Economie et Finance

PER : ses avantages fiscaux vous concernent !

PER ses avantages fiscaux vous concernent !

Afin de limiter les effets de la chute du pouvoir d’achat au moment d’arrêter son activité professionnelle, il est vivement conseillé de bien se préparer. Plusieurs solutions s’offrent ainsi aux épargnants dans ce sens. Le PER ou Plan d’Épargne Retraite fait partie des produits les plus prisés à cet effet. Bien qu’en termes de rendements les performances soient plutôt faibles, c’est au niveau des avantages fiscaux que les bénéficiaires peuvent se rattraper.

 

En quoi consiste le PER ?

Il faut savoir qu’un Plan d’Épargne Retraite prend la forme d’une enveloppe à alimenter progressivement jusqu’à l’âge de la retraite. Il s’agit d’un produit d’investissement qui sera plutôt avantageux sur le long terme. Autant donc y accéder dès ses premières années en tant que salarié.

L’ouverture d’un compte dédié se fait auprès d’organismes d’assurances ou bancaires.
L’accès aux fonds ne sera possible qu’une fois l’âge légal de la retraite atteint, sauf pour certains cas exceptionnels (accidents de la vie, achat immobilier, etc.). Selon les enseignes et les supports, les rendements peuvent varier, tournant toujours autour des 0,5 à plus de 2,5 %.

Conditions pour accéder aux allègements fiscaux

Un PER se compose habituellement de trois compartiments, individuel, collectif et obligatoire. Les deux premières cités permettent aux salariés de faire des versements volontaires à la fréquence et aux sommes souhaitées.

Ainsi, ceux qui décident d’alimenter leur compte de leur propre initiative pourront déduire leur participation sur les revenus imposables. Cela est uniquement pertinent si la TMI de l’individu concerné est plus élevée durant sa période de plein emploi qu’au moment de partir à la retraite.

Par ailleurs, les contribuables qui sont exemptés d’impôts sur le revenu n’auront donc pas la possibilité de profiter de cet avantage. Cependant, c’est au moment de recevoir le capital accumulé ou la rente que les redevances sont considérablement réduites.

Attention aux impôts à la sortie

Il est, en effet, conseillé de bien se renseigner sur les impôts à prévoir au moment du rachat de son PER. Pour ceux qui ont opté pour une déduction des versements à l’entrée, le retrait en capital fera l’objet d’une imposition à l’IR. La plus-value générée par les intérêts est assujettie à un prélèvement forfaitaire unique de 30 %.

En cas de sortie en rente viagère, il faudra aussi s’acquitter de l’IR. Cependant, le régime spécial des rentes viagères à titre gratuit s’applique. Ainsi, il sera possible de bénéficier d’un abattement direct de 10 % offert par l’administration fiscale.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !