Immobilier

Devriez-vous placer votre épargne en parts de SCPI en 2020 ?

Pourquoi devriez-vous placer votre épargne en parts de SCPI 

L’investissement en pierre papier ne date pas d’hier. Effectivement, les premières Sociétés Civiles de Placement Immobilier, désignées par l’acronyme SCPI, sont apparues dans les années 1960. Et pourtant, elles sont toujours populaires. De nombreux témoignages montrent que détenir des parts de SCPI permet de bénéficier de différents avantages. Il faudra bien entendu se poser quelques questions concernant le fonctionnement d’une SCPI avant de se jeter à l’eau.

Placer ses économies dans une SCPI en 2020 : bonne ou mauvaise idée ?

Pour rappel, une Société Civile de Placement Immobilier est un véhicule de placement collectif permettant d’investir dans l’immobilier professionnel à moindre coût. En fonction du nombre de parts souscrites, les associés d’une SCPI peuvent se constituer une épargne immobilière. Il faut souligner que les SCPI ont distribué un rendement moyen de 4,50 % en 2019. De ce fait, il s’agit d’un placement rémunérateur. C’est la société de gestion (le gestionnaire d’actifs) de chaque SCPI qui est chargée de la distribution des revenus, sous forme de dividendes, aux associés de la SCPI. Ceux-ci sont versés de manière régulière (généralement tous les trois mois) avant d’être imposés au titre de revenus fonciers.

Il est tout à fait envisageable de préparer sa retraite en investissant dans des parts de SCPI de rendement. Il faudra juste investir dans les meilleures SCPI du moment afin de tirer un maximum de profit de son placement. À noter que la performance globale d’une SCPI est évaluée en fonction de son Taux de Distribution sur Valeur de Marché (TDVM ou DVM).

Les SCPI championnes du marché sont CORUM XL et CORUM Origin, qui ont généré des rendements annuels respectifs de 7,91 % et 7,28 %.

Mais d’autres SCPI, comme Novapierre Allemagne, Épargne Pierre et Pierval Santé, sont de même à suivre de près pour 2020.

Est-il possible de souscrire des parts de SCPI via internet ?

La souscription de parts de SCPI peut bel et bien se faire via internet, et tout épargnant peut en souscrire autant qu’il le veut. Il faudra juste prendre en compte le minimum de souscription imposé par la société de gestion. Il est d’ailleurs possible d’acquérir des parts de SCPI à crédit dans l’objectif d’optimiser le rendement du placement.

Pour effectuer la souscription, nous vous recommandons de passer par un conseiller en gestion de patrimoine tel que le site Portail-SCPI.fr qui se sont spécialisés sur ce type de placement.

Souscrire aux parts de SCPI !
Vous pouvez obtenir toutes informations jugées utiles en consultant la plateforme en ligne Portail-SCPI, dédiée à l’investissement en SCPI.
Un conseiller spécialisé vous guide gratuitement.

Bon à savoir avant de souscrire des parts de SCPI en 2020

Bien évidemment, toutes les SCPI disponibles sur le marché ne permettent pas de percevoir des revenus réguliers. La distribution des dividendes (trimestriels) est une caractéristique propre aux SCPI de rendement. Les SCPI fiscales, quant à elles, offrent aux porteurs de parts la possibilité d’obtenir une réduction d’impôt sur le revenu, et il y a quelques conditions à remplir pour en bénéficier (durée de détention des parts, etc.). Il convient de souligner que les porteurs de parts (associés) sont imposables à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ce règlement est en vigueur depuis le 1er janvier 2018.

D’un point de vue concret, investir dans une SCPI permet de se constituer un patrimoine immobilier diversifié. De plus, les risques locatifs sont mutualisés en détenant des parts de SCPI de rendement. La possibilité de revendre ses parts de SCPI à tout moment est l’un des avantages d’un investissement en pierre papier. Il faut toutefois retenir que l’épargnant devra s’acquitter des frais de souscription pour revendre ses parts. Il est recommandé par l’AMF (l’Autorité des Marchés Financiers) d’attendre au moins 8 ans avant de procéder à une telle opération.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !