Immobilier

L’immobilier est-il une valeur refuge en 2022 malgré l’invasion en Ukraine ?

L’immobilier est-il une valeur refuge en 2022 malgré l’invasion en Ukraine 

En tant de crises, il est normal de se poser des questions quant à la manière de faire fructifier son capital. Il est évident qu’avec la montée des prix de l’énergie après l’application des sanctions et des restrictions sur la Russie, le taux d’inflation globale est en train de monter.

Ainsi, des véhicules de placement comme le Livret A sont à fuir. Habituellement, l’immobilier constitue toujours une valeur refuge grâce à la résilience affichée par ce secteur, même lorsque le monde vit des moments difficiles.

Risques présents, mais limités

Risques présents, mais limitésVers la fin du mois de février, le président Vladimir Poutine décide d’envahir l’Ukraine après plusieurs mois de tension entre la Russie, et le gouvernement de Kiev souhaitant intégrer l’OTAN.

Les Occidentaux ont donc décidé de confronter le kremlin à de lourdes sanctions en touchant notamment à l’une de ses principales ressources économiques, l’énergie (gaz et pétrole). Les marchés financiers se sont également affolés. Des tendances inflationnistes apparaissent ainsi un peu partout dans le monde.

Si une remontée des taux d’intérêt était donc attendue, ils restent plutôt stables pour le mois de mars. Une certaine hausse a bien été enregistrée, mais pas de quoi s’alarmer pour l’instant. L’augmentation moyenne est d’environ 0,2 point.

Par ailleurs, certains types d’actifs spécifiques seront quand même impactés de manière significative. Ainsi, une maison ou un appartement très énergivores aura plus de mal à se vendre ou à se louer.

De son côté le marché immobilier de luxe pourrait, lui, également en pâtir à cause des interdictions qui pèsent sur les oligarques russes. De plus, les coûts de construction devraient aussi partir à la hausse en même temps que les prix des matières premières.

Avis divergents des experts

httpswww.maginea.comp=160&preview=trueIl est en effet difficile de se mettre d’accord sur l’avenir qui attend le secteur immobilier. De nombreuses incertitudes laissent encore les experts perplexes malgré des signaux à première vue évidents.

La résilience constatée durant la crise du coronavirus permet quand même de garder espoir. De plus, le caractère de valeur refuge que revêt une propriété immobilière est aujourd’hui accentué par l’importante volatilité que connaît la bourse.

Les banques ne sont pas encore réticentes à accorder des crédits. Elles estiment alors que c’est un secteur qui en vaut toujours la peine malgré la situation.

En outre, depuis quelques années, les Français ont souvent été sensibilisés sur le fait de construire des habitations avec une meilleure efficacité énergétique. Plusieurs propriétaires ont déjà répondu à cet appel. Il existe encore beaucoup d’actifs qui ont le potentiel de générer de bonnes plus-values ou des loyers aux rendements corrects.

Bref, la guerre en Ukraine est un réel fléau qui fait peur à de nombreux épargnants. Néanmoins, pour les plus courageux qui souhaitent quand même se lancer dans un investissement, il est toujours pertinent de se tourner vers le secteur de l’immobilier malgré tout.

A propos de l'auteur

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !