Economie et Finance

Quels sont les avantages fiscaux de l’assurance vie ?

assurance vie fiscalité

Il est important de bien comprendre la fiscalité de l’assurance-vie avant de placer son argent dans ce produit d’épargne. Mais une chose est certaine, ce dernier s’accompagne de nombreux avantages fiscaux. L’assurance-vie est d’ailleurs accessible à toutes les catégories d’investisseurs (jeunes, seniors, etc.). Concrètement, quels sont les avantages fiscaux de l’assurance-vie ?

Zoom sur les avantages fiscaux de l’assurance-vie

Le contrat bénéficie d’un abattement de 4 600 euros (pour une personne seule) ou 9 200 euros (pour un couple) après 8 ans de détention.

La fiscalité est l’une des raisons poussant les épargnants français à placer leur argent dans un contrat d’assurance-vie. Mais il y a toujours une durée de détention (au moins 8 ans en général) à respecter.

Cela permet plus concrètement d’optimiser la fiscalité qui s’applique à son placement. Bien entendu, la fiscalité d’un contrat d’assurance-vie dépend de deux éléments : La date du versement des primes et l’ancienneté du contrat.

Si l’ancienneté d’un contrat d’assurance-vie est donc égale ou supérieure à 8 ans, alors, il bénéficie d’un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire ou 9 200 euros pour un couple pacsé ou marié (soumis à l’imposition commune).

Bien entendu, un prélèvement libératoire de 7,5 % s’applique aux retraits effectués au-delà de 8 ans. En cas de retraits, seuls les intérêts seront imposés au bout de 8 ans de détention. 

Le capital retiré peut prendre la forme d’une avance (nette d’impôt). Le taux d’imposition des retraits réalisés sur un contrat d’assurance-vie s’élève à 24,7 % pour les versements avant le 27 septembre 2017. Bien sûr, l’épargnant devra choisir entre deux options au moment de l’achat :

  • Imposition selon la tranche marginale d’impôt (TMI)
  • Imposition au taux de prélèvement forfaitaire libératoire (PFL)

 

L’assuré n’aura aucun impôt à payer sur les intérêts dans certains cas particuliers

Il est indiscutable que personne n’est à l’abri des difficultés de la vie. Et le pire, c’est qu’elles peuvent ruiner financièrement toute une famille.

Fort heureusement, l’assurance-vie permet aux épargnants touchés par des événements graves de récupérer le capital tout en bénéficiant d’une exonération d’impôt sur les intérêts (les produits) réalisés.

Les cas particuliers pris en compte par les assureurs sont les suivants :

  • Licenciement
  • Cessation d’activité non salariée (suite à un jugement de liquidation judiciaire)
  • Mise à la retraite anticipée
  • Invalidité (de 2e ou 3e catégorie de la Sécurité Sociale)

Bien évidemment, cette exonération (partielle ou totale) d’impôt s’applique uniquement sur les intérêts générés lors d’un rachat. En revanche, ces produits sont toujours soumis aux prélèvements sociaux (sauf pour les personnes invalides incapables d’exercer une profession). Les intérêts seront donc nets d’impôt jusqu’à la fin de l’année civile suivant l’année de survenance de l’événement.

L’assuré n’aura aucun impôt à payer sur les intérêts dans certains cas particuliers

La possibilité d’opter pour une sortie en rente viagère

Il est tout à fait envisageable de récupérer la totalité des fonds cumulés sur un contrat d’assurance-vie à son échéance. Il s’agit là d’une sortie en capital.

Mais l’épargne constituée peut également prendre la forme d’une rente viagère. Celle-ci sera versée (trimestriellement ou annuellement) à l’assuré jusqu’à son décès.

En choisissant une sortie en rente viagère, seulement une partie de cette rente est imposable. Bien entendu, la fraction imposable d’une rente viagère d’un contrat d’assurance-vie est déterminée en fonction de l’âge de l’assuré au moment de la transformation du capital en rente. Voici un tableau récapitulatif de la rente viagère imposable (selon l’âge du souscripteur) :

Valeur de la rente viagère imposable (en %)

L’âge du souscripteur lors de la mise en place de la rente

70 % du montant de la rente Moins de 50 ans
50 % du montant de la rente Entre 50 et 59 ans
40 % du montant de la rente Entre 60 et 69 ans
30 % du montant de la rente Plus de 69 ans

 

Qu’en est-il de la fiscalité des intérêts (produits) issus des versements effectués depuis le 27 septembre 2017 ?

Il convient de souligner que le « flat tax » ou Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 % est en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Il est constitué de 12,8 % d’impôt sur le revenu et de 17,2 % de prélèvements sociaux. Le PFU s’applique aux retraits effectués sur un contrat d’assurance-vie dont les premiers versements datent du 27 septembre 2017.

Le PFU est de 12,8 % pour les contrats ayant une date d’antériorité fiscale inférieure à 8 ans (contre 7,5 % pour ceux dont l’antériorité fiscale est égale ou supérieure à 8 %). C’est la raison pour laquelle il est conseillé de conserver son contrat pendant 8 ans (au minimum) avant d’effectuer un rachat.

Notre sélection de 3 contrats d’assurance-vie

Pour choisir le meilleur contrat d’assurance vie, l’épargnant doit être très sélectif dans sa recherche en se basant sur les différentes caractéristiques du contrat d’assurance vie. Pour vous aider dans votre choix, nous avons sélectionné pour vous les 3 meilleurs contrats disponibles sur le marché.

A propos de l'auteur

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !