Economie et Finance

Salarié, voici comment investir votre prime de participation !

voici comment investir votre prime de participation

La prime de participation fait l’objet de nombreux débats actuellement. Environ 11 millions de salariés français sont concernés par cette prime annuelle. Il s’agit d’une obligation pour toute entreprise employant plus de 50 salariés. Pour les TPE et les PME de moins de 50 salariés, la prime de participation est accordée à titre volontaire. Voici comment investir efficacement votre prime de participation !

Prendre une décision dans un délai de 15 jours

La prime de participation est calculée et versée chaque année par les entreprises concernées. Il s’agit, pour rappel, d’un plan d’épargne salarial permettant de verser à tous les salariés une part sur les bénéfices de l’entreprise.

La prime de participation est accordée à titre obligatoire si votre entreprise emploie au moins 50 salariés par mois, et ce, au cours des 5 dernières années. La mise en place du dispositif doit intervenir au cours du 1er exercice comptable ouvert après la période de 5 ans d’emploi d’au moins 50 salariés.

L’entreprise peut clôturer ses comptes au 31 décembre. Dans ce cas, votre épargne salariale devrait vous être versée avant le 31 mai. Normalement, vous devez recevoir un avis d’option. Vous devez ensuite prendre une décision dans un délai de 15 jours. Au-delà, l’affectation de la moitié de votre participation dans un PEE (Plan d’Epargne Entreprise) sera inévitable. Et, elle sera bloquée durant une période de 5 ans. L’autre moitié sera automatiquement affectée dans un PER collectif. Elle sera bloquée jusqu’à l’âge de départ à la retraite. Il y a, bien sûr, quelques cas de déblocages anticipés.

Bon à savoir : la loi PACTE de 2019 vous permet de disposer d’un droit de rétractation de 1 mois pour la participation investie par défaut sur le PERCO.

Épargner une partie de votre prime et percevoir l’autre partie

Bien entendu, vous pouvez choisir de toucher directement votre prime de participation. Elle ne sera pas bloquée si vous respectez le délai réglementaire. En revanche, les sommes perçues sont soumises à l’impôt sur le revenu (IR). La fiscalité applicable varie en fonction de votre taux marginal d’imposition (TMI). Cela concerne notamment les foyers fiscaux imposables.

La solution ultime consiste à épargner une partie de vos primes et d’encaisser le reste. Votre facture d’imposition sera ainsi moins lourde. N’oublions pas que la vitre de participation est soumise aux CSG et CRDS au taux de 9,7 %. Vous réaliserez une économie d’impôt plus nette si vous êtes dans la tranche de 30 %. C’est logique !

Épargner une partie de votre prime et percevoir l’autre partie

En quittant votre entreprise fin août, vous devez normalement toucher des sommes calculées sur les neuf premiers mois de l’année. En effet, vos primes d’épargne salariale doivent vous être accordées au prorata des mois passés dans l’entreprise (l’ancienne firme). Pour échapper à l’IR sur les sommes placées dans le PEE, faites valoir le cas de déblocage anticipé pour cessation du contrat de travail après avoir placé les sommes dans le PEE. Bien entendu, vous pouvez laisser fructifier votre épargne salariale. Cela semble logique surtout si vous n’avez pas de projet à court terme.

  • Notons toutefois que vous supportez les frais de tenue de compte au cas où vous choisissez de conserver votre plan d’épargne salariale après avoir quitté l’entreprise. Ils sont heureusement plafonnés à 5 % des encours avec un maximum de 20 €/an sur le PERCO, en vertu de la loi PACTE.

Petit rappel sur la méthode de calcul de la prime de participation

Le montant des sommes versées au titre de la prime de participation est variable. Il peut varier d’une année à l’autre. Explications, il résulte des bénéfices réalisés par l’entreprise pendant l’exercice écoulé.

Une fois l’exercice clôturé, la part des bénéfices à distribuer aux salariés doit être immédiatement calculée. Techniquement, elle est appelée « réserve spéciale de participation ». La formule de calcul retenue par l’entreprise prend en compte différents éléments :

  • Bénéfice net (B)
  • Capitaux propres (C)
  • Salaires (S)
  • Valeur ajoutée de l’entreprise (V)

Voici la formule de calcul légale : [½(B – 5 % C)] x [S/V]

A propos de l'auteur

Julien Delarche

Philosophe de par sa formation, c'est la voie du journalisme que Julien a choisi pour sa carrière. Ses thématiques de prédilection : Finance, économie et investissement.

Dites nous ce que vous en pensez !