Crédit

L’augmentation du taux d’usure du crédit immobilier rend le prêt avantageux, découvrez pourquoi

L'augmentation du taux d'usure du crédit immobilier rend le prêt avantageux, découvrez pourquoi

Le mode de calcul du taux d’usure, très critiqué ces derniers temps, reste inchangé. La bonne nouvelle est que ce dernier a été revalorisé au 1er juillet dernier en s’établissant à 2,57 % pour un crédit immobilier sur 20 ans ou plus.

Réévaluation du taux d’usure : est-ce vraiment avantageux pour les emprunteurs ?

Les taux immobiliers ont progressé d’au moins 80 points de base depuis décembre 2021. Sans parler de la hausse des taux directeurs annoncés par la Banque centrale européenne en 2022. L’évolution de la situation n’est pas vraiment favorable pour les emprunteurs, porteurs de projets immobiliers. Il y a néanmoins quelques bonnes nouvelles comme l’augmentation du taux d’usure.

En effet, il a été réévalué à 2,57 % par la Banque de France pour un prêt immobilier à taux fixe sur 20 ans ou plus (source : Le Parisien).

N’oublions pas que les taux immobiliers ont encore progressé en juillet dernier : 1,68 %. Même avec un taux d’usure à 2,57 %, certains acquéreurs potentiels sont exclus de la liste. C’est notamment le cas des primo-accédants et des ménages modestes.

Selon un sondage Opinion System, dirigé par l’association française des intermédiaires en bancassurance, environ 45 % des demandes de prêts immobiliers auraient été refusées en 2022.

En théorie, une demande de crédit immobilier est refusée en cas de dépassement du taux d’usure. Il correspond au Taux Annuel Effectif Global (TAEG) maximal autorisé par les banques et autres établissements de crédit. Il n’existe pas de taux d’usure unique. Au contraire, il y en a plusieurs. Rendez-vous sur le site officiel de la Banque de France pour en savoir plus.

 

Le taux d’usure pourrait augmenter de 10 à 40 points au 1er octobre 2022, selon les établissements de crédit

Le 1er octobre prochain, le taux d’usure devrait être à nouveau réévalué. Néanmoins, certains acteurs du marché préviennent déjà que la hausse de 0,2 à 0,4 point évoquée n’est pas suffisante. Les établissements prêteurs tablent plutôt sur une hausse de 10 à 40 points du taux d’usure compte tenu de l’augmentation des taux directeurs.

Rappelons que les taux d’usure sont calculés par la Banque de France elle-même tous les trois mois. Parmi les critères retenus, il y a notamment les taux effectifs moyens pratiqués par les établissements de crédit, augmentés d’un tiers.

Jusqu’ici, Bercy n’a pas encore modifié la méthode de calcul du taux d’usure. Et pourtant, les experts s’accordent à dire qu’elle reste inadaptée à la situation actuelle. Le taux d’usure insuffisant constitue toujours un élément de blocage pour les emprunteurs.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !