Economie et Finance

Assurance-vie : comment contourner la baisse des taux ?

Assurance-vie comment contourner la baisse des taux

Sans surprise, les taux de rendement de l’assurance-vie continuent de baisser en ce début d’année 2021. Alors, comment faire pour limiter cette baisse des taux et redynamiser son contrat d’assurance-vie ? Et bien, c’est justement ce que nous vous proposons de découvrir à travers cet article.

Les emprunteurs français ont de quoi se réjouir de la politique de taux bas menée par la Banque Centrale Européenne ces dernières années. Et oui, de nos jours, on peut emprunter de l’argent presque gratuitement grâce notamment aux taux d’intérêt appliqués qui sont à un niveau extrêmement faible. Cela dit, si la baisse des taux de crédit fait le bonheur des uns, elle contribue également au malheur des autres…

En effet, les établissements prêteurs, comme les compagnies d’assurance par exemple, n’ont plus rien à gagner avec cette baisse des taux. Sous pression, le marché de l’assurance-vie, lui, ne rapporte pratiquement plus que 1 % de taux de rémunération. Les épargnants qui ont placé leur argent dans des contrats d’assurance-vie ont-ils raison de s’inquiéter ? Se dirige-t-on vers la “fin de l’assurance-vie” ? Ou est-ce qu’il existe encore un moyen pour faire face à la baisse du rendement de l’assurance-vie ? …

 

Evolution du taux de rendement de l’assurance-vie

Petit rappel sur le fonctionnement de l’assurance-vieLorsqu’on parle d’assurance-vie, on ne peux pas s’empêcher de penser aux fonds en euros qui, rappellons-le, représentent plus de 80% des contrats signés. Si les fonds en euros sont autant sollicités par les épargnants c’est surtout parce que c’est le seul support où le capital est garanti à 100%.

Mais ces dernières années, nous avons pu constater que les fonds en euros sont devenus de moins en moins rémunérateurs qu’avant. Le rendement des fonds en euros est passé de 5,30% en 2000 à 3,40% en 2010 pour finir à 1,10% en 2020.

Et selon de nombreux experts, cette tendance baissière pourrait encore se confirmer dans les années à venir. A ce rythme là, le rendement des fonds en euros risque de ne même plus couvrir le taux d’inflation…

Mais pourquoi le rendement des fonds en euros baisse ?

En réalité, c’est la baisse du taux d’intérêt des crédits qui est à l’origine principale de la dégringolade du rendement des fonds en euros. Mais comment est-ce possible, me direz-vous ? Et bien, sachez que les assureurs utilisent l’argent collecté auprès des épargnants pour les emprunter à l’Etat et aux entreprises.

Maintenant que les taux de crédit sont à leur niveau le plus faible, les assureurs ne gagnent plus grand chose. Ils sont donc contraints de faire baisser leur taux de rendement pour pouvoir rester solvable. Si les assureurs résistent encore jusqu’ici, c’est grâce aux “réserves” qu’ils se sont constitués au cours des années précédentes lorsque les taux étaient encore meilleurs.

Mais jusqu’à quand pourront-ils continuer comme ça ? Que feront ces assureurs lorsque leurs stocks ne seront plus suffisants ? C’est la question que tous les épargnants en assurance-vie se posent depuis plusieurs mois maintenant…

Assurance-vie : comment faire face à la baisse des taux ?

Petit rappel sur le fonctionnement de l’assurance-vieVous vous demandez sûrement si les contrats d’assurance-vie investis dans les fonds en euros valent encore quelque chose aujourd’hui ? Et bien, si vous recherchez tout simplement la protection de votre capital, alors la réponse est oui ! Par contre, si vous recherchez du rendement, vous devrez probablement revoir votre stratégie d’investissement.

De nos jours, pour pouvoir améliorer la rentabilité de son assurance-vie, il faut miser sur la diversification, et ça, les assureurs l’ont parfaitement compris ! En effet, la plupart des grandes compagnies d’assurance imposent désormais à leurs épargnants d’investir dans d’autres supports plus risqués mais plus rémunérateurs.

En général, votre assureur vous proposera d’abord d’investir dans des Unités de Compte (UC). Mais vous pouvez aussi opter pour des options “non boursières” si vous le souhaitez. En effet, vous avez par exemple la possibilité d’investir dans l’immobilier indirect à travers les SCPI, les OPCI ou encore les SCI.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !