►   Recevoir la newsletter 
Sami
Pr Sami Aldeeb : “Toutes les religions détestent la liberté d’expression”
Guy Millière
Guy Millière : “Mon prochain livre s’intitulera Comment le peuple palestinien fut inventé”
henri-guaino-356997
« Minute » à l’Elysée : l’entretien oublié d’Henri GUAINO
drapeau-suisse-carre
L’origine de la démocratie suisse : Les Pactes de 1291, 1315 et 1370 comparés à la Déclaration française des droits de 1789

Nous ne sommes pas en démocratie (partie 2) : l’inégalité médiatique

14 février 2012, 15:07 Auteur : 15 commentaires

Après  la première partie sur la pré-sélection des candidats, voici la 2ème partie de notre enquête sur la démocratie française ou ce qu’il en reste. Cette partie est fondamentale car elle concerne le 4ème pouvoir, qui est devenu depuis 30 ans le premier, à savoir les médias. Où l’on peut constater qu’une poignée monopolise les places au détriment d’une majorité d’esprits brillants mais totalement inconnus du fait de cette absence de médiatisation.

http://www.dailymotion.com/video/xonepg

Nos chers médiacrates devraient se méfier, leur mépris envers la France d’en bas ne pourra pas durer très longtemps, avant que la furia francese ne fasse le ménage comme elle l’a déjà si souvent fait dans l’Histoire de ce pays.

Categories : bestof, Médias

15 commentaires

  1. Kévin dit :

    Pour Attali, le chiffre doit être bien plus astronomique que ça, le film “Les nouveaux chiens de garde” parlait de 572 apparitions pour les seules 3 ou 4 dernières années… A vérifier mais je crois bien que c’est ça.

    • Jean dit :

      @Kévin
      les stats sont celle de l’INA, elles ne tiennent pas compte de la TNT, où Attali a notamment son émission hebdomadaire, et où il doit passer de très nombreuses fois par ailleurs (LCI, etc.). C’est la même chose pour les autres.

  2. azim dit :

    C’est le sujet de mon dernier doc. sonore ici : http://azim-bd.blogspot.com/2012/02/azim01-doc-sonore-01.html… Pour ce qui me concerne, je n’ai jamais vécu dans une démocratie (la France). Bon… je n’ai que 38 ans ;) ça viendra peut-être…
    Azim

  3. Sylvain dit :

    Je suis bien d’accord avec ce que dit Jean… Toutefois, je ne peux m’empêcher de me faire l’avocat du Diable.

    La démocratie ne signifie pas que les chaines de TV, les chaines de radio, les sites Web ou la presse écrite doivent laisser dire ce qu’il veut à qui bon lui semble. On voit souvent, sur les forums, des internautes hurler à la censure quand un modérateur (dont c’est le rôle) modère des propos. Et la réplique qui revient toujours est “j’ai le droit de dire ce que je veux, on est en démocratie”. Alors, “oui”, on a le droit de dire (a peu près, cf la loi) ce qu’on veut. Mais “non”, ce droit ne s’applique pas n’importe où. Car chacun de ces supports de l’information a un responsable qui prendra sur lui tout ce qui sera publié.

    D’ailleurs ceci est peut-être la source du problème; la responsabilité éditoriale. Rendons aux auteurs leurs responsabilités éditoriales, retirons cette épée de Damoclès.

    Ensuite, je veux bien entendre que dans notre société la TV (en particulier) a un rôle très particulier, surtout sur le service dit “public”. Alors, que la loi soit faite et qu’elle y impose une démocratie… Mais je crains alors que ca se transforme en chaos.

    • Jean dit :

      @sylvain
      ça ne vous dérange pas que Louis Dalmas, par exemple, n’ait été invité à la télévision que 2 fois en 50 ans, alors que BHL l’a été plus de 500 fois ? Savez-vous que Dalmas est un des spécialistes mondiaux du conflit des Balkans, et qu’il a démonté la propagande sur la Serbie mois après mois quand les grands médias, BHL et Finkielkraut en tête, bombardaient nos citoyens de leurs conceptions opposées ? La démocratie, c’est un minimum d’égalité entre les différents points de vue, donc de pluralisme. Il n’est pas normal que certains soient invités 39 fois dans une seule émission une seule année, et d’autres jamais. Je ne dis pas que tout le monde devrait être invité, évidemment, mais dès lors que vous avez écrit une dizaine de livres, il y a, me semble-t-il, des invitations à lancer.

  4. Kévin dit :

    @Jean : OK. Je pense que le chiffre des Nouveaux chiens de garde incluait aussi la radio, pour arriver à un tel chiffre.

  5. Jean-Pierre dit :

    Il faudrait peut être s’entendre sur ce que l’on entend par démocratie ? Qu’est-ce que c’est une démocratie en fin de compte ?

    J’ajouterais aussi que ce que l’on entend généralement par démocratie n’est en général que le simple suffrage universel. Lorsque l’on apprend par exemple que “la démocratie est arrivé en Irak” ce que la plupart des gens comprennent c’est “les irakiens peuvent enfin voter”. Pour certains “démocratie” n’implique d’ailleurs pas forcément d’élection.

    Donc qu’est-ce qu’une démocratie ?

  6. Kévin dit :

    @Jean-Pierre :

    On a un référent très clair pour le régime dénommé “démocratie” : c’est Athènes aux -Vème et -IVème siècles. Si les institutions ont certes pas mal évolué au cours de ces 200 années, on peut dégager deux critères fondamentaux :
    - le pouvoir souverain confié aux citoyens rassemblés en corps (l’ekklesia) ;
    - la distribution des magistratures par tirage au sort.

    Depuis Aristote jusqu’à Montesquieu et Rousseau, les plus grands philosophes se sont accordé pour dire que l’élection était d’essence aristocratique, et le tirage au sort d’essence démocratique. Le régime dans lequel nous vivons, qui s’appelle “gouvernement représentatif”, est fondé sur l’élection et a été pensé par ses concepteurs comme l’antinomie de la démocratie. C’est par une sorte d’abus de langage qu’à partir de la Restauration, les libéraux ont commencé à voir le mot “démocratie” d’un bon oeil et le confondre avec le gouvernement représentatif. C’est de la novlangue, en bonne et due forme.

    Il me semble qu’on ne peut pas reproduire le modèle athénien en tant que tel dans le contexte géopolitique, du moins dans l’immédiat, compte tenu du changement d’échelle depuis l’Antiquité : la commune, structure qui a vu naître la démocratie, est désormais profondément subordonnée à des super-entités nationales, et de plus en plus des entités supra-nationales.

    Néanmoins, il y a eu des tentatives ou des projets, à l’époque contemporaine, de constituer un régime fondé sur au moins un des deux piliers du référent athénien. Ainsi de la Constitution de 1793, qui entendait faire valider chaque loi votée à l’Assemblée nationale (élue) par les assemblées locales (dites primaires) qui incluaient tous les citoyens. Ainsi du régime que certains appellent “stochocratie” (encore institué nulle part à ma connaissance), et qui, sans changer les institutions du gouvernement représentatif, les subvertirait en remplaçant l’élection par le tirage au sort : ainsi, ce ne serait pas seulement les magistratures qui seraient distribuées par cette dernière procédure, mais carrément le pouvoir souverain. Pour moi, ces deux régimes pourraient être qualifiés chacun de démocraties mais sur un mode inédit, adapté au cadre contemporain, bien qu’ils ne réunissent pas les 2 piliers démocratiques originels.

    Signalons quand même qu’Etienne Chouard tente de son côté d’imaginer un système jusqu’au-boutiste, reproduisant le système athénien, via la fédération de communes.

    En tout cas, s’il peut y avoir débat sur l’idée d’appeler démocratie un régime ne réunissant qu’un seul des deux piliers originels de la démocratie, on peut être sûr que les régimes n’en réunissant aucun ne peuvent absolument pas prétendre à ce nom-là.

  7. king flo dit :

    @Jean

    Tenez, vos ” amis” de l’UPR ont envoyé ceci au CSA ( peine perdue, mais toujours bon d’essayer)

    http://www.u-p-r.fr/wp-content/uploads/2012/02/PRESIDENTIELLE-Lettre-du-CSA.pdf

  8. Seb 29 dit :

    Bonjour,

    Je comprends le constat de votre vidéo: de brillantes personnes ne sont pas invitées à la télévision alors que des imposteurs le sont est évidemment un scandale.

    Pour autant, peut-on affirmer sans nuancer que nous ne sommes pas en démocratie?

    Comme vous l’avez montrez, des personnalités représentant un large champ d’opinions dans la société française envahissent nos écrans. Je pense notamment à Michel Onfray, à Eric Zemmour, mais aussi à Robert Ménard. Tous sont omniprésents dans les médias.

    Pourriez-vous alors me dire quel courant politique, ou quelles idées en particulier, ne sont pas – ou pas assez – présentent à la télévision?

    Cordialement,

  9. Kévin dit :

    @Seb29 :

    “Pourriez-vous alors me dire quel courant politique, ou quelles idées en particulier, ne sont pas – ou pas assez – présentent à la télévision?”

    => Il y en a tellement… Au hasard : les libéraux, les communistes, les démocrates (authentiques), etc.

  10. Sylvain dit :

    @Seb 29

    > Pourriez-vous alors me dire quel courant politique, ou quelles idées en particulier, ne sont pas – ou pas assez – présentent à la télévision?

    Sans forcément parler de politique, peut-on dire que les royalistes sont présents ? Les islamistes (les vrais qui veulent la charia) sont-ils présent dans le débat ? Ou bien doit-on forcément les écarter et pour quelle raison ? Les opposants à l’indépendance du Tibet sont-ils dans le débat public lorsqu’on aborde le sujet Tibetin ? Les Athées sont-ils souvent interrogés ? La communauté asiatique est-elle citée ou représentée dans le débat public ? Elle est à ce point ignorée que même les termes “minorité visible” l’oublient !!!

    Bref, on peut en citer des dizaines d’exemples…

    Alors vous allez peut-être me dire que ces groupes ne sont pas représentatifs du peuple, et que ceci et que cela. Moi je vous répondrais simplement qu’il ne faut pas confondre la cause de l’effet ! Demandez à un Chinois pourquoi il n’y a qu’un parti en Chine, il vous répondra avec toute sa sincérité que c’est parceque tous les Chinois sont communistes…

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant