Economie et Finance

Estimer ses biens en vue d’une meilleure indemnisation via l’assurance habitation est possible en suivant ces étapes

Estimer ses biens en vue d'une meilleure indemnisation via l'assurance habitation est possible en suivant ces étapes

L’assurance habitation reste un atout majeur en cas de sinistre (incendie, dégât des eaux, cambriolage, etc.). L’indemnisation dépend, bien entendu, de l’évaluation de son patrimoine mobilier. Elle doit être correcte et précise pour éviter les mauvaises surprises. Nos conseils !

Ne pas surévaluer ni sous-évaluer ses biens mobiliers

La souscription d’une assurance habitation est loin d’être une mauvaise idée. En cas de sinistre, l’assureur indemnise l’assuré pour réparer les dégâts ou racheter certains équipements endommagés. L’estimation de son patrimoine mobilier doit être correcte.

En cas de surévaluation constatée par la compagnie d’assurance, elle n’hésitera pas à dénoncer le contrat. Le propriétaire ne sera plus indemnisé. L’indemnisation sera plus faible, voire insuffisante en cas de sous-évaluation de ses biens.

Etablir l’inventaire de son patrimoine mobilier

Sans l’intervention d’un expert qualifié, l’estimation de la valeur totale de ses biens mobiliers peut vite devenir contraignante. Parfois, l’évaluation forfaitaire effectuée par l’assureur n’est pas suffisante. L’idéal serait de recenser ses biens mobiliers. Il faudra ainsi établir l’inventaire de son patrimoine mobilier (meubles, appareils électroménagers, équipements informatiques, livres, CD, objets déco, etc.). Il ne reste plus qu’à affecter à chaque élément sa valeur d’usage respective. La tâche sera moins contraignante en prenant des photos de ses meubles et effets personnels.

Prendre en compte la valeur d’usage des biens

Comme mentionné plus haut, il faut prendre en compte la valeur d’usage des meubles et objets composant son patrimoine mobilier. En vertu de l’article L. 121-1 du Code des assurances, l’indemnité due par l’assureur à l’assuré ne peut pas excéder le montant de la valeur de la chose assurée au moment du sinistre.

Il ne faut pas confondre la valeur au moment du sinistre et le prix du bien à l’achat. En choisissant l’option « Rééquipement à neuf », l’assureur est contraint de rembourser la valeur actuelle du patrimoine mobilier en cas de sinistre. Autrement, c’est la valeur d’usage qui sera retenue lors de l’indemnisation. Elle est déterminée selon le montant que coûterait le bien neuf à la date du sinistre, et du coefficient de vétusté.

Signaler les bijoux et autres objets de valeur

Notons que les bijoux et les objets de valeur ne sont pas comparables aux autres équipements standards d’une maison. En effet, ils conservent toujours leurs valeurs au fil des années. C’est notamment le cas des :

  • Bijoux
  • Pierres précieuses (rubis, diamants, etc.)
  • Lingots d’or
  • Perles
  • Argenterie fine
  • Montres de luxe
  • Fourrures d’animaux
  • Œuvres d’art
  • Collections de timbres.

Pour bénéficier d’une indemnisation juste lors d’un sinistre, mieux vaut signaler ces objets de valeur à son assureur.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !