L’évolution de la croissance économique en France

4 minutes de lecture

Les chiffres se rapportant à la situation économique en France, ne sont pas très optimistes cette année. D’après l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la croissance économique de la France va certainement ralentir en 2018. Une situation qui semble inquiéter les analystes, surtout après la réjouissance de l’année dernière sur ce sujet. En effet, 2017 était une année très dynamique pour le pays, car le PIB a connu une hausse de 2 %. C’était la meilleure croissance jamais enregistrée depuis 2011.

Une croissance économique dynamique en 2017

En se basant sur la situation économique de la France depuis 2011,  il y a bien lieu de se réjouir en  2017, avec le taux de croissance de 2 %, enregistré. C’était à la fin de quatrième trimestre que les résultats étaient les plus encourageants. En effet, pendant cette période, les activités économiques étaient très dynamiques, ce qui a entraîné une hausse de 0,6 %.

Si l’économie de 2017 se portait bien, c’est parce que le niveau d’investissement des entreprises s’était bien accéléré. À la différence de l’année 2016, il avait augmenté de 4,3 %. Cette hausse était à l’origine de la création d’emploi et des diverses activités économiques dans le pays. Les opérateurs économiques ne sont pas les seuls à avoir participé à cette relance, il y a aussi les ménages qui y ont aussi contribué avec leur investissement qui avait augmenté de 5,1 % par rapport à l’année 2016.

Il faut dire que 2017 était l’année la plus florissante du point de vue économique. Si l’on se base sur l’évolution de la croissance économique, l’année la plus morose était 2012, dont le PIB n’avait augmenté que de 0,2 %. Grâce à cette forte hausse de 2017, les prévisions de 2018 étaient également très positives. Mais, à cause de la conjoncture qui s’annonce peu prometteuse, la croissance semble s’essouffler.

Une prévision revue en baisse en 2018

Même si le pays a connu une forte croissance économique en 2017, cela ne semble pas s’éterniser. Un ralentissement se profile à l’horizon notamment du à l’outsourcing à l’étranger  qui est en constante augmentation, bien que certaines sociétés tentent de proposer un service d’outsourcing français. Si les prévisions ont annoncé une éventuelle augmentation du PIB de l’ordre de 2 %, les analystes devront revoir leurs chiffres. Le premier trimestre n’a enregistré que 0,2 % de croissance, soit 0,1 de moins que ce qui a été prévu. Sans parler des activités économiques qui n’ont pas du tout accéléré ces deux derniers mois.

Cette baisse a certainement un lien avec l’investissement et la consommation des ménages. En effet, le pouvoir d’achat des foyers français reste ponctué par les mesures fiscales plus ou moins lourdes en début d’année. Sur ce point, il faut rester optimiste, car une éventuelle hausse de salaire moyen pourra très bien améliorer le budget des ménages. Mais, ce ralentissement n’est pas seulement perceptible en France. Certains pays européens connaissent la même crise à cause de l’appréciation de l’Euro par rapport au dollar mais aussi à cause des  mesures protectionnismes ainsi que la hausse du prix du pétrole.

Une situation encore incertaine pour l’année à venir

Les perspectives économiques de 2019 ne semblent pas s’améliorer, du moins si l’on se base sur l’analyse de certains économistes. L’institut économique Rexecode prévoit par exemple un ralentissement de 1,3 % l’année prochaine. D’après leur analyse, ce marasme économique s’explique par la baisse de compétitivité des entreprises françaises. Une situation qui devront selon eux, inquiéter le gouvernement français.

Toutefois,  les économistes et les experts ne sont pas unanimes là-dessus. D’après la Banque de France et les organisations internationales, la situation pourrait plutôt stagner l’année prochaine. D’après leurs analyses, la croissance probable du PIB pourra se situer entre 1, 6 à 1,8 % en 2019. Cela pourrait certainement trouver sa source par les effets de l’allègement fiscal (la baisse de la taxe sur l’habitation et la suppression de certaines charges salariales), lorsque celui-ci deviendra effectif.

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *