Crédit

Crédit consommation : un rebond de la demande à la hausse

crédit à la consommation
Bastien
Ecrit par Bastien

L’association française des sociétés financières (ASF) a communiqué, mardi dernier, des chiffres assez prometteurs. En mettant en évidence une large croissance du crédit à la consommation à ce troisième trimestre de l’année 2019, cette dernière s’achève sur une note positive. En effet, après une année 2018 plutôt difficile avec un climat social assez tendu, un début d’année 2019 s’annonce plutôt bon et n’a cessé de l’être. Celle-ci est particulièrement marquée par une hausse significative du crédit conso.

Mais alors la question est : pourquoi la demande de crédit à la consommation repart à la hausse ?

Crédit à la consommation : des chiffres excellents qui redonnent de l’espoir

En 2018, nous avons pu constater un bilan plutôt positif malgré un climat pas très favorable avec le mouvement des gilets jaunes. Avec une activité du crédit à la consommation qui a atteint près de 42,5 milliards d’euros, une nette progression se manifeste en cette année 2019, avec plus de 5 % d’amélioration et 11 milliards d’euros entre juillet et fin septembre.

Les deux premiers trimestres furent moins conséquents avec des hausses de 0,9 % et 0,4 %. Ces chiffres ont, par ailleurs, déjà annoncé la couleur d’une année pleine de surprise dans les activités globales du crédit conso !

Les hausses ne sont pas que notables dans les activités du crédit à la consommation, nous pouvons remarquer que les crédits renouvelables et les prêts personnels ont connu, eux aussi, une grande progression. Après une période de recul aux deux premiers trimestres, le crédit renouvelable augmente significativement de 3,4 %. Pareillement pour les prêts personnels qui atteignent les 3,7 %, qui laissent, loin derrière, un début d’année pas très glorieux.

Les raisons d’un tel rebond

La croissance du crédit à la consommation et ce maintien très favorable sont dus, en grande partie, à une politique monétaire, mise en œuvre par la BCE. En effet, la Banque Centrale Européenne, s’est mise au défi de générer une inflation qui devra rester plus au moins inférieur à de 2 %, dans toute la zone euro. Avec une conservation d’un taux de dépôt négatif, le taux de financement est de 0 %.

La mise en œuvre de cette politique donne l’avantage aux ménages. Ils peuvent ainsi profiter d’un niveau bas du taux de crédit à la consommation, et ce, jusqu’à ce que la croissance se relance véritablement.
Depuis 2009 jusqu’en décembre 2018, la BCE, a fait en sorte de baisser les taux du crédit conso, jusqu’à atteindre un niveau jamais constaté auparavant, après avoir éjecté 2600 milliards d’euros dans l’économie.
D’après la Banque de France, dans une parution de novembre 2019, cette opération a donné lieu à une augmentation de 6,2 % de la demande au prêt à la consommation. Les ménages ont donc pu bénéficier de 186 milliards d’euros après leur demande de crédit à la consommation.

La mise à jour des chiffres par la Banque de France, en novembre 2019, a révélé des taux moyens de l’immobilier de 1,27 % en septembre 2019 et 1,49 % en avril et, un taux de crédit à la consommation de 3,55 % pour septembre 2019 et 3,96 % pour avril. Cette augmentation de la demande est donc due aux taux d’intérêt très avantageux que les banques proposent depuis l’intervention de la BCE.

Dites nous ce que vous en pensez !