►   Recevoir la newsletter 
ala-liberte-religieuse-en-question.aspx
La liberté religieuse en question de Vatican II à aujourd’hui, de Mgr Jean Paul Vesco, Père Luc Forestier et Père Dominique Gonnet aux éditions Salvator
bercoff
Présidentielles à gauche
Edwy Plenel, à propos
Edwy Plenel estime que Médiapart ne fraude pas le fisc
ecole
Pourquoi une école – garderie? (3/10)

Pour un débat sur la peine de mort pour Breivik, Fofana et quelques autres

31 août 2012, 16:58 Auteur : 34 commentaires

L’Europe est devenue si peureuse et honteuse que même un monstre comme Breivik, auteur de 77 meurtres de sang froid envers des adolescents pacifiques, n’a été condamné qu’à de la prison, et ressortira au mieux dans 21 ans, mais peut-être avant avec les remises de peine. En marge de l’affaire Millet, l’affaire Breivik pose surtout  la question de la justice dans les pays de la vieille Europe, et de la responsabilité de la gauche dans ce désarmement général de notre nation, et de notre continent.

Désarmer les citoyens, dans leur parole et dans leurs actes, désarmer l’État, et notamment ses policiers et sa justice, voici le monde dans lequel la gauche nous a plongé depuis une quarantaine d’années. En 1981, Robert Badinter et François Mitterrand abolissent à la fois la peine de mort et le débat sur la peine de mort, considérant tout défenseur de la peine de mort comme un nazi, ou un fasciste. C’est la double peine, le double désarmement. Chirac, qui n’a été de droite que quelques années dans sa vie, inclura l’abolition de la peine de mort dans la constitution.

http://www.dailymotion.com/video/xsegft

Plus personne ne peut être condamné à mort sous nos latitudes, même un Ben Laden, même un Anders Breivik, même un Dutroux. Vous pouvez lancer une bombe nucléaire sur Paris, prendre un avion en otage et le faire s’écraser sur la tour Eiffel, le pire que vous risquez en France c’est 22 ans de prison soi-disant à perpétuité, mais avec des remises de peine qui finiront bien par être accordées avec le temps. Breivik a tué de sang froid 77 adolescents, mais il va se retrouver, aux frais du contribuable norvégien, dans une prison dorée : “Breivik bénéficiera d’un espace spécialement aménagé sous un régime de très haute sécurité, annonce la prison d’Ila, près d’Oslo. Il se compose de trois cellules de 8 m2 : une pour dormir, une pour faire du sport, une autre, équipée d’un ordinateur mais sans connexion Internet, pour travailler.” nous dit Rue 89.

http://www.dailymotion.com/video/xt0902

Le problème, c’est qu’outre ce luxe pour un détenu aussi monstrueux que Breivik, celui-ci va avoir tout loisir d’écrire un nouveau livre, pourquoi pas, ou faire parler de lui dans les médias d’une manière ou d’une autre. C’est ainsi qu’a procédé Youssouf Fofana, du Gang des Barbares : “Malgré son incarcération, l’ex-chef du gang des «barbares» a publié plusieurs vidéos de lui sur le Net. Une enquête est ouverte pour «apologie d’un acte de terrorisme» et «provocation à la discrimination raciale et religieuse».” dit le Figaro.

Quel est le plus scandaleux dans tout cela ? Que ces monstres fassent parler d’eux depuis leur prison ? Qu’ils soient entretenus aux frais du contribuable en période de crise et d’endettement ? Ou bien qu’ils aient une chance de sortir un jour, soit qu’ils s’évadent soit qu’un nouveau gouvernement ou qu’une nouvelle loi le leur permette un jour ? Ou finalement que les familles de victimes se disent que leur bourreau pourra peut-être, un jour, à nouveau frapper ?

Quoi qu’il en soit, ceux qui ont aboli la peine de mort sans la moindre exception portent la lourde responsabilité de tout cela, et démontrent une fois encore la pertinence de l’adage selon lequel l’enfer est pavé de bonnes intentions. C’est le même monstre qui a légitimé la torture pendant la guerre d’Algérie, qui avait comme ami René Bousquet (principal responsable de la rafle du Vel d’Hiv), qui pratiquait des écoutes téléphoniques sur ses ennemis politiques, qui a fait couler le Rainbow Warrior, qui a caché sa fille illégitime aux frais de la République, qui a caché son cancer pendant ses deux mandats, qui a reçu la francisque de Pétain, qui a fait croire aux Irlandais de Vincennes, et qui a aboli la peine de mort, et ce malgré une majorité de Français qui étaient à l’époque pour la peine de mort. Le dernier sondage en date, qui date de 2002, montre que 62 % des Français approuvaient « le principe » de la peine de mort « pour les crimes les plus graves »malgré le matraquage médiatico-politique abolitionniste. C’est Gérard le Gall, conseiller opinion de Lionel Jospin, qui le révèle lors d’un débat sur le 21 avril 2002 :

http://www.dailymotion.com/video/xt6n7c

Ajoutons que selon une étude IFOP de 2011, 63 % des Français seraient favorables à ce que cette question de la peine de mort – entre autres – fasse l’objet d’un référendum.

Ce terrorisme intellectuel qui voudrait que la défense de la peine de mort, même limitée à des monstres, constitue une atteinte aux droits de l’homme, est ridicule et ne doit plus être accepté. Un libre débat doit avoir lieu sur la peine de mort, comme sur tant d’autres sujets interdits par la gauche dans ce pays sous des prétextes moraux. Il en va de notre civilisation, dont la liberté d’expression est un des piliers fondamentaux. Les USA sont-ils fascistes parce qu’ils ont encore recours dans certains cas à la peine de mort ? Obama lui-même y est favorable, ce qui ne l’empêche pas d’être soutenu par toute la gauche et une bonne partie de la droite ici en France. Arrêtons cette hypocrisie.
Les familles de victimes et les victimes potentielles que nous sommes tous ont droit au repos grâce à l’élimination définitive de personnes dont on sait qu’elles ne reviendront jamais dans le droit chemin, et qui revendiquent leur(s) crimes. Tant Fofana que Breivik ne se sont pas repentis et clament toujours leur droit à recommencer, s’ils ressortent. Aucune erreur judiciaire n’est possible. Ceux qui sont pour le maintien de l’abolition de la peine de mort et de l’abolition du débat sur la peine de mort sont par conséquent leurs réels complices, mais certainement pas Richard Millet ni ceux que Breivik cite dans son livre, sinon Emmanuel Todd pourrait être tenu complice de Ben Laden qui l’a cité (1). Au minimum un débat s’impose, et vite.

(1) Pierre-André Taguieff, La nouvelle propagande antijuive, PUF, mai 2010, p. 362.

Categories : bestof, justice

34 commentaires

  1. Thomas FERRIER dit :

    J’ai toujours dit être favorable a minima à la réinstauration dans le champ des peines possibles de la peine de mort, mais davantage encore à un référendum européen sur la question, car c’est aux citoyens de se prononcer sur cette question épineuse.

    Je pense surtout à la libération de l’ex-femme Dutroux, avec la complicité là encore de l’église catholique, qui me choque profondément. A partir du moment où on n’est pas capable d’assurer une véritable perpétuité, la peine de mort devient une nécessité juridique fondamentale.

  2. Shaul dit :

    Sur la même longueur d’onde que Thomas F.
    Juste un bémol, le référendum doit être français, les décisions des pays limitrophes m’importent peu.

  3. Thomas FERRIER dit :

    @ Shaul

    Là encore, à un problème européen (l’insécurité explose sur tout le continent), réponse européenne. En outre, les états européens ont signé la CEDH (rien à voir avec l’UE) qui leur interdit l’application de la peine de mort. C’est assez efficace puisque la Russie elle-même a renoncé à la pratiquer.

    Son rétablissement ou le maintien de son abolition doit être une décision européenne, afin que les criminels ne cherchent pas à accomplir leurs crimes dans un pays qu’ils savent plus laxiste. A crime identique, peine identique, de Reykjavik à Vladivostok !

    Cordialement :)

  4. Np dit :

    “Je pense surtout à la libération de l’ex-femme Dutroux, avec la complicité là encore de l’église catholique, qui me choque profondément. A partir du moment où on n’est pas capable d’assurer une véritable perpétuité, la peine de mort devient une nécessité juridique fondamentale.”

    Derrière cette affaire, il y a des dizaines de personnes impliquées que l’état et la justice tentent de cacher. On veut nous faire croire au prédateur isolé. J’espère que le temps permettra d’arrêter tout le réseau. Et ces bonne soeurs ont mis le pied dans le plat, permettant encore d’affaiblir l’église. Perpétuellement décrite comme un nid de pédophiles. Quand allons nous cesser de nous faire humilier par ce système qui aime bien montrer la “face cachée” de l’Islam et de la Chrétienté, tout en masquant celle du Judaisme. L’église n’est pas complice de Dutroux et sa bande, les complices le sont !

    http://www.pedopolis.com/pages/dossiers-en-cours/dossier-dutroux-bis/

    http://wikileaks.org/wiki/Belgium:_Dutroux_dossier_summary,_1235_pages,_2005

  5. Jean dit :

    @Thomas
    même remarque, l’insécurité explose au niveau occidental…

  6. Thomas FERRIER dit :

    Les USA ont les outils juridiques pour s’en prémunir. On peut d’ailleurs sur certains points s’inspirer d’eux, mais comme je l’ai dit dans un autre fil, je ne suis pas “occidentaliste” ni “septentioniste” mais “européiste”. Les américains de souche européenne, comme les boers en Afrique du Sud, n’auront un destin commun avec nous que lorsqu’ils se réinstalleront en Europe.

    Je suis de ceux qui pensent que l’Europe doit s’écarter le plus possible de la voie choisie par les USA. Si ces derniers se rendent compte de leurs erreurs et y réagissent lorsqu’il est encore tôt, on pourra envisager un partenariat fructueux d’égal à égal. L’ “Occident” est à la fois le prolongement de l’Europe et sa négation même.

    Je pense en outre, pour répondre aux soraliens par avance, qu’Israël, qui n’est pas un pays européen même s’il respecte plutôt bien les canons en vigueur en Europe aujourd’hui, qu’Israël donc aurait intérêt à un changement d’alliance. Lieberman l’a compris puisqu’il cherche à rapprocher son pays de la Russie comme de l’UE. Mais si en UE il y a à la tête des états des islamotropes, des mondialistes, des américanolâtres, cette alliance n’est pas possible. Or c’est de l’intérêt des européens eux-mêmes que cette “élite” “européenne” doit être chassée du pouvoir. Il y a donc là une convergence évidente d’intérêts.

  7. Bérenger dit :

    Il me semble, mais ça reste à prouver, que les peine de prisons norvégienne peuvent être reconduite de 5 ans un nombre infinie de fois tant que le détenue est jugé susceptible de recommencer. Or, encore une fois à prouver, ce type aurait prévenue qu’il recommencerai dès qu’il le pourrait. Il est donc probablement parti pour 21+5+5+5+5+…

  8. pois dit :

    Je suis contre la peine de mort et depuis longtemps.Il serait long d’expliquer ici, pourquoi, dans un débat qui deviendrait vite passionnel. J’entends deja les réactions et les sempiternels arguments sur les criminels remis en liberté apres des années de prisons, les recidivistes, le fameux “et si ces tueurs faisaient la même chose à tes enfants!, à ta femme!, hein?” etc…etc…pas la peine d’insister les gars, je connais la musique par coeur et mon avis est de marbre.

  9. DeCharette dit :

    L’encouragement des élites à permettre d’outrepasser l’éducation occidentale, à ne pas appliquer les lois existantes, à ne pas “stigmatiser” ou “inférioriser” quiconque tout en encourageant un choc de culture et destruction de civilisations millénaires par l’immigration…

    C’est ce comportement et terrorisme intellectuel là qui créer des Brieviks et qui créer des troubles sociaux.

    La peine de mort existerait qu’elle ne serait pas appliquée, la question se pose donc de savoir qui la mérite en ayant encouragé les problèmes…

  10. pi31416 dit :

    A quand un débat sur la peine de mort pour Charlotte Corday?

  11. Nicolas dit :

    Fait n°1 : le débat a déjà eu lieu maintes fois et la peine de mort a été abolie : “Que dit la loi ? Tu ne tueras pas ! Comment le dit-elle ? En tuant !” (Victor Hugo)
    Fait n°2 : la vengeance est un acte irrationnel destructeur
    Fait n°3 : donner la mort n’a jamais rendu justice
    Fait n°4 : il existe des méthodes pour soigner de tels “arriérés” : la violence trouve ses origines au niveau périnatal et transpersonnel de la psyché : crise psychospirituelle
    Fait n°5 : plus un acte est répété plus il est aisément reproductible (voir mémoire cumulative de l’Univers) : escalade de la violence
    Fait n°6 : il est nécessaire de traiter le problème à sa source (le coût de la détention > c’est notre système économique qui est en cause – quelle valeur accorder à un détenu ?)
    Fait n°7 : même débat pour l’euthanasie, qui va donner la mort et quelles conséquences pour le bourreau ?
    Fait n°8 : nous sommes très loin de comprendre ce qu’est la mort : la science remet en question l’idée que nous en avions et nous ne pouvons pas l’ignorer
    Fait n°9 : c’est ce que l’on appelle du cynisme, on donne la mort par soucis logistique et on en ignore la portée sur le long terme > paradigme matérialiste – sans conscience morale
    Fait n°10 : nous (groupe humain) sommes les vrais responsables de cette violence

  12. coco dit :

    Les UMPS ne sont pas plus ni moins sensibles que nous, ni en tant que victime, ni en tant que “bourreau”.

    Ce qui compte pour eux , ce n’est pas la sécurité, ils l’ont suffisamment prouvé.

    La peine de mort au même titre que les chambres à gaz, sont des armes de diabolisation massives. Ils ne renonceront jamais à ces armes.

    Être trop gentille de manière flou ne fait pas perdre de voix aux élections, c’est probablement le contraire. Mais face à la réalité ils savent que ça ne passe pas. Le dernier président de la peine de mort Giscard d’Enstaing ne pouvait pas gracier des assassins d’enfant par exemple.

    Ou encore quand les ministres de la justice ont été mis face à leur responsabilité avec l’obligation de trancher lors des demandes de remises en liberté de Patrik Henry (assassin d’enfant) ils ont toujours refusé (ce qui n’étaient pas logique) et ont fini par botter en touche en inventant un système de collège de magistrats qui doivent se réunir pour décider à la place du ministre.

    L’abolition de la peine de mort n’est pas une loi courageuse (politiquement), ce sont des lâches incapablent de prendre leur responsabilité.

  13. “Écoutez la voix de la justice et de la raison ; elle vous crie que les jugements humains ne sont jamais assez certains pour que la société puisse donner la mort à un homme condamné par d’autres hommes sujets à l’erreur. Eussiez-vous imaginé l’ordre judiciaire le plus parfait, eussiez-vous trouvé les juges les plus intègres et les plus éclairés, il restera toujours quelque place à l’erreur ou à la prévention. Pourquoi vous interdire le moyen de les réparer ? pourquoi vous condamner à l’impuissance de tendre une main secourable à l’innocence opprimée ? Qu’importent ces stériles regrets, ces réparations illusoires que vous accordez à une ombre vaine, à une cendre insensible ! elles sont les tristes témoignages de la barbare témérité de vos lois pénales. Ravir à l’homme la possibilité d’expier son forfait par son repentir ou par des actes de vertu, lui fermer impitoyablement tout retour à la vertu, l’estime de soi-même, se hâter de le faire descendre, pour ainsi dire, dans le tombeau encore tout couvert de la tache récente de son crime, est à mes yeux le plus horrible raffinement de la cruauté.

    Le premier devoir du législateur est de former et de conserver les mœurs publiques, source de toute liberté, source de tout bonheur social. Lorsque, pour courir à un but particulier, il s’écarte de ce but général et essentiel, il commet la plus grossière et la plus funeste des erreurs ; il faut donc que la loi présente toujours au peuple le modèle le plus pur de la justice et de la raison. Si, à la place de cette sévérité puissante, calme, modérée qui doit les caractériser, elles mettent la colère et la vengeance ; si elles font couler le sang humain, qu’elles peuvent épargner et qu’elles n’ont pas le droit de répandre ; si elles étaient aux yeux du peuple des scènes cruelles et des cadavres meurtris par des tortures, alors elles altèrent dans le cœur des citoyens les idées du juste et de l’injuste, elles font germer au sein de la société des préjugés féroces qui en produisent d’autres à leur tour. L’homme n’est plus pour l’homme un objet si sacré : on a une idée moins grande de sa dignité quand l’autorité publique se joue de sa vie. L’idée du meurtre inspire bien moins d’effroi lorsque la loi-même en donne l’exemple et le spectacle ; l’horreur du crime diminue dès qu’elle ne le punit plus que par un autre crime. Gardez-vous bien de confondre l’efficacité des peines avec l’excès de la sévérité : l’un est absolument opposé à l’autre. Tout seconde les lois modérées ; tout conspire contre les lois cruelles.

    On a observé que dans les pays libres, les crimes étaient plus rares et les lois pénales plus douces. Toutes les idées se tiennent. Les pays libres sont ceux où les droits de l’homme sont respectés, et où, par conséquent, les lois sont justes. Partout ou elles offensent l’humanité par un excès de rigueur, c’est une preuve que la dignité de l’homme n’y est pas connue, que celle du citoyen n’existe pas : c’est une preuve que le législateur n’est qu’un maître qui commande à des esclaves, et qui les châtie impitoyablement suivant sa fantaisie. Je conclus à ce que la peine de mort soit abrogée.”

    Maximilien Robespierre, 30 mai 1791.

  14. Pedro dit :

    @ Nicolas,

    N°1 : La Loi interdit le kidnapping et la séquestration. Comment les punit-elle ? En mettant en prison ! Hugo commet l’erreur de mettre sur un pied d’égalité la société (la Loi) et l’individu : son argument en devient un sophisme.
    N°2 : La peine de mort n’a rien à voir avec la vengeance.
    N°3 : La peine de mort peut tout à fait être une décision de justice, je ne comprends pas ce que vous voulez dire.
    N°4, 6, 10 : vision rousseauiste (l’Homme n’est pas mauvais, c’est la société qui le corrompt) que je ne partage pas du tout.
    N°5 : Il y avait une escalade de la violence en France jusqu’en 81 ? Il y a une escalade de la violence au Japon ? Ce n’est pas convaincant.
    N°7 : Voir la situation en France avant 81. Il y avait alors un débat si complexe et insoluble ?
    N°8 : Pouvez-vous m’informer : que nous dit la science sur la mort qui aurait une influence sur la peine de mort en tant que décision de justice ?
    N°9 : La peine de mort n’est pas donnée par soucis logistique !

    En revanche il n’est que rarement abordée la réflexion suivante à propos de la peine de mort, réflexion qui est celle de J. Dutour (qui rejoint celle d’un R. Gary par exemple) et qui questionne sur la primauté de la société ou de l’individu. Je cite J. Dutour à propos de l’abolition de 81 :
    “Cette abolition, décrétée en vertu de l’illusion rousseauiste que l’homme est bon mais corrompu par le monde, a une conséquence que n’ont pas vue, ou feint de ne pas voir, les députés qui l’ont votée et les gens qui l’ont commentée après coup : elle pose en principe que l’individu, si vicieux, malfaisant, pervers, sanguinaire soit-il, est plus précieux que la société.
    Conception de moraliste, certes. Je dirai même conception de brave homme qui se frappe vertueusement la poitrine en disant : « Qui suis-je pour juger ? » mais en aucun cas conception d’homme d’Etat.
    Pour ce dernier la société doit toujours passer avant l’individu. Il y a là un choix à faire, et terrible comme tous les choix : ou la société broie l’individu, ou l’individu broie la société. Une des raisons des malheurs de l’Occident est qu’il a choisi l’individu contre la société. Il s’ensuit que la société occidentale part en loques.”

    On peut mesurer comment, avec 30 ans d’avance, Dutour a bien senti les choses.

    Cordialement.

  15. Alf dit :

    je suis contre la peine de mort, comme je suis pour l’amputation pour vol.
    La justice est imparfaite et on ne peut que très exceptionnellement avoir une certitude sur les faits et le bon déroulement de l’enquette.

    personnellement, 10 ans par meurtre pour un Brevick, soit 770 ans de prison, me parait bien plus dur et c’est très bien comme ça. En revanche, s’il désir la mort des suites d’un tel verdict, je n’ais aucune objection à la lui accorder…

  16. Nicolas dit :

    Pedro,

    “La peine de mort n’a rien à voir avec la vengeance.”

    On prétend la légitimer par une réponse proportionnelle au crime, mais ce n’est rien de plus qu’une vengeance : une réponse négative à un acte négatif.
    Anecdote de wikipédia : “En décembre 2000, le journal saoudien Al Riyadh a rapporté qu’un groupe de babouins hamadryas s’étaient embusqués sur le bord de la route pendant trois jours afin de lapider un automobiliste, qui avait précédemment écrasé un des membres du groupe de singes”.

    “La peine de mort peut tout à fait être une décision de justice, je ne comprends pas ce que vous voulez dire.”

    Justice dans le sens “juste”, sinon c’est la loi de Talion.

    “vision rousseauiste (l’Homme n’est pas mauvais, c’est la société qui le corrompt) que je ne partage pas du tout.”

    Je comprends et j’accepte tout à fait. J’ajouterais juste que ce ne serait pas la société qui corrompt l’Homme, mais les archétypes (Jung) qui influencent son inconscient. La réalité de ce phénomène a été clairement démontré dans la littérature psychiatrique, malheureusement le “transpersonnel” ne rentre pas dans le cadre du paradigme matérialiste, beaucoup de nos vieilles conceptions sont à revoir.

    “Il y avait une escalade de la violence en France jusqu’en 81 ? Il y a une escalade de la violence au Japon ? Ce n’est pas convaincant.”

    Je n’ai pas de chiffres à vous donner malheureusement. En revanche c’est un constat que beaucoup de scientifiques “avant-gardistes” évoquent. Je connais un terme pour désigner ce phénomène mais ce concept est controversé : la résonance morphique. Les théoriciens des systèmes appellent cela la mémoire cumulative de l’Univers, et cela aurait un rapport avec les archétypes. Par exemple, plus un peuple est violent, plus il est enclin à le devenir (cet exemple parle surement à Jean… :-s).

    “Pouvez-vous m’informer : que nous dit la science sur la mort qui aurait une influence sur la peine de mort en tant que décision de justice ?”

    J’ai appris plusieurs choses : d’une part que notre société ignore totalement et même répugne la mort en dépit du fait qu’elle est une étape fondamentale de la Vie. Pour beaucoup, la mort est quelque chose d’effrayant et de mystérieux. La psychologie des profondeurs démontre depuis plus de 50 ans que la vie, la mort et la sexualité sont les points fondamentaux de la vie d’un être vivant.
    J’ai aussi pu apprendre que l’évolution des sciences, et conjointement de nos sociétés, ont créés une cassure terrible entre spiritualité et ce que nous percevons comme être la “réalité”, notre vie quotidienne. En séparant l’Église de l’État, en devant laïque, nous avons aussi écarté la spiritualité de nos vies. On targue souvent, peut-être à tort, que le recul des religions est un progrès pour nos sociétés car on considère la moindre croyance (superstitions, présence d’un esprit, communication “télépathique”, effet de synchronicité que tout le monde a déjà vécu) comme une pathologie indigne d’une personne cultivée.
    La religion est une affaire personnelle, j’en conviens, plusieurs interprétations peuvent être donné à la Vie. Mais la spiritualité serait l’affaire de tous. Je sais que beaucoup ne partage pas ce point de vue, c’est normal nous sommes encore attaché à notre conception matérialiste. Comme certains hommes de science le notent, la physique quantique (et même la relativé, 1905 !) suffit à faire voler en éclat notre vision matérialiste du monde.

    Je vous invite simplement à vous renseigner sur les EMI, ou NDE (www.inrees.com). Sans rentrer dans un débat, les médecins français sont très souvent confrontés à des témoins (2 ou 3 patients sur 10) ayant eu une expérience transpersonnelle (élargissement de la conscience, déportation de leur conscience dans “une autre réalité d’existence”, etc) durant leur coma ou arrêt cardiaque. Ces gens rapportent des expériences qui sont, placé dans notre cadre commun, à la limite de l’entendement. La science matérialiste n’explique pas cela. Cependant, des courants nouveaux existent et offrent une nouvelle perspective.

    “La peine de mort n’est pas donnée par soucis logistique !”

    Si ce n’est de la vengeance alors c’est de l’optimisation de flux ?

    Nicolas

  17. Alf dit :

    non, si l’on pose la règle on exécutera nécessairement des innocents par erreur. on ferra comme Breivik, Fofana et quelques autres.

    • Jean dit :

      @Alf
      et les victimes de ceux qui auraient été condamnés à mort, ils ne sont pas innocents peut-être ? Au moins le condamné à mort par erreur a eu droit à un procès avec le contradictoire, alors que la victime du non-condamné à mort n’a eu droit à aucun procès. Comme disait l’autre, la peine de mort a été abolie, sauf pour les meurtriers.

  18. john dit :

    “prendre un avion en otage et le faire s’écraser sur la tour Eiffel, le pire que vous risquez en France c’est 22 ans de prison”

    ah??? moi bêtement je pensais que s’écraser en avion sur la Tour Eiffel était mortel !!!???

  19. john dit :

    Oui Jean !!! le condamné à mort par erreur aura l’âme en paix, ses droits auront été respectés.

  20. john dit :

    La peine de mort a une efficacité nulle en matière de prévention du crime, inutile de se draper dans la protection des personnes. Ce débat est donc purement philosophique.

    Peine de mort = vengeance par procuration sous couvert de la Loi ou la Justice, exutoire public face au sentiment d’insécurité, légitimation d’une violence institutionelle + fascination morbide pour certains…

    • Jean dit :

      @john
      tous les dirigeants français étaient pour la peine de mort avant Mitterrand, et Mitterrand lui-même a fait appliquer la peine de mort en Algérie à tour de bras. Aux US, peine de mort, à gauche et à droite (Obama aussi). Au Japon, peine de mort. Les plus grandes démocraties au monde sont fascistes alors ?

  21. Le juriste dit :

    Vous pouvez dire que vous êtes en faveur de la peine capitale si vous êtes prêt à l’appliquer vous même de manière impitoyable.Quand au USA et Japon elle est rarement voire très rarement appliquée si on fait le ratio par rapport au nombre de crimes capitaux.On peut dire que l’on est partisan de cette peine qu’a condition d’une application systématique et massive comme dans certains régimes politiques ( talibans par exemple ou URSS Stalinienne).En France jusqu’à l’abolition elle était très rarement appliquée puisque en moyenne 90% des condamné a mort étaient graciés.On avait en moyenne 1 exécution toutes les 2 ans!Bref c’est pas ce que j’appelle appliquer la peine capitale.Même en Chine et à Singapour le nombre d’exécutions diminue réellement par rapport a il y a 10 ans!Donc la tendance est vers la restrictions très séreuse du nombre d’exécution voire vers un moratoire.

  22. pi31416 dit :

    Thomas FERRIER: «Les américains de souche européenne, comme les boers en Afrique du Sud, n’auront un destin commun avec nous que lorsqu’ils se réinstalleront en Europe.»

    Qu’entend-on par destin commun? Quel avantage?

    Quand je contemple, de mes 18.000 kilomètres, le parcours de la France, je n’ai pas la moindre envie de sombrer dans la même déliquescence, le même destin.

    Si je m’y réinstallais (en France) je n’en resterais pas moins réfractaire à l’invraisemblable bourrage de crâne que j’y ai subi dans mes jeunes années.

    Pourrait-on dès lors parler de destin commun? Oui, sans doute, ôtés la liberté et le libre arbitre, ôté le réflexe d’abandonner, comme un rat, le navire qui coule.

    Le destin, c’est quand on a fait une connerie qu’on ne veut pas admettre: c’était le destin.

    La notion de destin elle-même n’a pas de sens, hormis celui d’une vessie qui se prend pour une lanterne.

  23. pi31416 dit :

    john
    3 septembre 2012 à 16 h 59 min

    «La peine de mort a une efficacité nulle en matière de prévention du crime»

    Vous avez déjà vu des morts commettre un crime? Moi aussi. Dans les films de George Romero.

  24. Thomas FERRIER dit :

    @ pi31416

    Je ne comprends pas votre propos. On parle d’une Europe qui se relève, d’une Europe qui renaît, pas de l’Europe actuelle.

  25. pi31416 dit :

    Je ne parle pas de l’Europe, je parle du sujet, la peine de mort. Et ce que j’en dis est valable en Europe mais aussi en Chine, au Pérou et partout ailleurs, demain, hier et aujourd’hui.

  26. Thomas FERRIER dit :

    Je parlais de votre message du 4 septembre dans ce fil.

  27. Théo dit :

    Je suis totalement POUR la peine de mort ; si la vraie peine de perpétuité existait, je serais peut-être contre. Mais aujourd’hui, un meurtrier récidiviste peut sortir de prison après 15 ans passés derrière les barreaux. De plus, est-ce juste que l’Etat paie la nourriture de ces monstres avec NOS impôts, alors que de nombreux Français ne savent pas ce qu’ils vont manger demain ?!?

  28. Théo dit :

    Nombre de crimes pour 1000 habitants en Europe : 71
    Aux USA : 34
    Nombre de crimes violents pour 1000 habitants en Europe : 10
    Aux USA : 4
    Ces chiffres témoignent de l’efficacité de la peine de mort en matière de dissuasion.

  29. àbout dit :

    Qu’on en reparle lorsque l’Amérique aura été jugée
    pour “crime de guerre”
    suite aux dizaines de milliers de morts civils vitrifiés, femmes, enfants, vieillards à Hiroshima.

    Les faits, seulement les faits.

Ecrire un commentaire :

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Contribuez au développement du site en souscrivant