Immobilier

Comment évoluent les conditions de crédit immobilier en ce 4ème trimestre 2020 ?

Comment évoluent les conditions de crédit immobilier

Comme vous le savez sûrement déjà, les conditions d’accès au crédit immobilier se sont considérablement durcies depuis le début de l’année. Et la crise du Coronavirus que nous venons de traverser n’a visiblement pas arrangé les choses. Peut-on quand même espérer une évolution de la situation et obtenir un prêt immobilier plus facilement pour ce 4ème trimestre 2020 ? Vous trouverez des éléments de réponse dans cet article…

En fait, c’est le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) qui est à l’initiative du durcissement des conditions d’octroi au crédit immobilier en 2020. Pour cet organisme, l'objectif était d’améliorer la protection des emprunteurs et de freiner le nombre des demandes de crédit accordées qui avaient explosé en 2019.

Et bien, dans la pratique, les recommandations formulées par le HCSF ont exclut des centaines de milliers de ménages au crédit immobilier. Rien que sur le premier trimestre 2020, le nombre des demandes de crédit a déjà chuté de plus de 20 %.

Mais est-ce que ces données sont suffisamment alarmantes pour interpeller les banques ? Peut-on s’attendre à une “reconsidération” des conditions d’emprunt dans les mois à venir ? Pour de nombreux experts, le HCSF pourrait bien rester sur sa position…

Pour la Banque de France, l'évolution des conditions d’obtention de crédit devrait permettre à de nombreux ménages, surtout les ménages les plus modestes, d’accéder plus facilement au crédit immobilier. De même pour les banques en ligne où l'obtention du crédit immobilier est toujours en vigueur, on peut citer :

Quelles sont les conditions pour obtenir un crédit immobilier en 2020 ?

Quelles sont les conditions pour obtenir un crédit immobilier

Sachez que le HCSF a demandé aux banques françaises d’instaurer 2 mesures phares dans le cadre du durcissement des conditions d’obtention de prêt immobilier. Ces mesures sont déjà entrées officiellement en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Le première recommandation du HCSF était de réduire le taux d’endettement des emprunteurs à 33 % maximum.

Désormais, plus aucune banque ne vous accordera de crédit si votre taux d’endettement dépasse le tiers de vos revenus. Le HCSF a aussi décidé de limiter la durée des emprunts immobiliers à 25 ans maximum. Au-delà de 25 ans, toutes les demandes de crédit seront systématiquement refusées.

Mais ce n’est pas tout ! Le HCSF a également suggéré aux banques d’analyser minutieusement la situation financière de leurs clients avant d’accorder un crédit. Si vous comptez emprunter de l’argent à une banque pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez donc intérêt à vous constituer un dossier solide.

Non seulement vous devez avoir des revenus stables et réguliers, mais vous devez aussi avoir une bonne capacité d’épargne. Vous tenez vraiment à augmenter vos chances d’obtenir un prêt immobilier ? Dans ce cas, vous devez disposer d’une épargne résiduelle équivalente à 10 % de la valeur du bien que vous comptez acheter. Sachez également que les banques prêtent plus facilement lorsque vous leur demandez un crédit avec apport au lieu d’un crédit sans apport.

Conditions d’octroi de prêt immobilier : quelles évolutions pour ce 4ème trimestre 2020 ?

Crédit immobilier : va-t-on vers une crise sévère et durable ?

Effectivement, les conditions d’obtention de crédit ont quelque peu évolué à l’issue de la crise du Coronavirus. En ce 4ème et dernier trimestre 2020, certaines mesures importantes ont été prises par la Banque de France pour venir en aide aux emprunteurs.

Depuis le 1er octobre, le taux d’usure a par exemple été rehaussé à 2,68 % pour les crédits de plus de 20 ans. Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, le taux d’usure est le taux à partir duquel les banques ne peuvent plus prêter de l’argent.

Mais même si certaines restrictions ont été levées, cela ne signifie pas pour autant qu’il est dorénavant plus facile d’obtenir un crédit immobilier en 2020. A vrai dire, la décision de la Banque de France de rehausser le taux d’usure n’avantage pas forcément tous les profils d’emprunteur. Les personnes retraitées ou ceux qui ont des problèmes de santé graves par exemple n’ont absolument rien à gagner avec l’augmentation du taux d’usure.

En effet, pour ces catégories de personnes, l’assurance emprunteur reste encore très importante, ce qui peut inciter les banques à refuser leurs demandes. A cela vient également s’ajouter une augmentation progressive des taux d’intérêts ces derniers mois. Bref, la plupart des experts s’accordent à penser que les conditions d’octroi de crédit immobilier ne risquent visiblement pas de s’assouplir de si tôt …

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !