►   Recevoir la newsletter 
Une réussite bien française
François Hollande a eu la tête d’Henri Proglio
MeilleurDesMondes
Les gentils, les universalistes et le meilleur des mondes
france-inter
Analyse des invités de France inter en avril 2012
clash
Booba et Rohff, les rois du Clash Flow

Le scandale de l’omerta qui a pesé sur Maurice Allais

14 mars 2012, 23:21 Auteur : 20 commentaires

Si l’on devait attribuer un 1er prix de la personnalité la plus injustement censurée vis-à-vis de son pedigree, ce serait indéniablement à Maurice Allais que reviendrait ce prix. Prix Nobel d’économie en 1988, seul Français à avoir jamais reçu ce prix internationalement reconnu, il n’a été en tout et pour tout invité à la télévision publique française que… 2 fois en plus de 50 ans de vie publique, dont plus de 22 ans après avoir reçu son prix Nobel. La censure est d’autant plus réelle que Maurice Allais demandait régulièrement à être invité, en vain.

Notre liste des personnalités pas ou peu invitées s’allonge encore, avec une personnalité récemment décédée (2010), l’économiste Maurice Allais. Malgré ses 99 ans et son prix Nobel d’économie, celui-ci fut très peu invité sur les plateaux de télévision, à son grand regret. Voici ce qu’il a écrit à propos des médias, et qui en dit long sur leur niveau :

« Les commentateurs économiques que je vois s’exprimer régulièrement à la télévision pour analyser les causes de l’actuelle crise sont fréquemment les mêmes qui y venaient auparavant pour analyser la bonne conjoncture avec une parfaite sérénité. Ils n’avaient pas annoncé l’arrivée de la crise, et ils ne proposent pour la plupart d’entre eux rien de sérieux pour en sortir. Mais on les invite encore. Pour ma part, je n’étais pas convié sur les plateaux de télévision quand j’annonçais, et j’écrivais, il y a plus de dix ans, qu’une crise majeure accompagnée d’un chômage incontrôlé allait bientôt se produire, je fais partie de ceux qui n’ont pas été admis à expliquer aux Français ce que sont les origines réelles de la crise alors qu’ils ont été dépossédés de tout pouvoir réel sur leur propre monnaie, au profit des banquiers. Par le passé, j’ai fait transmettre à certaines émissions économiques auxquelles j’assistais en téléspectateur le message que j’étais disposé à venir parler de ce que sont progressivement devenues les banques actuelles, le rôle véritablement dangereux des traders, et pourquoi certaines vérités ne sont pas dites à leur sujet. Aucune réponse, même négative, n’est venue d’aucune chaîne de télévision et ce durant des années.

Cette attitude répétée soulève un problème concernant les grands médias en France : certains experts y sont autorisés et d’autres, interdits. Bien que je sois un expert internationalement reconnu sur les crises économiques, notamment celles de 1929 ou de 1987, ma situation présente peut donc se résumer de la manière suivante : je suis un téléspectateur. Un prix Nobel… téléspectateur, Je me retrouve face à ce qu’affirment les spécialistes régulièrement invités, quant à eux, sur les plateaux de télévision, tels que certains universitaires ou des analystes financiers qui garantissent bien comprendre ce qui se passe et savoir ce qu’il faut faire. Alors qu’en réalité ils ne comprennent rien. Leur situation rejoint celle que j’avais constatée lorsque je m’étais rendu en 1933 aux États-Unis, avec l’objectif d’étudier la crise qui y sévissait, son chômage et ses sans-abri : il y régnait une incompréhension intellectuelle totale. Aujourd’hui également, ces experts se trompent dans leurs explications. Certains se trompent doublement en ignorant leur ignorance, mais d’autres, qui la connaissent et pourtant la dissimulent, trompent ainsi les Français.

Cette ignorance et surtout la volonté de la cacher grâce à certains médias dénotent un pourrissement du débat et de l’intelligence, par le fait d’intérêts particuliers souvent liés à l’argent. Des intérêts qui souhaitent que l’ordre économique actuel, qui fonctionne à leur avantage, perdure tel qu’il est. Parmi eux se trouvent en particulier les multinationales qui sont les principales bénéficiaires, avec les milieux boursiers et bancaires, d’un mécanisme économique qui les enrichit, tandis qu’il appauvrit la majorité de la population française mais aussi mondiale.

Question clé : quelle est la liberté véritable des grands médias ? Je parle de leur liberté par rapport au monde de la finance tout autant qu’aux sphères de la politique.

Deuxième question : qui détient de la sorte le pouvoir de décider qu’un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ?

Dernière question : pourquoi les causes de la crise telles qu’elles sont présentées aux Français par ces personnalités invitées sont-elles souvent le signe d’une profonde incompréhension de la réalité économique ? S’agit-il seulement de leur part d’ignorance ? C’est possible pour un certain nombre d’entre eux, mais pas pour tous. Ceux qui détiennent ce pouvoir de décision nous laissent le choix entre écouter des ignorants ou des trompeurs. »

Certains ont prétendu qu’il avait été exclu des médias parce qu’il critiquait le libéralisme. Voici ce que disait Marianne : “Maurice Allais était boudé par les médias, à l’exception de quelques-uns, vraisemblablement pour cause de non-adhésion aveugle à la doctrine libérale en cours. Puisse la raison venir à ceux qui découvriraient ses positions à l’occasion de sa disparition.”

Or nous avons vu que de nombreux anti-libéraux étaient très souvent invités dans les médias, et notamment à la télévision, quand des libéraux ne l’étaient pas ou très peu. Donc il y a une autre raison. Pour notre part, nous dirons tout simplement ceci : les médias préfèrent inviter des “bons clients”, des gens qui parlent vite et bien mais qui ont l’immense avantage de ne pas faire réfléchir. Ainsi, certains libéraux et surtout anti-libéraux squattent littéralement les places parce qu’ils sont des “fast-thinkers” comme les a baptisé l’association Acrimed. Sans oublier les renvois d’ascenseur, ce dont Maurice Allais n’avait apparemment que faire.

Toutefois, on doit noter que dans une interview (une des seules) données à la télévision, sur la Cinq, feu la chaîne de Berlusconi, en 1988, le jour-même où il reçut son prix Nobel, voici ce qu’il déclarait : “Je suis libéral parce que je pense qu’il y a dans cette attitude une réponse rationnelle aux problèmes qui se posent à nos sociétés. Et j’ai défendu le libéralisme à une époque où c’était très impopulaire, après la seconde guerre mondiale.”

Notons en tout cas qu’Allais se disait libéral, tout comme Boudon par exemple (quoi qu’en disent certains libéraux qui ne les reconnaissent pas comme tel), et qu’il a été interviewé longuement sur une chaîne privée et jamais aussi longtemps (10 minutes) sur une chaîne publique. En effet, les chaînes publiques se sont contentées d’évoquer son prix Nobel et sa mort, avec à chaque fois quelques secondes d’extrait d’interview.

Enième preuve que nous avions affaire à un génie, dont les médias nous ont privé alors qu’ils ont sur-médiatisé des médiocres, voici comment se termine son interview sur la Cinq par Guillaume Durand : “On a dit que j’avais prédit le krach de 1987, dans une certaine mesure c’est très vrai. Mais ce jugement n’était pas un jugement axé sur la Bourse. C’était un jugement basé sur l’ensemble de l’économie mondiale, et sur un facteur dominant de l’économie mondiale, un endettement généralisé, du Tiers Monde, des États-Unis, des pays développés, des entreprises à l’intérieur des États, des particuliers à l’intérieur des États. Et ces montagnes de dettes, on ne pourra pas s’en débarrasser facilement.”

Chapeau bas, M. Allais. Honte aux médias et aux journalistes qui n’en méritent certainement par le nom, celui de laquais des pouvoirs leur va infiniment mieux.

Categories : Économie, Médias

20 commentaires

  1. Sylvain dit :

    On est d’accord sur le scandale de son éviction médiatique.

    Pour autant, s’il est effectivement simplifiste de dire qu’Allais était un anti-libéral, l’argument comme quoi il serait boycotté parce qu’il n’est pas un “fast thinker” me paraît assez faible.
    Premièrement, ça n’empêche pas le fait qu’il ait été peu invité à écrire des tribunes pour les journaux ; ça n’empêche pas le fait qu’il aurait pu être mentionné dans les écrits de journalistes etc.
    Deuxièmement, il est tout de même troublant que son vrai boycott intervient au moment où il prend des positions “hétérodoxes” parmi les libéraux. On ne peut totalement écarter cette raison.

    Je ne suis pas dans le secret des dieux ; j’ignore les raisons réelles de ce boycott.
    Ce qui est certain, c’est que, bien que libéral (quel économiste ne l’est pas ? Un keynésianiste est libéral ; les vrais marxistes se font rares…), il a défendu le protectionnisme et dénoncé l’euro…Rappelons que tous ceux qui dénonçaient l’euro au moment de sa création était tous ignorés, méprisés (ce n’est bien sûr plus le cas), est-ce un hasard?

    • Jean dit :

      @Sylvain
      “Un keynésianiste est libéral” : un libéral est pour la réduction de l’intervention de l’Etat, un keynesianiste est pour plus d’intervention de l’Etat, la relance par la consommation etc.

  2. Borowic dit :

    La raison pour laquelle Allais a été boycotte tient a ses prises de position contre l immigration clandestine, prises de position radicales et jugées racistes.

    Dans le document ci dessous page 22 Maurice Allais a écrit

    « Les étrangers en situation irrégulière doivent être regroupés en dehors des villes et dans des conditions éthiquement satisfaisantes dans des camps gardés militairement en attendant leur expulsion dans leur pays d’origine.
    En tout cas la pratique de la polygamie ne saurait être tolérée. »

    http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:k-omgJwEFYkJ:allais.maurice.free.fr/Cliquer%2520pour%2520chargement.pdf+%22maurice+allais%22+polygamie&cd=1&hl=fr&ct=clnk

    Maurice Allais ne cachait en privé pas ses sympathies pour JMLP et surtout Bruno Gollnisch

    Personnellement je crois que Maurice Allais a surtout été boycotte par mimétisme entre les média.
    Le contenu de ses théories économiques n y est pour rien peu de journalistes ont le niveau pour comprendre et juger ce qu’il dit.

  3. Sylvain dit :

    Un libéral suppose le libre jeu du marché. Le keynésien dit simplement que le marché est parfois un peu rouillé (avec des degrés différents selon les keynésiens). Mais au final, il prenne le même présupposé du marché comme meilleur moyen d’allocation des ressources.
    Il y a une différence de degré, pas de nature.

  4. CNR dit :

    Il pointait du doigt un systeme economique base sur un endettement infini des Etats auprès des banques. Qui sont les patrons de ces grands medias et a qui profite le crime ? Un politicien veut se faire reelire. Le petit serail des journalistes “qui comptent” veut garder sa place dans le systeme. Tous les pouvoirs se sont vendus à l’argent et soignent leur petit ego. Le peuple, l’interet general est desormais seul, seul contre tous, promis au dépouillement de son patrimoine, de son héritage, rendu de plus en plus à l’esclavage. L’avenir est sombre.

  5. Borowic dit :

    J essaye de trouver une explication
    Ce qu il ecrit en 2005 il le pensait probablement depuis longtemps,
    Je sais qu il connait bien Gollnisch depuis longtemps
    Je n ai pas lu plus haut d explication plus vraisemblable que la mienne

  6. jaar dit :

    Keynes n’étais pas libéral mais il était bcp moins anti-libéral que les keynésiens.

  7. giotyu dit :

    .. mais Monsieur Jean, vous traitez les journalistes de laquais des pouvoirs, mais vous vous exprimez très mal.
    Les journalistes sont des salariés de leur employeur, à savoir les propriétaires des journaux, qu’on peut certes nommer “pouvoirs” pour les plus importants d’entre eux. Connaissez-vous beaucoup de salariés qui ne soient pas “laquais” de leur employeur ? En général, celui qui paye commande, non ? Quand vous dites “honte aux medias”, on remarque surtout votre peur de nommer leurs propriétaires. Vous préférez le brouillard…
    P. S. Cacher ce commentaire n’affecterait en rien la réalité.

    • Jean dit :

      @giotyu
      ah bon, c’est moi qui ai peur, ou bien Serge Halimi qui dénonce tout le monde sauf le Monde diplomatique, dont l’actionnaire majoritaire à 51% est … le Monde, lui-même aux mains de 3 financiers. Les propriétaires ne font pas la politique du journal, ils achètent de l’influence et des moyens de rétorsion donc de dissuasion contre quiconque oserait les critiquer. Par ailleurs les propriétaires de médias en France sont le plus souvent soit l’Etat directement (France Télévisions, Radio France) soit des organismes para-public (Bouygues, Dassault, Bolloré) qui travaillent en grande partie pour ou avec l’Etat. Ceci explique donc cela.

  8. cligno dit :

    On ne sait pas assez pourquoi ceux qui veulent nuire à François Bayrou sont si souvent hargneux : ils ne croient pas eux-mêmes à ce qu’ils en disent !

  9. Josephher dit :

    Cher Jean, vous dénoncez l’injustice dont a fait l’objet Maurice Allais et la mésestime de son oeuvre et de sa pensée mais en même temps vous êtes un farouche opposant du FN qui s’est toujours réclamé de lui . Sans doute allez nous vous expliquer que c’est une ruse du système pour discréditer Allais?

  10. Oscar dit :

    @ Jean: Maurice Allais etait beaucoup plus dangereux pour les libéraux Manchesterien parce qu’il etait considère comme étant le meilleur économiste francais et qu’il n’était pas un politiquement implique a gauche comme Jacques sapir. Il etait d’autant plus dangereux qu’il etait libéral et même parce qu’il se moquait parfois de ce clivage en se définissant comme libéral-socialiste. De plus il etait contre l’Europe et la mondialisation. Aussi ces livres en général mis a part celui sur la mondialisation sont très complexes, trop pour passer a la télévision. Keynes, milton, Marx, hayek,… Sont des picsous magazines a cote des principaux livres de Maurice Allais.

  11. oscar dit :

    @ Jean:
    c’est vrai, j’ai tendance à être excessif parfois mais ce que je voulais dire c’est que d’après mon expérience les livres de Maurice Allais sont plus difficiles à comprendre que ceux de Milton Friedman, ne serait-ce que par le niveau de mathématique requis. Il me semble que Friedman est plus facile à vulgariser que Allais. Après bien sûr je n’ai pas lu tous leurs livres et je ne sais pas si mon échantillon de lecture est représentatif. Il faut aussi dire que les livres de Maurice Allais sont quasiment introuvables sur amazon.

  12. petit dit :

    Je confirme que vous n êtes pas specialistende Maurice allais. Il existe un autre prix Nobel francais, Gérard debreu éleve de Maurice allais. Seulement Gérard debreu est parti étudier aux USA et a pris la double nationalité franco-américaine afin d obtenir le Nobel plus rapidement. Maurice allais n etait pas protectionniste lorsqu il a reçu le Nobel. Gérard debreu a obtenu le prix Nobel avant Maurice allais parce qu il écrivait en anglais. Sinon le prix Nobel est suédois donc je ne vois pas le lien avec les anglais. Je note encore vote obsession pour les socialistes mr maccarthy. Franchement laissez-les tranquilles, c est un combat d arrière garde et ils n ont de socialistes que le non. Quant au délire sur les anglais, vous vous faites plaisir alors pourquoi pas… Je suppose quenfrancais=socialiste et anglais =libéral. C est pas complètement faux mais il ne faut pas idéaliser non plus le libéralisme et les anglais. Je suppose que vous avez un gout pour le pamphlet et l excès. C est aussi mon cas donc pas de pb. Quant a l humour anglais, je vous laisse avec benny hilL, moi je préfère Louis Ferdinand celine et Oscar Wilde contraint de quitter l’angleterre puritaine pour… la France.

  13. michael dit :

    “Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté “, dit une chanson de Guy Béar . Maurice Allais a été mis à l’écart des médias parce qu’il disait la vérité depuis longtemps :”Dans les pays occidentaux , le système moné
    -taire fonctionne comme s’il était entre les mains …de faux-monnayeurs ! ” .
    Des “changeurs” anglais ont constitué , en 1693 , une banque privée qui a obtenu le privilège exorbitant d’é
    -mettre la Livre Sterling , et qu’ils ont appelé ,pour tromper le peuple ,”Banque d’Angleterre” .La Livre, depuis plus de 3 siècles ,est une monnaie privée, sous le contrôle des Rothschild anglais et leurs satellites.
    Une nuit de 1913, quelques députés américains se réunissent et ,votant à la place des 95% absents ,entéri-
    nent la décision de créer un consortium de banques privées ,chargé d’émettre le Dollar.Pour abuser le peu-
    ple étasunien ,on donne à ce groupe privé le nom de Federal Reserve.Depuis un siècle, le Dollar est une
    monnaie privée ,sur laquelle le Président et le gouvernement étasunien n’ont aucun pouvoir .La monnaie américaine est contrôlée par la finance juive ,notamment , Kuhn &Loeb(représentants des Rothschild aux
    USA ), Salomon Brothers, Morgan Guaranty , Jordan …
    En 1973,le Président Georges Pompidou ( ancien Directeur de la Banque Rothschild en France)signe un
    décret disant que dorénavant ” la Banque de france ne peut plus faire d’avances à l’ Etat “,c’est-à-dire émettre
    de la monnaie pour financer les besoins du Trésor français .Les avances au Trésor seront faites par des
    banques privées.Le Général de Gaulle avait renationalisé la Banque de France en 1945.Et en 1973 ,la
    France n’a aucune dette publique ,malgré toutes les épreuves qu’elle vient de traverser .A partir de 1973 ,
    inexorablement ,les dettes envers les banques privées ( dont 60% de banques étrangères !) s’accumulent.
    Au début des années 2000,lorsqu’est créé l’Euro ,c’est le même schéma :la Banque Centrale Européenne est
    un conglomérat de banque privées qui émettent L’Euro .Pour se financer ,les Etats s’endettent auprès des banques privées .Ils ont tous perdu le contrôle de leur monnaie .L’Euro est une monnaie privée , sous le contrôle des Rothschild français , et leurs satellites.
    Alors , messieurs les bloggers dûment patentés pour jeter un écran de fumée sur la réalité, vous pouvez bien parler de libéralisme , libre-échangisme , socialisme …voilà la vérité .Le hold-up des faux-monnayeurs sur
    les monnaies .Et presque tous les désordres du monde actuel sont dûs à ce hold-up , et à ces faux-monnayeurs ! Honneur à Monsieur Maurice Allais d’avoir eu le courage de le dire

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant