Crédit

Des mini-prêts instantanés sont visés par le régulateur, quels sont-ils ?

Des mini-prêts instantanés sont visés par le régulateur, quels sont-ils

L’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) rappelle à l’ordre les principaux acteurs des mini-prêts instantanés. Le régulateur du secteur financier met l’accent sur quelques points essentiels. Les détails !

Quels sont les mini-prêts instantanés visés par l’ACPR

Bien que l’ACPR n’ait pas cité les noms des sociétés concernées par son rappel à l’ordre, on sait très bien que les principaux acteurs du marché sont visés par le gendarme du secteur financier. En tête de liste, il y a notamment :

  • Floa Bank (une filiale de BNP Paribas)
  • Cashper (une marque commerciale de Novum Bank)
  • Bling (une application développée par la société Sherwood)
  • Finfrog (une plateforme française déjà enregistrée à l’ORIAS)

« Seuls les professionnels disposant d’un agrément sont autorisés à commercialiser des crédits de faible montant », rappelle l’ACPR dans un communiqué. Le régulateur vise en particulier les acteurs du marché des mini-prêts instantanés. Ils s’apparentent à des crédits de quelques centaines d’euros remboursables à très court terme. Importés des pays anglo-saxons, ils sont considérés comme des « coups de pouce », des « avances sur salaire » ou des « dépannages ». Ces mini-prêts sont destinés à des millions de Français à découvert tous les mois.

Vu que Bling ne figure pas encore dans le registre des agents financiers (Regafi), cette jeune société semble être la plus concernée par le rappel à l’ordre de l’ACPR. Le régulateur explique en substance que cette dernière n’est pas censée commercialiser des crédits.

Comment ont réagi les sociétés concernées par le rappel à l’ordre de l’ACPR ?

La société Bling a décidé d’interrompre momentanément son activité suite à la mise en garde de l’ACPR. L’annonce a été publiée sur son site web le 14 avril dernier. Bling a fait cela pour répondre à la demande du régulateur.

En plus de l’appel à l’ordre, l’ACPR souligne que les frais de toutes natures réglés par les souscripteurs de ces prêts, pour obtenir les sommes promises dans les conditions annoncées, doivent respecter les limites fixées par la prohibition de l’usure.

Finfrog fait exception, en facturant tout, la mise à disposition instantanée des fonds et le coût du crédit. En revanche, chez les autres acteurs, ces options express sont plus onéreuses :

  • 7 € pour un prêt de 100 € chez Bling
  • 6,90 € à 24,90 €, selon le montant emprunté, chez Floa et Lydia
  • 30 % du montant emprunté, soit 30 € pour 100 €, chez Cashper.

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir trouve que ce sont des coûts hallucinants. Elle a estimé en avril 2021 que ces prêts instantanés pouvaient afficher un TAEG de 91 % chez Floa et Lydia, contre 2 234 % chez Cashper.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !