Economie et Finance

Assurance vie : Comment fonctionne « l’effet cliquet » ?

Assurance vie Comment fonctionne « l’effet cliquet » 

« L’effet cliquet » est l’un des termes les plus courants utilisés dans le domaine de l’assurance-vie. Et pourtant, certaines personnes ignorent encore la signification de cette expression un peu barbare. Mais il n’est pas trop tard pour apprendre de nouvelles choses. Justement, voici tout ce qu’il faut savoir sur le fonctionnement de l’effet cliquet en assurance-vie.

 « L’effet cliquet » : de quoi s’agit-il exactement ?

 « L’effet cliquet »  de quoi s’agit-il exactement 

Au sens propre du terme, « l’effet cliquet » désigne les intérêts dégagés par un placement en assurance-vie. Il s’agit plus concrètement des intérêts acquis définitivement par tout assuré au cours de la vie du contrat. Bien évidemment, seuls les contrats d’assurance-vie monosupports en euros sont concernés par « l’effet cliquet ».

Souscrire un contrat d’assurance-vie monosupport en euros constitue donc une solution solide pour garantir les intérêts générés par son placement.

En plus de cela, l’effet de cliquet contribue à une augmentation constante du taux d’épargne sur le long terme, et le risque de perte en capital est quasi inexistant.

Malheureusement, l’effet de cliquet ne s’applique pas aux contrats d’assurance-vie multisupports. Pour rappel, les unités de compte (UC) comme les actions et les obligations ne sont pas des supports garantis. En revanche, elles affichent des taux de rendement élevés par rapport à ceux de l’assurance-vie en euros.

En clair, l’effet de cliquet de l’assurance-vie monosupprot en euros garantit le capital investi ainsi que les intérêts cumulés (plus-values). Et comme il a été déjà mentionné, cela permet également de valoriser son épargne chaque année. En ce qui concerne la rentabilité d’un contrat d’assurance-vie investi sur le fonds en euros, elle est faible comparée à celle des contrats multisupports.

 

Petit rappel sur les différents types de contrats d’assurance-vie

Il est important de souligner que l’assurance-vie existe sous différentes formes. Il y a ce que l’on appelle « l’assurance en cas de vie », « l’assurance-vie dite en cas de décès » et l’assurance-vie mixte. En général, elles fonctionnent toutes plus ou moins de la même façon. Mais il y a quelques différences notables.

L’assurance-vie dite en cas de vie s’adresse particulièrement aux épargnants désireux de se constituer un capital tout en optimisant la fiscalité de leur placement sur le long terme. En revanche, chaque assuré doit rester en vie pour pouvoir récupérer les fonds cumulés à l’issue du contrat.

L’assurance en cas de décès ou l’assurance décès, quant à elle, permet à toute personne (physique) de transmettre un patrimoine ou un capital à ses proches (des héritiers plus précisément). Bien entendu, le transfert des capitaux constitués n’est possible qu’après le décès de l’assuré. Il faudra juste préciser dans la clause bénéficiaire le ou les individus qui disposeront des sommes investies suite au décès du souscripteur.

Notre sélection de 3 contrats d’assurance vie

Pour choisir le meilleur contrat d’assurance vie, l’épargnant doit être très sélectif dans sa recherche en se basant sur les différentes caractéristiques du contrat d’assurance vie. Pour vous aider dans votre choix, nous avons sélectionné pour vous les 3 meilleurs contrats disponibles sur le marché.

Contrats d’assurance-vie monosupport ou multisupport : lequel choisir ?

Contrats d’assurance-vie monosupport ou multisupport  lequel choisir 

Il peut être avantageux pour certaines personnes de souscrire une assurance-vie investie à 100 % sur les fonds en euros. Tel qu’il a été mentionné précédemment, « l’effet cliquet » va garantir le capital (+ les plus-values) placé sur son contrat d’assurance-vie. Et celui-ci va fructifier au fil des années pour permettre à l’épargnant de récupérer une belle somme d’argent à la fin du contrat.

L’assurance-vie monosupport comporte toutefois quelques failles. Il y a, par exemple, le fait que l’assuré ne pourra investir que sur un seul support d’épargne (le fonds en euros ou les unités de compte). Et il est parfois difficile de faire le bon choix entre ces deux supports d’investissement. 

En souscrivant un contrat d’assurance-vie investi à 100 % sur les fonds euros, le taux de rendement dégagé par le placement sera limité. Les unités de compte (UC), de leur côté, sont capables de délivrer des performances plus intéressantes, certes, mais le risque de perte en capital est aussi élevé.

Les contrats d’assurance-vie multisupports sont appréciés par les épargnants pour la diversité des supports d’investissement qu’ils offrent. Ils permettent effectivement d’accéder à des marchés très variés (immobilier, bourse, etc.). Il va sans dire que le fonds en euros peut être intégré dans un contrat d’assurance-vie multisupport. Cela permet de sécuriser le capital qui y est placé sur le long terme.

En clair, la souscription d’un contrat d’assurance-vie multisupport constitue une option envisageable pour les personnes souhaitant combiner sécurité d’épargne et rendement assurance vie intéressant. Il faudra bien entendu répartir la part d’investissement sur les fonds en euros et celle des unités de compte. Il est conseillé de recourir aux services d’un spécialiste de l’assurance-vie pour garantir la gestion de son contrat d’assurance-vie.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !