►   Recevoir la newsletter 
feder
Garel/Federbusch : Fallait-il interdire l’apéro saucisson-pinard ?
Ou_est_la_democratie_-_1-95418
Priorité pour la France : démocratiser la représentation politique
nouvelobs_carre
Au Nouvel Obs, ça collabore sec
Rougeot
Jacques Rougeot : “Les médias sont parmi les principaux responsables de la limitation de la liberté d’expression”

Les libéraux et les monarchistes, censurez-vous au bac de philo

26 juin 2011, 13:29 Auteur : 17 commentaires

C’est ce conseil hallucinant, mais qui est si révélateur, que donne une professeur de philosophie aux candidats au Baccalauréat. Mais à part ça l’Education nationale développe l’esprit critique…

Categories : Culture

17 commentaires

  1. Ignitium dit :

    Bref, ne pas dire que la démocratie c’est mal, ne pas dire non plus que la démocratie c’est parfait.
    Se contenter d’être médiocre.

  2. Alf dit :

    Bref si on est libéral, interdit d’aller en fac.
    L’éducation nationale, communiste et obligatoire est vraiment une institution d’essence aussi totalitaire que médiocre dans l’enseignement.
    Au moins on est prévenu.

  3. Virgile dit :

    Ce que je retiendrais surtout, c’est l’éternelle dichotomie démocratie/monarchie. Même si ce n’était là qu’un exemple rapide, il est indéniable que toute critique de la démocratie jette aujourd’hui son auteur dans le pré carré de nos défunts rois, quand ce n’est pas dans l’antre du nazisme.
    Bref, il serait temps de prendre en compte les solutions alternatives, au centre de tous les extrêmes.

  4. jarod dit :

    “Vous pouvez soutenir n’importe quel point de vue, vous êtes évalués sur votre capacité à argumenter…
    … mais si vous soutenez un point de vue contraire aux idéaux de gauche vous serez mal noté”

    Rien de nouveau, l’educ-nat en France c’est comme les camps de rééducation communiste.

  5. Camille dit :

    Elle conseille juste d’être mesuré et réfléchi, mais c’est peut-être trop dur à comprendre pour certain… C’est sûr qu’en trois minutes elle n’a pas vraiment le temps de développer, cependant je trouve ses propos pragmatiques et intelligents.

  6. jarod dit :

    @ Camille

    Cette vidéo est plus que de simple conseil pour le BAC… bien évidemment que dans cette institution bien à gauche qu’est l’éducation nationale française, avec une correction de sujets assurée par un corps qui a voté à 72% pour les socialistes en 2007 il est prudent d’aller dans le sens du vent et de défendre des thèses favorables à la démocratie ou l’état-providence avec des bémols de circonstances.

    Cette vidéo révèle tout un état d’esprit: cette personne soutient en toute innocence que, je cite dame tartine:
    “défendre une thèse ultra-libérale c’est un peu une provocation”
    [la monarchie] “vous pouvez défendre cette position très bien mais JE PENSE que vous aurez un peu de mal”

    Or ces opinions, car c’est bien de cela qu’il s’agit, reflètent l’étroitesse d’esprit du corps professoral français et les conséquences implicites sur l’éducation de nos enfants.

    En philosophie le but n’est pas de valoriser l’orientation de la conclusion mais la qualité du développement, de déterminer si le candidat est armé pour exprimer de manière construite et argumentée la thèse qu’il souhaite défendre.

    Cette personne nous dit exactement le contraire: si le professeur n’est pas d’accord avec votre conclusion, vous serez pénalisé pour la totalité de votre devoir, quelle que soit la qualité de la rédaction.

    Si vous n’y voyez pas une machine à formater les esprits par le menace et l’endoctrinement, j’en perds mon latin…

  7. Pablito Waal dit :

    Pour ma part, j’ai eu très peu d’enseignants politisés. La plupart ne faisaient tant bien que mal que défendre leur matière, et les seuls discours “politiques” que j’entendais étaient des défenses “CucuGnanGnan” de la République, mais pas même du socialisme ni du communisme.

    Ayant fait, pour mon malheur, la filière ES, j’ai eu un prof d’éco altergauchemachin-bourdieusien-régionaliste, suivi d’une remplaçante ex-militante PS déclarée et qui nous a surtout enseigné sa nullité la plus totale. A l’inverse, un de mes amis lycéen a un prof d’éco de droite.

    Et puisqu’on parle du bac de philo, un prof de mon lycée faisait le contraire de ce que disait cette dame, à savoir qu’il avait mis une note honorable à un élève défendant l’abolition de l’Etat. Et même, pour aller plus loin, un autre prof de philo soutenait la thèse que l’Etat-Providence menait au totalitarisme (rien que ça)…

    Donc, l’école, machine à former des communistes? L’OGPU est bien fatiguée alors. Et le résultat est décevant. Même parmi les moins de 25 ans, le vote PCF-NPA-LO fait moins de 20%. Toujours aussi incompétents, ces profs du public, même pour endoctriner…

  8. gauthier dit :

    Ce que dit ce professeur de philosophie- discipline censée développer l’esprit critique de ces très jeunes élèves- est consternant. Je lui propose donc de supprimer du programme tous les grands auteurs qui pourraient heurter sa sensibilté politique et celle de ses camarades et de présenter une liste d’auteurs officiels.
    Dire qu’un professeur de philosophie puisse être heurté par des idées qui ne sont pas les siennes, montre de toute évidence qu’il n’est pas fait pour cette discipline mais qu’il peut postuler au titre de commissaire politique chargé de la diffusion de la pensée officielle.
    Malheureusement ce qu’elle dit là, montre bien le formatage auquel sont soumis nos jeunes dans des matières comme la philosophie mais ausi l’histoire et l’économie. L’élève le sait et il apprend ainsi à dissimuler sa pensée et perd l’audace de penser par lui-même au risque de se tromper.
    Je conseille à ce professeur et à tous ceux qui ne sont pas convaincu que la liberté de pensée est inaliénable, le très beau texte de John Stuart Mill: DE LA LIBERTE.

  9. gauthier dit :

    “convaincus” et non ” convaincu”.

  10. Nach Mavidou dit :

    Les citoyens Britanniques, Norvégiens, Suédois, Danois, Canadiens, Espagnols, Belges, Néerlandais, Luxembourgeois (et quelques autres) seront heureux d’apprendre qu’aux yeux de l’Education Nationale française, ils ne vivent pas en démocratie.

  11. Bones dit :

    “Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher.”

    Pauvre ENF, Philippe Némo a raison, tout fout le camp… avoir un Stanislas Dehaene tient presque du miracle dans de ce pays de ******…

  12. Ron dit :

    Excellent ! Je présume que promouvoir l’initiative et la responsabilité individuelles contre l’assistance et le contrôle étatique, par exemple, serait perçu comme une “provocation”. A part cela, l’Education Nationale, caricature de bureaucratisme et de centralisation, est neutre et impartiale…

  13. jeannot dit :

    En fait ce qu’elle dit c’est d’éviter les réponses extrêmes et simplistes.

    Pour ce qui est du libéralisme, les libéraux historiques n’ont pas abolis l’état, que ce soit lors de la révolution française ou américaine. Le libéralisme historique n’est pas basé sur al désintégration totale de l’état. Donc ce qu’elle déconseille ce n’est pas une position libérale, mais une position dite ultra-libérale, qui correspond à celle qui prône la disparition totale de l’état.
    Ce qu’elle demande c’est de la nuance, donc les vrais libéraux doivent répondre avec nuance.

  14. Sylvain dit :

    Les lumières sont éteintes…

  15. Cassirer dit :

    Honnêtement, je ne comprends pas : la dissertation en philosophie (et pour les autres disciplines) a pour forme, la dialectique. C’est-à-dire une thèse, une anti-thèse et une synthèse.
    Du coup, on se fiche de “l’avis” de celui qui écrit puisque par définition, la dissertation est l’art de dire tout et son contraire; c’est un exercice de rhétorique en France.
    Du coup, en gros, cela revient à dire “oui”, dans une première partie, avant de dire “non”, dans une deuxième. Après, on fait comme si c’était pas le cas, or, ça l’est, dans le fond.
    Ce que je veux dire : les élèves sont notés surtout sur la méthode et son application. Du coup, une dissertation dans son ensemble, ce n’est jamais un point de vue unilatéral et sans contradiction, mais un écrit dans lequel on peut montrer (et où l’on doit) le point de vue opposé ou en contradiction. On s’en fout, par conséquent, que vous soyiez gauchiste, socialiste, monarchiste, libéral ou que sais-je, ce n’est pas ce qui est demandé.

  16. Sanksion dit :

    Dans une fac en hollande, sur un sujet d’économie et d’écologie, la prof nous a certifié que toutes les positions étaient recevables tant qu’elles étaient cohérentes. Que personne ne se verrait échouer pour avoir défendu le marché libre, ou l’ultra socialisme.

    Là, il y avait du respect à l’esprit critique, à l’argumentaire.

  17. Natrép dit :

    « Seuls les extrémistes sont cohérents… »
    http://www.catallaxia.org/wiki/Murray_Rothbard:Seuls_les_extrémistes_sont_cohérents

    Ce bon vieux Murray Rothbard n’eût d’ailleurs pas eu son bac en France s’il eût été corrigé par cette dame, puisqu’il voulait supprimer l’État. ;)

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant