►   Recevoir la newsletter 
croissance France 17 août 2015
La croissance en France de 1.0 à 0.8% en 2 temps 3 mouvements
Juppé - Sarkozy
Selon un sondage pour BFMTV, Juppé ferait un meilleur président que Sarkozy …
boudon_carre
Raymond Boudon : “Le leadership des USA est incontestable”
4564564
La résistance de la langue française face à l’hégémonie anglo-saxonne

Michel Desmurget : “Les enfants passent plus de temps devant la télévision que devant un instituteur”

30 octobre 2012, 10:29 Auteur : 41 commentaires

[rediffusion] Michel Desmurget est docteur en neurosciences, directeur de recherche à l’INSERM, et auteur de TV Lobotomie, aux éditions Max Milo, paru en février 2011, un livre majeur, parmi les plus importants que nous ayons lus ces 10 dernières années. Pourquoi ? Parce qu’il rassemble pour la première fois des études scientifiques de tous les continents qui convergent pour démontrer que la télévision est nocive, jusqu’à tuer. Voici la vidéo intégrale de son interview (2h15) et les questions que nous lui avons posées.

http://www.dailymotion.com/video/xlc52c

1. Est-ce que c’est bien la première fois qu’un tel travail de compilation et d’explication est réalisé, et si oui pourquoi cela a-t-il pris autant de temps après que la télévision ait été adoptée dans une majorité des foyers français ?
2. Les études que vous avez compilées démontrent que la télévision :
a. Augmente la consommation de tabac et d’alcool, et la font débuter plus tôt
b. Pousse au sexe de plus en plus jeune et génère des avortements juvéniles
c. Fait baisser le niveau universitaire
d. Accélère le déclin cognitif des séniors et favorise l’Alzheimer
e. Constitue une drogue, chez les enfants et les adultes, notamment en accaparent l’attention par le changement perpétuel
f. Fait apparaître des troubles du langage chez l’enfant
g. Contribue à l’isolement social
h. Pousse à la simplification et au manichéisme
i. Fait baisser le niveau scolaire général
j. Fait baisser le niveau de compétence langagière
k. Fait baisser le temps de lecture
l. Augmente le risque de décès
m. Diminue la pratique sportive
n. Augmente l’obésité par la consommation d’aliments gras et sucrés
o. Nous fait consommer des produits dont nous n’avons pas forcément besoin
p. Pousse à la violence
q. Favorise l’anorexie, la boulimie, la dépression et la mésestime de soi
r. Augmente le sentiment d’insécurité
Ma question est la suivante : plutôt que de s’attaquer à chacune de ces conséquences, pourquoi ne pas s’attaquer à l’une de leurs principales causes : la télévision ?

3. Vous mettez en cause aussi bien le contenu que le contenant, c’est-à-dire qu’indépendamment des programmes vous dites que la télévision est nocive, pourquoi ?
4. Pourquoi personne de connu ou d’important, même parmi les scientifiques, ou des philosophes, ne remet-il en cause la télévision ?
5. Je vais me faire l’avocat du diable : n’y a-t-il pas malgré tout des cas où la télévision est positive ? Par exemple certains programmes de qualité ? Ou pour les personnes très âgées, qui ont beaucoup de temps libre et pas forcément d’énergie pour lire, sortir ou voir du monde ? Autre exemple, la télévision libère du temps pour les parents dont les enfants sont scotchés devant la télévision et baisse leur niveau général de stress ? On pourrait penser également aux grands événements sportifs qui peuvent fédérer une nation, on pense à la coupe du monde de football de 98.
6. Votre livre a été plutôt bien médiatisé, sauf à la télévision. Une preuve supplémentaire de la propagande liée à ce médium ?
7. EurodataTV Worldwide-Mediamétrie vient de sortir une étude le 21 septembre sur la consommation de la télévision dans le monde. Contrairement aux idées reçues, l’audience de la télévision n’est pas en baisse. En France, un téléspectateur la regarde 3h47 contre 3h35 en 2010 et 3h28 en 2009. On peut constater la même tendance dans la plupart des pays même si aux USA, on a constaté une très légère baisse de 2009 à 2010 (une minute en moins), baisse compensée par une reprise en 2011 (+11 minutes pour passer à une moyenne de 4h44).
8. Vous prônez une baisse de la consommation de télé, et une interdiction pour les moins de 6 ans. Est-ce que cela changerait vraiment quelque chose, comment mettre ce genre d’interdiction en place sans empiéter sur les libertés individuelles, et ne vaut-il pas mieux supprimer carrément la télévision, si elle est si nocive ?
9. La société peut-elle selon vous revenir en arrière, donc à moins de télévision, maintenant qu’elle est massivement droguée ? Et si oui, comment faire reculer réellement la consommation de télévision ?
10. Seriez-vous prêt à créer une association ou à participer à une association qui étudierait les moyens pour faire baisser la consommation de télévision, et pour faire prendre conscience aux autorités sanitaires, politiques et médiatiques des dangers de la télévision ?

41 commentaires

  1. Martine dit :

    Je savais que trop de télé peut nuire à la santé mentale et physique, mais je n’avais pas imaginé que ce fût à ce point !
    C’est un vrai cauchemar …
    Et trop de temps passé devant internet ? ou devant les consoles de jeux ?
    Je suppose que l’on n’a pas encore assez de recul ?

  2. Gignon dit :

    Jean Robin est gaucher ! :)

    La télé est parmi les objets technologiques modernes un des pires si ce n’est LE pire : elle tue la culture, elle tue l’Esprit, elle rend les enfants inaptes au travail, à la discipline et aux études. De plus, elle empêche un bon sommeil, pour l’enfant comme pour l’adulte. Les effets destructeurs de la télévision ont été bien analysés par Finkielkraut dans “L’ingratitude”.

    Il faudrait prendre des mesures politiques drastiques mais nos politiciens manquent de courage et participent de cette baisse générale de niveau.

  3. jugurta dit :

    Comme dit Martine, on peut dire la même chose de l’internet…mais comme tout outil technologique, la télé compris, tout dépend de ce que l’on en fait, on peut l’allumer et trier ce que l’on regarde avec un regard critique.

  4. Vautrin dit :

    Nous n’apprenons rien de nouveau ici. Il y a longtemps que les psys tirent la sonnette d’alarme.

    La question, c’est QUE FAIRE ?

    J’ai bien des réponses, mais elles sont incorrectes politiquement.

  5. Kévin dit :

    Un discours plus nuancé et complet que ce que j’avais pu en comprendre ou en retenir jusque-là, M. Desmurget ne sombre pas dans l’hygiénisme hystérique (toutes les technologies sont nocives à partir d’un certain usage). Si j’ai bien compris, la télé aurait bel et bien un aspect nocif intrinsèque sur la santé à partir d’un certain temps de visionnage, et certains programmes (majoritaires à l’heure actuelle) aggravent énormément son cas. Dit comme ça, c’est quelque chose que je peux tout à fait entendre. Sur l’enfant, la nocivité est effectivement évidente, quel que soit le programme.

    Maintenant, son livre s’attaque à la télé, mais son discours dans cette vidéo montre (notamment vers 1h50) qu’il condamne plus globalement l’écran, ce qui est cohérent d’ailleurs. L’ordinateur serait donc potentiellement tout aussi nocif que la télé. J’aurais aimé que son propos soit plus poussé à ce sujet : pourquoi s’attaque-t-il à la télé dans son ouvrage et pas à l’écran ? Apparemment, il semble condamner surtout la dimension visuelle de la télé plutôt que sa dimension auditive, ce qui exonérerait la radio de toute nocivité par exemple. Des études seraient à mener sur les médias de façon plus large pour approfondir et avoir une idée plus claire.

    Mais il est amusant en tout cas de noter que M. Desmurget utilise un médium audiovisuel pour dénoncer la télévision.

    Sinon, il y a beaucoup à dire sur le documentaire “Apocalypse” dont parle brièvement M. Desmurget, je conseille ce débat de 15 minutes entre Fabrice d’Almeida et Gilles Vergnon à son sujet.

    http://www.dailymotion.com/video/xakk3v_debat-autour-de-la-serie-apocalypse-france-inter_news

  6. stangrof dit :

    Merci pour cette excellente entrevue.

  7. Quidam dit :

    Personnellement, je regarde la TV depuis que je suis enfant et :

    – je ne bois pas d’alcool et ne fume pas
    – ma première relation sexuelle n’a eu lieu qu’après ma majorité
    – j’ai un bac +5
    – je ne suis pas encore Alzheimer
    – je ne suis pas drogué de TV: je coupe d’ailleurs sans manque quand je pars en vacances.
    – je n’ai pas de troubles du langage
    – j’ai une vie sociale tout à fait correcte
    – je sais penser et réfléchir par moi-même
    – j’ai un bon niveau de langue française
    – je lis certainement plus que je ne regarde la TV, notamment sur Internet
    – je pratique du sport régulièrement
    – je ne suis pas obèse ni en surpoids
    – je zappe les pubs et n’achète pas bêtement ce que je vois en réclame
    – je ne suis pas violent
    – ne me sens pas nécessairement en insécurité, en tout cas pas plus qu’après avoir vu votre interview.

    Le problème est donc un petit peu plus complexe que la présentation que vous en faites.

    Mr Desmurget balaie d’un revers de main la critique de psychose sociale généralisée, de cette dictature de la peur, que nous subissons sur tous les sujets (téléphones cancérigènes, bisphénol, pesticides, excès de sel, danger de l’acool, danger du tabagisme, etc…), pourtant c’est un vrai sujet.

    J’ajouterai que je pense, par expérience, qu’Internet est bien plus addictif et déstructurant (papillonnage) que la TV et pousse encore plus à la sédentarité.

    • Jean dit :

      @Quidam
      votre cas personnel ne remplacera jamais des centaines d’études scientifiques sur des milliers de personnes chacune. Si vous fumez et que vous n’avez pas le cancer, ou que vous ne fumez pas et que vous avez le cancer du poumon, ne signifie pas qu’il y a une corrélation entre les deux.

  8. Kévin dit :

    @Jean :
    J’ai bien écouté l’interview et pour ma part, j’ai compris que M. Desmurget élargissait son propos aux écrans en général, y compris à internet (voir ce qu’il dit vers 1h50). Ce serait d’ailleurs incohérent de sa part de ne pas le faire, quelle différence entre un écran d’ordinateur et une télé ? La nocivité de base qu’il attribue à la télé se retrouve sur un écran d’ordinateur, c’est tout à fait évident. Après, comme il y a des programmes télévisuels plus ou moins nocifs relativement à cette dangerosité de base, il y a des usages plus ou moins nocifs de l’écran d’ordinateur (qualitativement et quantitativement). Sachant qu’en plus on peut brancher son PC sur une télé, cette distinction télé-ordinateur n’a pas de sens, et je m’étonne que M. Desmurget ait consacré son ouvrage à la télé plutôt qu’à l’écran en général.

    @Quidam :
    Justement, j’ai trouvé que M. Desmurget avait un propos plutôt mesuré dans cette interview, il ne tombe pas dans l’hygiénisme.

    • Jean dit :

      @Kévin
      pour avoir parlé hors caméra avec lui d’Internet, sans vouloir trahir sa pensée, il dit qu’Internet n’est pas comparable parce qu’il y a de tout sur Internet, et que c’est un outil très complexe et aux usages multiples. Pas la télé.

  9. Romain dit :

    Merci d’avoir réalisé cette interview, après son intervention à la radio j’aurai aimé en savoir plus mais sans faire le pas. La l’interview est super et donne vraiment envie, du coup j’ai acheté son bouquin. Super, merci beaucoup, reste plus qu’a vendre les produits des intervenants sur le site :D
    A bientôt

  10. Excellente interview. Je ne vais pas manquer de lire ce livre qui a l’air passionnant

  11. jugurta dit :

    @ jean,

    J’ai bien entendu regardé l’ITW avant d’écrire un commentaire.

    On pourrait dresser aussi une liste non exhaustive des méfaits du web, qui certes permet de trouver ce que l’on souhaite, mais enferme aussi les internautes entre eux, entre “mêmes” où les données sont exploitables par d’autres, notamment des marchands, où la délation règne, où l’esprit critique est le plus souvent, pas toujours, absent, où l’on ne retient que les trente secondes d’un “clash”. etc..sur ce dernier point il faut vous rendre un petit hommage, vous faites des interviews intéressantes, où l’invité a le temps de s’exprimer.

  12. Carmet dit :

    Excellente interview.
    En dehors du fond, on appréciera l’ironie de la chose : plus de deux heures de discussion dans un cadre plutôt austère, ou l’on décortique la télévision serait totalement impossible… a la télévision.
    Il y aurait presque un cote ”art contemporain” dans la démarche :).

  13. Vautrin dit :

    @ Jean

    Non, je ne conteste pas que cet ouvrage soit la première synthèse sur la question. De fait, par mon métier, je lis des articles et rapports de neurologues sur cette question depuis longtemps ; je corrige donc : cela ne m’apprend rien de nouveau.

    Mais par ailleurs, ne confondant pas neurologie et neurosciences (celles-ci sont à la mode), je me méfie très fort des enquêtes statistiques épidémiologiques -si l’on peut ici accepter ce mot- qui montrent des corrélations, mais dont il est hasardeux de faire des relations de cause à effet. Par exemple, l’abus de TV, celui de tabac et d’alcool, les comportements sexuels non culturels sont corrélés : mais ne voit-on pas que ce qui importe, c’est l’abus qui est ici révélé, c’est-à-dire une incapacité à réguler son désir ? La TV s’inscrit dans la liste des objets pulsionnels, elle ne me semble pas en constituer l’origine.

    En revanche, il est assez admissible (mais encore faudrait-il le démontrer) que les impulsions lumineuses des écrans -dont on sait qu’elles sont de 25 par seconde, puisse affecter le système nerveux et les capacités de traitement Gestaltiques. Quant à relier cela à la dégénérescence cérébrale.. c’est encore du domaine des hypothèses.

    Parlant toujours ès qualités, ce n’est sans doute pas des “troubles du langage” que peut induire un média. Il n’y a de troubles DU langage que les aphasies, tout le reste ce sont des troubles qui s’observent DANS le langage mais relèvent d’une autre cause (voir par exemple le syndrome de Warrington, incorrectement attribué au langage). En revanche, il est vérifiable que la langue employée par la TV induit des distorsions linguistiques (et non langagières). Par exemple qu’il s’impose des mots vides de sens comme “stigmatiser” ou “citoyen” substitué à l’adjectif “civique”. Observé chez les enfants : la fin de l’interrogation avec inversion du pronom (“c’est quoi, ça ?” substitué à “qu’est-ce que c’est ?”) Etc…

    Enfin, il n’est pas prouvé que la TV favorise le replis et l’associalité : le lien social n’est pas la chorée, et l’anachorète est tout aussi social que celui qui fréquente l’agora. Il y a là tout un domaine relatif au lien social qui est encore à explorer.

    A me lire, on finirait par croire que je défends la TV : non, je pense que c’est devenu une machine à décérébrer. Mais pour d’autres raisons que celles que donnent les neurosciences.

    Je voudrais pouvoir en dire davantage, mais.. mes étudiants m’attendent.

  14. carotte dit :

    J’ai commandé son livre à ma librairie (grâce à vous qui me l’avait fait découvrir) …. rupture de stock, zut !
    Il doit bien marcher.

  15. ztef dit :

    Deuxième vidéo la plus bidon du site Enquete et debat, après celle sur les radars (à pisser de rire, je la conseille à tous).

    Et c’est triste sur ce que ça dit sur la logique conclusive de Jean Robin. Un nombre restreint d’exemples (dont les propres membres de la famille de l’auteur du livre, c’est dire si la généralisation est osée), découplés, décontextualisés, ça suffit à Jean Robin pour admettre une thèse comme vraie.

  16. Virgile dit :

    Il est assez sidérant qu’en France on ait tant de mal avec des phrases du genre “les parents sont les premiers responsables” ou encore “les gens aiment massivement regarder de la merde à la télé”.
    TOUT LE MONDE ménage le peuple, constamment, tous partis confondus, toutes obédiences confondues, toutes professions confondues, et pour cause : chacun a toujours un livre, une émission, un DVD, une simple idée à vendre, pour vendre il faut faire nombre, et pour faire nombre, il faut ménager l’homme générique, le Français moyen, l’allocutaire potentiel.

    Or, dans une société libérale, j’entends une VRAIE société libérale :

    1. On refuse au maximum le principe d’interdiction.

    2. On assume le fait que nous ne sommes pas tous “équipés” de la même façon et que s’opère en conséquence une quasi “sélection” culturelle, c’est-à-dire qu’un enfant issu d’une famille où les parents ont fait l’EFFORT surhumain de supprimer la télé, d’organiser des balades en famille le week-end et de favoriser le rapport aux livres est nécessairement mieux loti que celui qui végète dans une famille ayant fait le choix de la télé en éternel bruit de fond et du jeu vidéo dès le plus jeune âge.

    Notre société est fondée sur la volonté individuelle, autant de volontés qu’il y a d’êtres humains, et autant d’échecs possibles. À chacun, soit d’assumer ses actes, soit de demander à être placé sous tutelle.

    PS : Dernière chose : les études de Bourdieu étaient tout sauf “fines”. S’il a attaqué la télé, c’était, encore et toujours, dans une optique dominants/dominés. Il n’en sortait pas.

  17. Martine dit :

    @ Virgile :

    “Notre société est fondée sur la volonté individuelle, autant de volontés qu’il y a d’êtres humains, et autant d’échecs possibles. À chacun, soit d’assumer ses actes, soit de demander à être placé sous tutelle”.

    Vous le dîtes si bien que cela m’évite tout commentaire superflu !

    Oui, c’est exactement ce que je pense depuis le début :

    Nous avons tous un libre arbitre, à nous de le faire jouer ou non, pour ma part, j’ai choisi.
    Sinon, nous sommes effectivement des êtres “sous tutelle”.

  18. Olaf dit :

    Excellent, merci Jean.

    Enquête et Débat, le media qui rend intelligent …

    (tant qu’il reste du cerveau pas trop cramés par la télé)

  19. Myrlie dit :

    Le reportage “Une télé dans le biberon” où l’on voit plusieurs tests scientifiques démontrant l’effet de la télévision sur les enfants âgés de moins de 3 ans. Il complète parfaitement cet interview.

    http://www.youtube.com/watch?v=_M9P51kpK7Q (première partie)

  20. JJC dit :

    Merci pour cette interview que j’ai trouvé très instructive.
    N’ayant pas eu de TV avant l’age de 10 ans, je n’ai pas de dépendance télévisuelle. Je me passe presque totalement de TV depuis l’age de 19 ans.
    J’ai néammoins quelque questions:

    – la passivité est mise en effet dans les facteurs négatifs de la TV. Pourtant, le fait de rester statique n’est pas lié à la TV: depuis plus de 2500 ans, on passe la plupart du temps d’une pièce de théatre en étant statique, de même pour un concert de musique symphonique ou de musique de chambre. Observe-t-on des effets similaires avec la lecture d’un livre, le fait d’assister à un concert ou à une pièce de théatre?

    – il semblerait que la TV augmente l’agressivité, d’après Desmurget. Nous vivons, en occident, sans conflit depuis plus de 65 ans. Quand on observe l’histoire de l’humanité, une durée aussi longue sans conflit semble être plus l’exception que la norme. De ce point de vue, l’augmentation de l’agressivité ne pourrait-elle pas être interpété differement? Comme par exemple un des éléments déclancheur d’une agréssivité déjà présente.

    – Concernant le contenu des programme accessible aux enfants, je me suis souvient, au contraire de Desmurget, avoir été surpris par la vision ultra-édulcoré que Disney donne des contes pour enfants lorsque je les ai decouvert à l’age adulte, alors que ceux que j’avais lu enfants (sans TV je lisais beaucoup) étaient nettement plus violent et parfois chargé de connotation sexuelle. M. Desmurget a-t-il déjà lu des contes pour enfants (exemple: la petite sirène, qui m’avait beaucoup perturbé enfant). Que pense-t-il du fait que l’aspect sombre, la violence contenus dans ces contes puisse être constructeur pour un enfant? D’autre part, il site Mickey. A-t-il déjà visionné des anciens Mickey qui n’ont rien d’édulcoré (époque de la crise de 29)? Je peux me tromper, mais j’ai senti un discours de type conservateur, qui n’a rien de scientifique, sur le contenue de films, série ou autre. Pourtant l’art, depuis bien plus longtemps que la télévision n’existe, est bien souvent chargé de violence et de sexe.

    – J’aurais aimé une analyse technique sur le medium: un téléviseur et un écran d’ordinateur n’ont pas le même fonctionnement. Il me semble que le fonctionnement d’un écran de TV a des effets néfastes sur le cerveau qu’un écran d’ordinateur n’a pas. Est-il renseigné sur ce sujet?

    – un TV allumé ne signifie pas nécessairement le fait d’être inactif. On peut faire du repassage, de la cuisine, ou n’importe quelle activité avec la TV en fond sonore et visuel. Desmurget aborde à peine ce sujet, j’en attendai plus.

    – Enfin, concernant le comparaison TV / ordinateur, je ne comprends pas comment on peut mettre en parallèle un outil qui ne permet aucune interaction avec un outil complétement intéractif (je réponds là à certain commentaires). Je serais curieux de connaitre les effets réelles, négatives ou positives, sur un enfant
    d’un programme éducatif type Adibou. En particulier, concernant l’acquisition du langage (association d’un mot avec un objet que l’enfant peut manipuler virtuellement).

    Merci encore pour ce passionnant échange et pour votre site qui propose de nombreux débats et articles de qualité.

  21. JJC dit :

    Désolé, je n’avais pas eu le temps de me relire, je me rends compte qu’il y a pas mal de faute.
    Je voulais également rajouter un point: la façon dont nous percevons notre environnement est très lié à l’environnement culturel dans lequel nous avons évolué. Un même signal, un même message, sera perçu differement en fonction du bagage culturel de celui (celle) qui le reçoit. Par exemple, j’ai habité et travaillé plusieurs années au Japon (je parle courement japonais), la perception de la violence, ou de la sexualité, est très differente de celle que nous pouvons avoir en France.
    Je pense qu’il est essentiel de prendre cette dimension en compte.
    Je me demande également ce que Desmurget pense du cinéma comme art: quand on va au cinéma, on est passif. Il n’en est pas moins que je reste convaincu que le cinéma de Tarkovsky, Lee Chan Dong ou Mizugochi est de l’art et qu’on sort grandit après avoir vu un film de ces auteurs. Qu’en pense-t-il?

  22. carotte dit :

    J’ai enfin reçu et donc lu ce livre et j’avoue … il m’en est tombé des mains.
    J’avais un “doute” sur l’aspect négatif de la télé mais là c’est pire que ce je pouvais imaginer dans mes plus horribles cauchemars.
    Ce livre laisse des traces quand on le lit, du coup j’ai trouvé ceci en cherchant sur le net, ce qui me semble être un exemple des actions a entreprendre. Je l’ai trouvé car une des références (la 449) a été citée par Mediapart en son temps et le lien de la video est dans les commentaires.

    Sur Mediapart
    http://blogs.mediapart.fr/blog/etoile66/191208/le-role-de-la-tv-dans-l-acquisition-des-mots-pour-penser-ecrire-et-s-expri
    la video

    http://www.alternativechannel.tv/communication-durable/videos/Jacques-Brodeur/defi-dizaine-sans-tele-ni-jeu-video/253/;jsessionid=7C060BB604A34B04F67FBA398EDAB3DD

    Pour JCC, le bouquin de Desmurget est essentiellement axé sur l’enfance et la télé.

  23. nec dit :

    Merci pour cette excellente entretien.

  24. Moi, Homer Simpson dit :

    GIGNON a dit: Les effets destructeurs de la télévision ont été bien analysés par Finkielkraut dans “L’ingratitude”.

    LOL … Pire que TOUT c’est bien ‘Finkie’ sur les plateaux télé…
    Comme référence dans le domaine il y le canadien Marshall Mc Luhan, un précurseur, presque un prophète… C’est de lui le terme ‘Global Village’ mais aussi ‘the medium is the message’

  25. Moi, HomerSimpson's Dad dit :

    Marshall Mc Luhan explique : la radio = 1sens: auditif La lecture = 1 sens : vision Par contre la télévision 2 sens… Qui nécessite une attention totale, en théorie!!!! car en réalité cette écart entre ce que l’on demande a nos sens et ce que l’on fait et débilisant… en revanche qui peut lire et repasser en même temps? Qui peut écouter un débat radiophonique d’une demie-oreille sans perdre le fil… PAR CONTRE la ménagère de 50 ans fait a manger, nourris les mômes, réponds au téléphone, engueule le maris fainéant tout en suivant Navarro sur son écran…

    Sinon : une image fixe c’est PAS la même chose que le défilement d’images… Un film Hollywoodien d’action… c’est combien de nouveaux plans par secondes?toutes ces images a décoder? Votre ordinateur rame quand il ya trop d’infos, non?

  26. Bobol1er dit :

    @Moi

    Ce que tu dis est juste, j’ai toujours adoré la radio, il existe de plus en plus de poste et de tuner directement relié au web ce qui donne un choix incroyable de stations, ça permet d’échapper aux radios FM commerciales styles d’jeuns aux sons compressés à mort, j’entends par compressé le relèvement de toutes les fréquences ce qui donne un son dense, agressif, comme un mur, (ne pas confondre bien sûr à la compression psychoacoustique façon MP3 ou autres qui sert surtout à gagner de la place). La télé utilise aussi cette compression surtout lors des pubs, bande annonces de la chaine etc qui maintiennent un état de tension permanent chez le téléspectateur, écoutez la musique du jingle de début ou fin de JT, on se croirait à chaque fois en état de guerre imminent, arrêter de respirer le journal commence. Pour Finir, Michel Desmurget est brillant, sympa et complètement dans le vrai. Coluche disait si un programme ne vous convient pas tournez le bouton, il entendait par là, éteignez le poste. Aujourd’hui le gens n’en ont même plus la force, ils ne peuvent que “zapper à l’infini”.

  27. Dim dit :

    Dans votre combat obssesionel et psychopathologique contre Soral je vous trouve réellement pathétique Mr.Robin.

    Par contre force est de constater que la diversité des informations/articles/interviews/etc.. que vous mettez à disposition est ( pas toujours, loin de là ) plutôt de qualité et notamment sur cet excellent travail de Michel Desmurget qui est un des seuls à parler de ce problème et à en faire son cheval de bataille.( qui devrait d’ailleurs être un sujet majeur pour nos élites incompétentes au vu de l’état des lieux d’un point de vue neurophysiologique ) et rien que pour ça je vous félicite car vous êtes un des seuls à relayer son travail !
    Merci bien donc.

  28. pi31416 dit :

    Vautrin
    27 septembre 2011 à 19 h 38 min

    «Nous n’apprenons rien de nouveau ici. Il y a longtemps que les psys tirent la sonnette d’alarme.

    La question, c’est QUE FAIRE ?»

    Vous vous noyez dans un verre d’eau. On est en France, non? (enfin, vous, pas moi). La solution est évidente: une taxe.

