Economie et Finance

Investir en forêt : un outil de diversification et de défiscalisation

Investir en forêt un nouvel outil de diversification et défiscalisation

Vous voulez diversifier votre patrimoine ? Vous recherchez un placement qui soit à la fois durable et rentable ? Et bien, pourquoi ne pas investir dans une forêt ? Dans cet article, nous vous proposons justement un tour d’horizon pour tout savoir sur l’investissement forestier et ses nombreux avantages

Ces dernières années, nous avons pu constater que les Français étaient de plus en plus nombreux à vouloir investir dans les forêts. Et ils ont bien raison de le faire car le secteur forestier bénéficie d’un marché en pleine croissance à fort potentiel d’investissement ! Vous l’ignoriez sans doute mais la France est le quatrième plus grand pays européen en terme de surface forestière.

On estime qu’il existe aujourd’hui près de 17 millions d’hectares de forêt en France, ce qui représente plus de 30 % du territoire français. Et au vue de la situation environnementale actuelle, ces 17 millions d’hectares font justement l’objet d’une politique de valorisation colossale.

D’ailleurs, le prix moyen de l’hectare de forêt, qui a pratiquement doublé en 20 ans, en témoigne ! Il n’est donc pas étonnant si le marché forestier est devenu le nouvel eldorado des investisseurs…

Comment investir dans une forêt ?

Sachez que l’investissement forestier peut se faire de deux manières différentes. Vous pouvez soit investir dans une forêt en direct soit investir à travers des groupements forestiers.

Investir dans une forêt en direct

Cette première option consiste notamment à acheter un domaine forestier privé à un propriétaire particuliers. Pourquoi un domaine forestier privé et non pas public me direz-vous ? Et bien, pour la simple et bonne raison que les forêts publiques sont gérées par l’Etat et qu’elles ne sont pas mises en vente.

Le seul petit inconvénient de l’investissement forestier en direct c’est qu’il n’y a pas énormément d’offres sur le marché. Qui plus est, l’achat de forêt en direct n’est pas toujours à la portée de tous les portefeuilles. Il faut savoir que les transactions se comptent généralement à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Investir dans une forêt via des groupements forestiers

Les groupements forestiers fonctionnent à peu près de la même manière que les SCPI dans l’immobilier. Ce sont des sociétés de gestion détentrices d’un ou plusieurs massifs forestiers qui permettent aux investisseurs particuliers d’acquérir des parts de forêt. En fonction de vos objectifs, vous pouvez investir soit dans un groupement foncier forestier (GFF) soit dans un groupement forestier d’investissement (GFI).

Les GFF sont plus restreints dans la mesure où le capital est fermé à partir d’un certain nombre de souscription. Les GFI, quant à eux, ont le mérite d’être plus accessibles puisqu’ils fonctionnent sur le principe d’appel à l’épargne. Dans les deux cas, les groupements forestiers vous permettent d’investir dans une forêt à moindre coût étant donné que vous pouvez y investir à plusieurs.

 

Quels sont les avantages ?

Il est vrai que les forêts génèrent des revenus, notamment grâce aux baux de chasse et aux coupes de bois. Mais vous devez savoir que dans un investissement forestier ce n’est pas forcément le rendement qui compte le plus. Les forêts de surface moyenne ne génèrent que 2 % de rendement par an seulement. Ce qui intéresse les investisseurs c’est plutôt le potentiel de revalorisation que représentent les forêts françaises.

D’après la société forestière de la caisse des dépôts et consignations, la valeur d’un hectare de forêt augmente de plus de 3,5 % chaque année. Et vous savez ce qu’il y a de plus intéressant encore ? C’est que le prix maximal proposé sur le marché peut parfois être 20 fois plus élevé que le prix minimal !

Alors si vous comptez investir dans une forêt très prochainement sachez qu’il n’est pas encore trop tard. Selon de nombreux experts, les prix pourraient même augmenter davantage dans les années à venir.

Sachez par exemple que pour les Jeux Olympiques à Paris prévus en 2024, plus de la moitié des villages olympiques sera construit essentiellement en bois. On peut donc d’ores et déjà s’attendre à ce que les forêts françaises soient extrêmement sollicités d’ici quelques années. Et comme vous le savez sûrement déjà, lorsque la demande est supérieure à l’offre, les prix augmentent forcément…

Quelle est la fiscalité ?

Mais bien au delà du potentiel de revalorisation, l’investissement forestier est surtout apprécié pour ses nombreux avantages fiscaux. Vous l’ignoriez peut-être mais l’achat de forêt en direct ou via des groupements forestiers vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôts jusqu’à – 18 %.

En souscrivant à une assurance “risques de tempête” vous pouvez également déduire jusqu’à 76 % de vos cotisations sur votre impôt sur le revenu. Mais le dispositif de défiscalisation proposé dans le cadre de l’investissement forestier ne s’arrête pas là ! Sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier d’un abattement fiscal à hauteur de 75 % de la valeur de la forêt au moment du calcul votre ISF.

A noter que cette exonération d’impôt de 75 % est aussi valable lors du calcul des droits de succession et de donation.

Achat de forêt : bon plan ou mauvais plan ?

Achat de forêt bon plan ou mauvais plan

Si vous recherchiez un placement refuge en période de crise à haut rendement avec des revenus immédiats, et bien, il est clair que l’investissement forestier ne vous intéressera pas. Ce type de placement rime plutôt avec “sécurité” et “stabilité”.

Vous devez garder en tête qu’investir dans une forêt c’est investir sur du très long terme pour espérer réaliser une plus-value lors de la revalorisation. Il faut donc voir ce type d’investissement plus comme un outil de diversification de patrimoine qu’autre chose.

En général, ce sont surtout les personnes fortement imposées et qui souhaitent bénéficier d’une meilleure défiscalisation qui ont intérêt à opter pour l’investissement en forêt….

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !