprend d’ailleurs ces chiffres bruts : ” Le salaire annuel moyen brut des femmes est inférieur à celui des hommes de 18.9 % dans le secteur privé et semi-public, 37% inférieur si on intègre les heures des temps partiels.” (source)

Toutefois, ceci semble statistiquement inexact, sauf à considérer comme travail égal le seul fait de travailler, indépendamment de la durée, du domaine d’activité et du niveau hiérarchique.

En effet, l’écart de 27 % est brut et intègre donc le temps partiel, la différence de secteur, d’heures supplémentaires et de responsabilité. Techniquement, la part inexpliquée, assimilable à de la discrimination, par les experts est de l’ordre de 5 % en France.

Pour plus d’informations, on peut consulter les travaux d’une administratrice INSEE et d’une économiste sur le sujet : [pdf n°1] [pdf n°2]

Je note, par ailleurs, qu’un journaliste de Marianne, dont l’idée est de dénoncer la précarité des immigrés, en s’appuyant sur les travaux de l’INSEE écrit ceci :

“Normalement, « toutes choses égales par ailleurs », il ne devrait pas apparaître de différence entre les immigrés. En fait, si. L’écart de revenu des immigrés européens tombe à -7 % par rapport aux non immigrés. Autant dire presque rien.”

Alors 5 % pour l’écart hommes-femmes? (voir cet article)

J’aborde à présent la délicate question des performances moyennes des hommes et des femmes au travail et des écarts salariaux. Le champ d’analyse est la France.

En effet, l’opinion dominante tend à assimiler tout écart salarial à de la pure et simple discrimination. S’il est vrai que la discrimination doit être combattue avec la plus grande fermeté, il reste que les différences « objectives » de performance peuvent légalement justifier des différences de rémunération. S’il est vrai que l’écart salarial s’explique pour partie par la discrimination, ce qui doit être sanctionnée et combattue, il demeure que d’autres facteurs non discriminatoires expliquent les écarts de salaire. Il s’agit donc de les mettre en évidence avant d’affirmer qu’ils ne s’expliquent que par le sexisme.

Il a déjà été montré que l’écart salarial hommes-femmes s’expliquait en grande partie par des facteurs objectifs : heures supplémentaires, temps partiel, secteur d’activité, niveau de responsabilité, niveau de qualification, ancienneté etc…On passe donc de 27 % d’écart brut à moins de 5 % de part inexpliquée. C’est cette part inexpliquée qui peut être assimilée à de la discrimination.

Mais, cette part inexpliquée dans les travaux évoqués ne signifie pas qu’il n’existe aucune explication dans l’absolu. Autrement dit, ces 4 % ou 5 % ne sont pas forcément entièrement dus à de la discrimination. C’est ce qu’il faut à présent tâcher d’analyser.

Pour ce faire, nous allons procéder par un raisonnement par l’absurde, en supposant que l’écart salarial est exclusivement dû à de la discrimination. Autrement dit c’est l’employeur qui discrimine les femmes. En partant de cette hypothèse, la seule façon d’avoir l’écart salarial « sans discrimination » est de considérer les écarts de rémunération des hommes et des femmes qui n’ont pas d’employeur : il s’agit de ceux qui travaillent à leur propre compte.

Nous allons nous référer aux travaux de l’Institut national de la statistique et des études économiques, dans la revue INSEE PREMIERE n°954 mars 2004.

« D’une part, à fonction ou secteur équivalent, elles gagnent moins que leurs homologues masculins et d’autre part, elles sont relativement plus nombreuses dans les fonctions et dans les secteurs les moins rémunérateurs. En 2001, elles gagnaient en moyenne 29 500 euros net par an soit un tiers de moins que les dirigeants. Leur situation s’est un peu améliorée avec le temps puisque l’écart était de 39 % en 1993. Si on élimine les effets de secteur d’activité, de taille, de forme juridique et d’âge, le salaire des dirigeantes reste de 20 % inférieur à celui des dirigeants et cet écart est plus fort que pour l’ensemble des salariés (12 %). Chez les jeunes générations, ces différences de salaires sont moindres. »

Ces travaux et tableaux montrent que même les femmes qui n’ont pas de hiérarchie (par exemple moins de 10 salariés) et qui ont moins de 30 ans gagnent moins que les hommes en moyenne dans le même secteur ! Les statistiques ne disent rien sur les heures supplémentaires de ces dirigeants, sur leur prise de risque, leur motivation, leur apport personnel, la qualité de leur gestion.

Mais, implicitement (et surtout pas explicitement) la productivité est abordée (la production par tête). La productivité est un concept fondamental en économie. Pour un patron, le lien entre rémunération et productivité est plus direct car c’est lui-même qui fixe sa rémunération en fonction des résultats de son entreprise.

Or, ainsi définie, la productivité moyenne des hommes dirigeants s’avère supérieure à celles des femmes dirigeantes à secteur et âge équivalent. En tous les cas, c’est une hypothèse réaliste pour les entreprises sans associés, avec un(e) dirigeant(e) jeune.

D’ailleurs, chacun peut noter que les femmes cadres gagnent plus que les femmes dirigeantes en 2001, ce qui est moins souvent le cas pour les hommes. C’est un paradoxe de la discrimination salariale. Les femmes ont plus intérêt à être salariées d’entreprises qui les discrimineraient que d’être à leur propre compte. (source)

Il est ainsi intéressant de noter que l’écart « sans patron » est encore plus important que l’écart « avec patron ». On peut donc raisonnablement supposer que la part inexpliquée d’écart salarial de 4 % ou 5 % s’explique en partie par ces différences de performance ou d’exigence salariale. Hormis la performance, l’autre raison pouvant être avancée, en effet, est que les femmes sont moins exigeantes en rémunération : elles se paient moins, négocient moins durement des hausses de salaire.

L’une des limites de la démonstration tient au volume horaire, les femmes patrons pouvant travailler moins en raison des charges familiales. Dans l’article Hommes – femmes, des différences de revenu sensibles pour les non-salariés de la revue INSEE référence Les revenus d’activité des indépendants – Édition 2009, on peut lire à la page 38 : “Selon une  autre source de l’Insee, l’enquête Emploi, le temps hebdomadaire de travail habituel d’une non-salariée travaillant à temps complet s’élève (en 2006-2007) à 51 heures contre 56 pour les hommes. En intégrant cette dimension « durée » l’écart redevient proche de ce que l’on observe parmi les salariés à temps complet.” (source)

On constate donc que l’effet “quantité horaire” (+9,8 % de durée hebdomadaire pour les hommes), explique une partie de la différence de rémunération. En tenant compte de cet élément, la productivité par tête est plus élevée, chez les hommes, en partie à cause de cette durée de travail supérieure.

Quant à la productivité horaire, soit l’effet “qualité horaire”, elle semble également plus élevée chez les hommes, puisque le différentiel salarial à quotité horaire équivalent persiste, comme chez les salariés à temps complet. Rappelons que ce différentiel est de 10,7 % dont 5,1 points inexpliqués et assimilés à de la discrimination. (cf. ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 337-338, 2000 – 7/8 page 145).

Dans l’article Hommes – femmes, des différences de revenu sensibles pour les non-salariés de la revue INSEE référence Les revenus d’activité des indépendants – Édition 2009, on peut lire à la page 39 :

“L’écart reste important pour les médecins, de l’ordre de plus de 60 %. Selon une étude de la Drees sur les médecins généralistes du secteur 1 (secteur conventionné), l’écart de revenu entre les hommes et les femmes est de 34 % en faveur des hommes. Cet écart s’explique essentiellement par le nombre d’actes réalisés par les médecins : en moyenne, les femmes médecins s’absentent un jour de plus par semaine que les hommes et réalisent moins d’actes par jour (voir dossier « Le revenu global d’activité des médecins ayant une activité libérale »).”

On constate bien dans ce domaine qu’il y a d’une part, l’effet quantité horaire, soit la durée du travail qui accentue la productivité par tête masculine mais aussi d’autre part, l’effet qualité horaire ou productivité horaire, puisque le nombre d’actes, est plus important pour une même unité de temps. En clair, la “performance” horaire génère un différentiel de revenu en faveur des hommes, toujours en moyenne, bien sûr.

Ainsi la part inexpliquée, assimilée à de la discrimination chez les salariés ne peut l’être pour les non-salariés. Or, l’écart de rémunération hommes-femmes “toutes choses égales par ailleurs” est au mieux comparable dans les catégories salariés et non-salariés, au pire plus important chez les non-salariés que chez les salariés. Ce fait est de nature à restreindre considérablement la part de discrimination dans l’écart salarial, celle-ci semblant tout à fait marginale.

On sait, de surcroît, que les hommes s’orientent plus souvent dans les filières scolaires et professionnelles les plus rémunératrices, les plus dangereuses et/ou comportant plus de responsabilités tandis que les femmes privilégient, plus souvent, le confort et la famille.

Le sens de l’initiative et le goût du risque ne sont pas répartis de façon paritaire. On ne compte que 30 % de femmes parmi les créateurs d’entreprise, y compris sous le statut simplifié d’autoentrepreneur (34 %). (source 1) (source 2)

Les hommes ont deux fois plus de chances d’être accidentés du travail que les femmes. (source)

2/3 des maladies professionnelles ayant entraîné une incapacité permanente sont contractées par des hommes. Sur 100 morts au travail, 99 sont des hommes, pour l’année 2005. (source)

Entre 2007 et 2008, 90 % à 95 % des morts au travail sont masculins (source)

On peut dire que le monde du travail est plus dur pour les hommes du point de vue de la santé. Plus la maladie est grave et plus il y a d’hommes.

En revanche, les femmes ont une plus grande part de journées perdues, dont des jours d’arrêts de maladie.

(source)

Les conditions de travail des hommes sont plus mauvaises et plus risquées, ils sont deux fois plus exposés aux risques professionnels que les femmes, à l’exception des risques infectieux. Il serait d’ailleurs intéressant d’apprécier dans quelle mesure cela affecte le différentiel d’espérance de vie hommes-femmes.

Le taux de sous-emploi féminin, indicateur permettant d’appréhender le temps partiel subi est de 8,4 % en 2004 contre 1,2 % pour les hommes. 29,5 % des femmes actives occcupées sont à temps partiel. En d’autres termes, parmi les femmes à temps partiel, 72 % l’ont choisi et parmi les femmes qui travaillent 92,6 % ne sont pas en sous-emploi (contre 98,1 % des hommes). Il serait bien sûr plus rigoureux de s’assurer que des effets de structure n’expliquent pas l’écart hommes-femmes quant au sous-emploi. (source 1) (source 2)

On peut noter que ce chiffre de 8,4 % de temps partiel subi devient 33 %  sur le site du gouvernement :

” agir sans tarder sur le temps partiel subi (33 % des femmes) ; ” (source)

En réalité, un tiers des temps partiels sont non-choisis, ce qui est bien différent de prétendre qu’un tiers des femmes subissent le temps partiel.

D’autres indicateurs traduisent la plus grande implication masculine au travail, comme la durée annuelle de travail des personnes à temps complet en 2004.

(source)

Ce raisonnement par l’absurde montre que l’argument de la discrimination salariale est très exagéré, ce qui ne signifie en aucun cas qu’il faudrait se dispenser de combattre ce phénomène injuste. Cela dit, pour des raisons idéologiques, les médias ne se font pas l’écho de ces études.

Source : calculs de l’auteur

Cyrille Godonou

[Les données chiffrées et les tableaux  présentés dans cet article sont téléchargeables sous forme de tableur ici ]


16 commentaires

  1. Nicolas O. dit :

    Sur le même sujet, un article récent du Wall Street Journal nous apprend que les jeunes femmes gagnent plus d’argent que les jeunes hommes (8% de plus), et qu’en plus, elles travaillent moins (9% de moins) !

    ” A study of single, childless urban workers between the ages of 22 and 30 found that women earned 8% more than men.The Department of Labor’s Time Use survey shows that full-time working women spend an average of 8.01 hours per day on the job, compared to 8.75 hours for full-time working men. ”

    Source : http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704415104576250672504707048.html?mod=WSJ_hp_mostpop_read

  2. Fred dit :

    Pfiouuu ! Ca “dynamite” un préjugé, là ! Grave.
    Si ça venait à sa savoir, ça emm… beaucoup de monde. Tout ceux qui vivent sur le “business” du politiquement correct. (essentiellement des hommes).
    A chaque article ce site va se faire de nouveaux ennemi(e)s : -)

  3. YannC dit :

    Bon article. Qui mérite d’être remodelé, puis remodelé, puis remodelé de 100 façons afin de toucher 100 publics.

  4. Francois Desvignes dit :

    Tout ce qui pourra ridiculiser la propraganda staffel de la république totalitaire de la pensée unique crypto stalinienne est bienvenu !

    Bravo ! bravo !

    Bon : maintenant il va falloir faire carré.

    Parce que E&D qui truffe son site d’impertinences idéologiquement blasphématoires à l’encontre de la république du prêt à penser ne va pas tarder à entendre parler du pays.

    Et je les connais un peu ces sournois, ce ne sont pas des tendres : des hypocrites, certainement. Des tendres certainement pas.

    En plus les impertinences du site sont factuellement incontestables !

    Ils osent tout à E&D !

    Même les petits commentateurs de rien du tout ,habituellment anonymes, ne le sont plus ! (faites comme moi, c’est le meilleur moyen de se protéger et de défendre la liberté d’expression)

    Ce n’est plus de la critique façon basse cour du régime, trois canards qui font coin coin dans leur mare de protestation, histoire de se faire peur en se donnant un petit frisson d’indignation façon Hessel, c’est de l’Insurrection pure et simple !

    On se croirait à Varsovie avant les chars !

    Camarades, continuons ! La Gueuze va tomber !

  5. Kévin dit :

    Un article qui mériterait d’intégrer le best of, non ?

  6. Sylvain dit :

    Est-ce que ca ouvrira les yeux des lecteurs sur un autre préjugé tellement répandu (même ici): les soit-disant avantage de la fonction publique / fonction privée ????

  7. ylo dit :

    Je suis choquée par cette prétendue étude
    qui manque de rigueur et objectivité.
    On parle de discrimination salariale avec un écart
    de 20% pour un travail à charge et résponsabilité
    égale. En vous lisant, on comprend que de
    toute façon, les femmes travaillent moins,
    prennent moins de risques, etc, donc ca s’explique!
    Voici des exemples concrets de discrimination
    auxquels j’ai été confrontée: pour un travail
    à charge et responsabilité égale, mon
    collègue a été augmenté de 5%, pour moi
    ” c’était la crise”. Aussi, il a obtenu une
    formation, pour moi “ca coûte cher et t’as pas
    besoin”
    La discrimination salariale envers les femmes
    est bien présente.

  8. JohnS dit :

    Perso je suis pour l’égalité femmes-hommes à 100% dans le monde du travail au niveau salaires et accès aux postes à responsabilités.

    Le corolaire étant également de favoriser l’accès des femmes aux boulots suivants : éboueurs, manutentionnaires, bâtiment, bagagistes, etc

  9. Christian dit :

    “Le corolaire étant également de favoriser l’accès des femmes aux boulots suivants : éboueurs, manutentionnaires, bâtiment, bagagistes, etc”

    Il faudrait quand même pouvoir admettre que les réalités naturelles ont une influence sur le libre-marché et que par conséquent, les femmes étant d’un point de vue de la force physique en majorité inférieure à l’homme, vouloir une parité dans des domaines réquisitionnant une certaine force physique pour le bon déroulement d’un travail efficace, est une aberration. Du moins pour un libéral.
    Ca me fait penser aux tests physiques de la police. Les barèmes pour les personnes de sexe féminin sont beaucoup moins sévère. Mais n’oublions pas pourquoi ces barèmes ont été conçus : savoir si les apprentis policiers seront aptes à se confronter aux dangers du terrain. Or une fois dans cette réalité, il n’y aura plus de distinction entre femme et homme. Un dealer armé reste un dealer armé, quel que soit le genre auquel nous appartenons.

  10. Eric dit :

    L’inégalité homme – femme dans la fonction publique est une INTOX.
    Dans la fonction publique, on paie par grade (en fait grille associée aux grades) – echelon et % de temps.
    Il n’y a aucun paramètre sexe.

    2 personnes de même grade, de même échelon et travaillant le même % de temps gagneront la même chose.
    et les médias feraient mieux de se renseigner avant de raconter n’importe quoi.

  11. bkbelgium dit :

    Marrant cet article, sur ce thème de l’écart salarial hommes/femmes j’ai un jour failli me disputer avec un ami, moi personnellement non seulement je n’y ai jamais cru mais en plus selon mon observation c’est plutôt les hommes qui m’apparaissent socio-économiquement et familialement moins bien lotis que les femmes.
    Faut cesser de rigoler, chez nous nos universités sont occupées par presque 60% de femmes pour un bon 40% d’hommes, c’est signe clé qui traduit incontestablement l’évolution qui s’est opérée, la boucle est bouclée depuis plus de 30 ans, faut arrêter avec cette propagande victimaire.
    Il semble qu’en Amérique du nord où l’égalitarisme hommes/femmes est encore plus poussé il ne relève pas du gauchisme mais d’un autre phénomène, celui de l’embourgeoisement qui transforme certaines revendications féminines en véritables corporations de pétasses qui n’ont jamais assez, ces genres de greluches américaines qui après avoir piégé un tocard doté de balloches au raz des amygdales, s’arrangent encore à titre décoratif pour se faire engrosser la panse par un con facile à évacuer afin d’élever leurs gosses seules, ce genre de bonnes femmes qu’on devrait plutôt envoyer sur une banquise à proximité du Groenland afin qu’elles se trouvent un manchot mâle :-D ))

  12. Rensk dit :

    Vous savez tous qu’en Suisse nous aimons les chiffres et cachons bien moins de chose que la France…

    Les femmes et les hommes, comme dans beaucoup de pays d’Europe, ne sont pas égaux sur le plan du salaire : selon les différentes sources d’information, on note des différences de salaire allant de… 20 à 60% !!!.

    Selon l’étude du World Economic Forum sur l’égalité hommes / femmes (Gender Gap Index), menée dans 128 pays, la Suisse est à la 10ème position (plus le classement est élevé, plus l’égalité homme-femme est respectée dans le pays sur un certain nombre de critères).

    Pour vous donner quelques points de référence, la France est à la 48ème place, le Royaume Uni est à la 15ème place, et l’Allemagne en 11ème position.
    Un article de “Travailler en Suisse”, qui est là pour informer les étrangers…
    http://www.travailler-en-suisse.ch/estimer-son-salaire-en-suisse.html#salaire-femmes-en-suisse

  13. Rensk dit :

    Je suis tout comme ylo…

    Très choqué par votre manipulation des chiffres… Un autre exemple que vous “causez” actuellement, (pouvoir sur les autres)… Il n’y a que 10% des femmes en Suisse qui disent regretter d’avoir pris un congé parental… parce que les patrons ne les ont pas suivit malgré la loi !!! (procédures judiciaires.)

  14. Rensk dit :

    pfff… Bonne nuit a tous..

  15. Inspecteur Juve dit :

    Obertone aurait raison ? La femme n’est pas l’égale de l’homme ???

    J’avoue que je ne comprends plus …

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

israel
24 novembre 2016

Israël brûle

Contribuez au développement du site en souscrivant