    Kévin
    27 septembre 2011 à 20 h 29 min

    «Maintenant, son livre s’attaque à la télé, mais son discours dans cette vidéo montre (notamment vers 1h50) qu’il condamne plus globalement l’écran»

    Taxez les écrans!

    Ils ont déjà essayé mais ça n’est pas passé. Mais ne nous décourageons pas. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Encore, encore et encore. Ça finira par passer un jour.

    Et puis… les écrans, ça provoque la myopie et les maux de tête. C’est pire que le tabagisme passif! Taxez les écrans!

    http://www.youtube.com/watch?v=IHHNZ3omSFA

  29. pi31416 dit :

    Et j’ajouterai: quid de la nocivité des vidéos comme celle que vous nous proposez de l’interview de Desmurget? Deux heures à se farcir. Sa transcription aurait pris, au grand maximum, 30 minutes à lire. Et si quelque chose me faire tiquer à 1h36:20 par exemple; si je perçois quelque contradiction, il me faut “rembobiner” la vidéo pour trouver le passage dont le souvenir m’a fait tiquer. Si j’en avais la transcription il me suffirait de la feuilleter rapidement pour trouver. Faute de texte écrit il me faut perdre mon temps à visionner et revisionner la vidéo. Sa «lecture»critique devient un travail d’Hercule. J’ai l’impression d’être plongé dans l’univers de «Fahrenheit 451». Deux heures à zyeuter une vidéo? Et combien? quatre heures? dix heures? à la décortiquer. Non merci. En deux heures je lis un roman de deux cents pages. Quand j’avais vingt ans et ce qui me semblait l’éternité devant moi je ne rechignais pas, au contraire, à passer deux ou trois heures de ma vie à lire même les pires conneries qui soient.

    Maintenant que j’approche de 70 ans, je n’apprécie pas du tout, mais alors là PAS DU TOUT, qu’on me VOLE (oui, VOLE) ne serait-ce que deux heures du peu qui me reste à vivre à me faire lire je ne sais quoi de je ne sais qui.

    • Jean dit :

      @pi
      “Sa transcription aurait pris, au grand maximum, 30 minutes à lire. ” : certes, mais 10h à écrire. Si vous vous en sentez capable, faites-le au lieu de vous plaindre.
      ” En deux heures je lis un roman de deux cents pages.” : le temps que vous a pris le fait d’écrire ce commentaire aurait pu être utilisé à promener votre chien, le pauvre toutou en est privé à cause d’Enquête & Débat !
      “Maintenant que j’approche de 70 ans, je n’apprécie pas du tout, mais alors là PAS DU TOUT, qu’on me VOLE (oui, VOLE) ne serait-ce que deux heures du peu qui me reste à vivre à me faire lire je ne sais quoi de je ne sais qui.” : j’avais oublié qu’à Enquête & Débat on forçait les gens à regarder nos vidéos…

  30. pi31416 dit :

    Jean: « j’avais oublié qu’à Enquête & Débat on forçait les gens à regarder nos vidéos»

    Non, vous ne les forcez pas. Mais s’ils veulent savoir de quoi il retourne ils sont bien obligés de les visionner.

    C’est comme si je postais en mingo. Vous vous plaindriez que vous ne comprenez pas le mingo. Je vous répondrais: “eh bien, traduisez mes commentaires en français au lieu de vous plaindre.”

    P.S. Pour les petits curieux, le mingo c’est ici: http://en.wikipedia.org/wiki/Mingo mais surtout ici: http://www.mingolanguage.org/ où vous apprendrez que

    1. que le son “m” n’existe pas en mingo
    2. que le mingo s’appelle en mingo unyææshæötká’

  31. Kévin dit :

    Un texte co-écrit par Michel Desmurget et publié dans le Monde critique les résultats d’une dernière étude scientifique et s’attaque aux écrans en général, y compris à l’usage des tablettes, des logiciels éducatifs et d’internet.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/08/laisser-les-enfants-devant-les-ecrans-est-prejudiciable_1829208_3232.html

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant