Immobilier

Crise sanitaire : quel impact sur votre investissement en OPCI ?

crise sanitaire : investissement en OPCI

L’investissement en OPCI est un type d’investissement immobilier en pierre-papier, au même titre que les SCPI ou les SCI. Et comme ces dernières, les impacts de la crise du Coronavirus se font quand même ressentir. C’est le moment de découvrir à quel point.

Qu’est-ce qu’une OPCI ?

opci

L’acronyme OCPI est l’abrégé pour Organisme de Placement Collectif en Immobilier. Il s’agit d’un produit d’investissement qui est apparu en 2008 et qui est régulé par L’Autorité des Marchés Financiers ou AMF. Sa nature est, en quelque sorte, un mélange entre actifs immobiliers et actifs financiers. C’est un investissement en pierre-papier dont les rendements attirent de plus en plus chaque année. Aux mêmes conditions que les SCPI, il s’agit d’un placement plutôt accessible dont la gestion est effectuée par des sociétés spécialement désignées et accréditées par l’AMF. Tout type d’épargnant est accepté parmi les associés des OPCI (qu’il soit une personne physique ou morale). Pour y accéder, tout investisseur doit acheter des parts comme avec tout investissement en pierre-papier. Ici, les sociétés de gestion investissent le capital obtenu, non seulement dans des biens immobiliers, mais aussi dans des titres en bourse.

Il existe une clé de répartition entre ces deux types d’actifs au moment de faire son achat de part. Ce sont les actifs du type immobilier qui doivent dominer le plus, car ils doivent au moins représenter 60 % de l’achat (90 % au maximum). Le reste servira à acheter les actifs boursiers (titres). Ce type d’investissement mixte présente les risques liés aux deux marchés concernés.

Souscrire aux parts de SCPI !
Vous pouvez obtenir toutes informations jugées utiles en consultant la plateforme en ligne Portail-SCPI, dédiée à l’investissement en SCPI.
Un conseiller spécialisé vous guide gratuitement.

Les impacts de la crise sanitaire actuelle

corona-virus-abLa situation liée à la crise du Coronavirus s’est vraiment empirée en mars 2020. Il s’agit d’un événement que même l’OMS n’a pas totalement réussi à prédire et c’est ce type de problème qui chamboule très vite les différentes branches de l’économie et les différents marchés. C’est un choc psychologique dont les conséquences ne sont pas encore tout à fait mesurables.

Mais une chose est sûre, la bourse s’affole et certaines sociétés cotées ont perdu beaucoup de valeur. Rien qu’en France, le CAC 40 enregistre une perte à hauteur de 15 % ! Pas de très bon augure. Les marchés financiers souffrent.

Par contre, pour un peu sauver la situation, l’immobilier, lui, dont l’actif est moins volatil, surtout dans le cadre de l’investissement en pierre-papier, présente quand même une certaine stabilité. Et heureusement que c’est le secteur qui pèse le plus dans la répartition des actifs des OCPI. Néanmoins, il ne faut pas perdre confiance. Les deux marchés finissent toujours par se relever. Il faut voir à long terme.

Bref, il y a de quoi avoir peur quant aux impacts actuels de la crise sanitaire du Coronavirus. Mais il ne faut pas non plus se lamenter. Les prévisions ne sont pas très précises, mais en tout cas, les OCPI ne sont pas encore en crise majeure.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !