Economie et Finance

Profitez d’une baisse d’impôt sur le revenu grâce aux gilets jaunes sous conditions

Profitez d'une baisse d'impôt sur le revenu grâce aux gilets jaunes sous conditions

La crise des gilets jaunes n’a pas fini de faire parler d’elle. Il s’agit d’un mouvement de protestation apparu en France en octobre 2018. C’est ainsi que les différentes réformes fiscales que nous connaissons déjà sont nées (heures supplémentaires défiscalisées, prime Macron, etc.). En 2022, une baisse d’impôt sur le revenu a été annoncée. Concrètement, qui peut en profiter ?

À qui s’adresse cette baisse d’impôt liée à la crise des gilets jaunes ?

Le spectre de la crise des gilets jaunes refait surface encore une fois. Et pourtant, le gouvernement a déjà pris plusieurs mesures. Il paraît que 50 milliards d’euros d’impôts ont été économisés en 5 ans, selon les chiffres dévoilés par Bercy. Sans parler de la suppression progressive de la taxe d’habitation. Cette fois-ci, les gilets jaunes visent une baisse de l’impôt sur le revenu.

Le mouvement des gilets jaunes a poussé le gouvernement à annoncer des mesures d’allégement de la fiscalité des ménages. Le barème de l’IR a ainsi fait l’objet d’une réforme. Elle prévoit notamment d’abaisser la première tranche marginale d’imposition (TMI) de 14 % à 11 %. En ce qui concerne le barème 2022 pour les revenus perçus en 2021, il passe à 10 225 € et 26 070 €.

La baisse d’impôt sur le revenu, liée à la crise des gilets jaunes, est destinée aux classes moyennes. Bien entendu, le revenu fiscal de référence du foyer doit se situer dans la première tranche de l’IR. En moyenne, cette baisse d’impôt a été estimée à 350 € par an. L’objectif étant de redonner du pouvoir d’achat aux ménages concernés.

La baisse d’impôt sera moindre pour les foyers situés dans les TMI supérieures. En raison, leur taux reste le même. Le gain moyen est estimé à 180 € pour la seconde tranche marginale d’imposition à 30 %.

Quid des foyers les plus modestes ?

La réforme, en répons au mouvement des gilets jaunes, vise particulièrement les classes moyennes. Mais qu’en est-il des foyers les plus modestes ?

En théorie, les classes moyennes en France paient chaque année l’impôt sur le revenu. Et pourtant, seulement 44 % des foyers fiscaux sont imposables. Les classes populaires ne sont pas concernées par les 5,4 milliards d’euros d’économies d’impôts annoncés par le gouvernement.

La majorité des français étant non-imposable. Par conséquent, ils ne peuvent pas profiter de cette baisse d’impôt. Des mesures en faveur des ménages les plus défavorisés ont déjà été prises par le gouvernement :

  • La revalorisation de la prime d’activité (jusqu’à 90 € supplémentaires)
  • La prime exceptionnelle défiscalisée (ou Prime Macron)
  • La défiscalisation des heures supplémentaires

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !