Economie et Finance

Le PER est-il le meilleur plan pour préparer sa retraite ?

plan d’épargne retraite

Il est vrai que l’assurance-vie est le produit d’épargne préféré des Français en matière de planification de retraite. Mais cela n’empêche pas certains individus d’opter pour le nouveau plan d’épargne retraite (PER). De plus, cette solution s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises (personnes morales). Il est important de comprendre le fonctionnement du PER avant de se jeter à l’eau.

Comprendre le fonctionnement du PER ou PERIN

Le nouveau plan d’épargne retraire PER a fait son apparition en octobre 2019. Il rassemble différents types de produits. Le PER individuel (ou PERIN) s’adresse particulièrement aux particuliers. Le PER entreprise a été spécialement conçu pour les personnes morales. Il s’agit plus précisément du PER collectif (PERCOL) et du PER obligatoire (PERO). Le PER a été créé pour remplacer l’ensemble des anciens contrats Madelin et PERP. Le principe de fonctionnement du nouveau plan d’épargne retraite est facile à comprendre. L’épargnant verse une somme d’argent sur son PER tout au long de sa vie active. Une fois l’âge de départ à la retraite atteint (62 ou 67 ans), il pourra récupérer le capital constitué. L’argent placé sur un PER peut également prendre la forme d’une rente viagère après l’âge de départ à la retraite.

Les sommes placées sur un PERIN sont bloquées durant la vie active de l’épargnant

Bien entendu, il est impossible de récupérer les sommes placées dans un PER avant la retraite du souscripteur. Mais il existe des conditions de sortie possibles en cas d’accident. Il peut s’agir du décès du conjoint, de l’invalidité du titulaire du PER, de l’expiration des droits au chômage, d’une situation de surendettement ou d'une cession d’activité faisant suite à un jugement de liquidation judiciaire. D’autre part, le PERIN est transférable d’un gestionnaire à un autre. Ce type de placement peut prendre la forme d’un contrat d’assurance-vie ou d’un compte-titres combiné avec un compte à vue (un compte bancaire ordinaire). La différence la plus notable se trouve au niveau de la composition de l’enveloppe. Plus concrètement, le PER assurance est constitué de fonds en euros ainsi que d’autres supports d’investissement complémentaires. Malheureusement, ce n’est pas le cas du PER compte-titres.

Qu’en est-il du plan d’épargne d’entreprise (PERCOL/PERO) ?

Tout comme les particuliers, les personnes morales peuvent également ouvrir un PER entreprise. À noter qu’il existe deux types de Plans d’Épargne d’Entreprise : le PER collectif et le PER obligatoire. Le PERCOL remplace le plan d’épargne retraite collectif (Perco). Il s’agit d’un produit d’épargne retraite accessible à tous les employés d’une société. Même un chef d’entreprise peut ouvrir un PERCOL. Dans tous les cas, le titulaire du contrat peut l’alimenter de plusieurs manières.

Il est tout à fait envisageable de verser ses primes d’épargne sur un PERCOL (jours de repos non pris, intéressement, participation, etc.). Grâce à cela, il est possible de bénéficier d’une exonération d’impôt sur le revenu. Également, les plus-values ne seront pas taxées. Les versements volontaires provenant de son épargne personnelle peuvent être effectués sur un PERCOL. De cette manière, ils peuvent être déductibles de l’impôt sur le revenu (IR).

Les sommes placées sur un PERCO sont récupérables au moment du départ à la retraite. Bien entendu, l’épargnant devra choisir entre deux options de sortie : en capital ou en rente viagère. En ce qui concerne le Plan d’épargne d’entreprise obligatoire ou le PERO, il remplace les contrats « article 82 », c’est-à-dire les contrats collectifs de retraite à cotisations définies. L’alimentation de ce type de placement est assurée par l’employeur (le chef d’entreprise en général), et les versements sont obligatoires (et non volontaires). Mais dans certains cas particuliers, le salarié peut effectuer des versements réguliers ou volontaires sur son plan d’épargne retraite. À noter que le PER d’entreprise obligatoire peut aussi être alimenté par la participation et l’intéressement.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !