Economie et Finance

Plan d’épargne retraite : quels sont les risques ? Y’en a-t-il vraiment ?

Plan d'épargne retraite quels sont les risques Y'en a-t-il vraiment

Le Plan d’Epargne Retraite continue à gagner du terrain. Fin septembre 2021, le PER était détenu par 2 millions d’assurés avec des encours supérieurs à 24 Mds€ dont 46 % investis en unités de compte (UC). Le PER est devenu en l’espace de quelques années l’un des principaux concurrents de l’assurance-vie. Il comporte bien entendu quelques risques. Lesquels ?

Petit rappel sur le fonctionnement du PER

Le principe de fonctionnement du PER est presque similaire à celui de l’assurance-vie, le placement phare des français.

Il permet d’investir dans différents supports d’investissement comme notamment le fonds en euros ou encore les unités de compte (UC). D’autres fonds peuvent être placés sur un PER :

  • Actions
  • ETF ou tracker (Exchange Traded Funds)
  • OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières)
  • SCPI (société civile de placement immobilier)
  • SCI (société civile immobilière)
  • OPCI (organisme de placement collectif immobilier)
  • FCPE (fonds communs de placement d’entreprise)
  • FCP (fonds communs de placement)

Il existe trois variantes du PER :

  • PER Individuel
  • PER collectif
  • PER obligatoire

Dans tous les cas, il est important de continuer d’alimenter son PER. Et cela peut se faire par différentes manières : intéressement, participation, abondement ou des versements obligatoires du salarié.

 

Bon à savoir : la transférabilité du PER constitue l’un des points forts du PER. Vous pouvez, par exemple, transférer votre épargne depuis un PER individuel vers un PER entreprises et vice-versa. Egalement, les sommes placées sur les anciens produits d’épargne sont transférables vers un PER.

Zoom sur les risques liés au PER

Petit rappel sur le fonctionnement du PER

Malgré les nombreux avantages du PER, les épargnants sont exposés à quelques risques. En choisissant d’investir dans des actions ou obligations, l’épargnant s’expose à un risque de perte en capital. En d’autres mots, il peut perdre tout son argent à tout moment. L’idéal serait de sécuriser son épargne en optant pour des fonds euros garantis. Ils offrent néanmoins de faibles performances par rapport aux UC.

D’autres inconvénients sont à prendre en considération avant d’ouvrir un PER. Il y a notamment l’indisponibilité de son épargne. En effet, les sommes cumulées sont bloquées pendant plusieurs années. Il est impossible de les récupérer avant l’âge de départ à la retraite. Une fois ce moment venu, deux options de sortie sont possibles :

  • En rente viagère
  • En capital (fractionné ou non)

D’ailleurs, des organismes d’assureurs proposant des PER offrent la possibilité de combiner ces deux modes de sortie. En cas de décès du titulaire du contrat, sa clôture devient inévitable.

D’autres points importants à retenir sur le PER

Dans certaines circonstances, le déblocage anticipé de son PER peut être activité. Plus concrètement, cela est possible en cas d’invalidité du titulaire ou de ses enfants de son conjoint ou de son partenaire de PACS. Idem en cas de décès de l’époux ou de l’épouse ou du partenaire de PACS ou d’expiration des droits aux allocations chômage.

Deux modes de gestion sont proposées par les assureurs de PER :

  • La gestion pilotée (par défaut)
  • La gestion libre (optionnelle)

Pour souscrire à un PER en 2022, il suffit de se rapprocher d’un organisme assureur, d’une mutuelle, d’une banque, d’un conseiller patrimonial indépendant ou d’un gestionnaire d’actifs. Le PER peut ainsi prendre deux formes bien distinctes :

  • PER assurance
  • PER bancaire

N’oubliez pas de consulter un comparatif des meilleurs PER du moment avant toute souscription ou de vous rapprocher directement d’un cabinet de gestion de patrimoine spécialisé tel que Fortuny.

 

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !