Economie et Finance

Assurance vie : un outil idéal pour vos placements en temps de crise

Assurance vie un outil idéal pour vos placements en temps de crise

Le COVID-19 est sans doute l’une des pires pandémies de l’histoire de l’humanité. Effectivement, l’économie mondiale a beaucoup souffert de cette crise sanitaire, sans parler des effets néfastes (psychologiques notamment) du confinement. Fort heureusement, la conjoncture actuelle n’a pas eu d’impact majeur sur les placements des Français. C’est surtout le cas de l’assurance-vie, un produit phare de l’épargne française.

Pourquoi dit-on que l’assurance-vie est le produit d’épargne idéal en période de crise ?

Les nouveaux taux d’épargne appliqués en février 2020 (Livret A, LDDS, LEP, CEL, PEL,...)

L’encours des contrats d’assurance-vie est d’environ 1 800 milliards d’euros. En ce qui concerne le montant des fonds collectés par les assureurs en 2019, il a progressé à 26 milliards d’euros (contre 21,5 milliards d’euros en 2018), selon la Fédération française de l’Assurance.

Malgré une baisse continue des rendements des fonds euros, l’assurance-vie reste le produit d’épargne le plus plébiscité par les Français.

 

Il convient de souligner que le capital qui y est investi est garanti, sauf pour les unités de compte (UC). La souscription d’un contrat d’assurance-vie constitue la solution d’épargne idéale à long terme, et cela permet de se constituer un complément de revenu pour sa retraite. Il y a aussi la transmission d’un patrimoine ou d’un capital à ses proches (ou à ses petits-enfants).

Bref, les avantages offerts par un placement en assurance-vie sont multiples (Exemple : fiscalité assurance vie), Concrètement, il donne la possibilité d’allier sécurité et rendement.

À titre de rappel, l’assurance-vie ouvre une porte vers les marchés boursiers les plus prometteurs. Cela permet aux épargnants d’élargir leurs opportunités d’investissement en bourse. Il y a, par exemple, le CAC 40, l’un des principaux indices boursiers français.

Malheureusement, celui-ci a enregistré une baisse fulgurante d’environ 1 000 points depuis le début de la crise sanitaire en France. Bon à savoir : le 10 juin dernier, l’indice CAC 40 a franchi le seuil des 5 000 points.

Notre sélection de 3 contrats d’assurance-vie

Pour choisir le meilleur contrat d’assurance vie, l’épargnant doit être très sélectif dans sa recherche en se basant sur les différentes caractéristiques du contrat d’assurance vie. Pour vous aider dans votre choix, nous avons sélectionné pour vous les 3 meilleurs contrats disponibles sur le marché.

Le fonds en euros : ce qu’il faut savoir sur ce support d’épargne sécurisé de l’assurance-vie

La possibilité d’opter pour une sortie en rente viagère

Afin de sécuriser leur argent sur le long terme, de nombreux épargnants français ont misé sur les fonds en euros. La raison est que les capitaux placés sur ces derniers via un contrat d’assurance-vie sont garantis.

Quoi qu’il en soit, ces supports d’épargne sont moins rémunérateurs par rapport aux unités de compte (UC). En moyenne, la rémunération des fonds en euros s’établissait à 1,4 % pour l’année 2019.

La rémunération des fonds en euros de l’assurance-vie diminue chaque année, c’est un fait pertinent. Mais ces supports d’investissement constituent toujours des placements refuges en période de crise (économique, boursière, etc.). Malgré la conjoncture actuelle, chacun peut continuer à alimenter son contrat d’assurance-vie au lieu d’ouvrir un nouveau contrat.

Il est à noter que l’assurance-vie est l’un des meilleurs placement du moment (un produit d’épargne à long terme ). Il est donc conseillé de ne pas toucher aux fonds qui y sont placés pendant au moins 8 ans. Ainsi, la fiscalité du placement sera optimisée (en cas de rachat partiel ou total). Mais cela dépend aussi de l’âge de l’assuré au moment du dénouement du contrat.

La bonne nouvelle, c’est que la durée d’un placement en assurance-vie est plus flexible. En clair, l’épargnant est libre de fixer la date à laquelle il peut disposer des fonds investis.

Mais il y a un détail important à noter : le versement du capital cumulé est impossible après le décès de l’assuré. Il sera dans ce cas transmis aux bénéficiaires désignés par le défunt. Bien évidemment, il est envisageable d’effectuer un rachat partiel ou total sur son contrat d’assurance-vie. Mais cela va entraîner la fermeture du contrat. 

Qu’en est-il de la rentabilité de l’assurance-vie en 2019 ?

Petit rappel sur le fonctionnement de l’assurance-vie

Il est vrai que l’assurance-vie n’est pas le produit d’épargne le plus rémunérateur en France. Mais elle est toujours appréciée par les épargnants pour la sécurité financière (la garantie en capital sur les fonds en euros) qu’elle offre. Comme il a été déjà mentionné, les fonds en euros des contrats d’assurance-vie ont dégagé une rémunération de 1,4 % en 2019.

Les contrats en unités de compte (UC) sont, quant à eux, plus performants. Ils ont en effet délivré un taux de rendement annuel compris entre 5 et 6 % l’année dernière.

Bien entendu, il existe des contrats d’assurance-vie (investis sur les fonds en euros) affichant un taux de rendement supérieur à 2 %. Il s’agit plus précisément des contrats d’assurance-vie multi-supports permettant d’accéder à différents types de supports d’investissement (FCP, SICAV, SCPI, etc.).

 

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !