Immobilier

Le point sur les programmes LMNP 2020 (Immobilier meublé)

Le point sur les programmes LMNP 2020

Il est tout à fait envisageable de se lancer dans un investissement immobilier locatif en LMNP en 2020. Évidemment, il est important de bien comprendre les principes de fonctionnement du statut LMNP avant toute prise de décision, sans oublier la fiscalité de ce type d’investissement. À noter que les programmes LMNP sont nombreux. De ce fait, il peut être difficile de faire le bon choix. Le point dans cette page.

Petit rappel sur le statut LMNP

Le statut Loueur Meublé Non Professionnel, désigné par l’acronyme LMNP, permet de se lancer dans un investissement locatif en meublé. Bien entendu, l’activité de loueur est assimilée à une activité commerciale. Grâce à cela, les revenus issus de la location du bien immobilier ne sont pas imposés dans la catégorie des revenus fonciers. En optant pour le statut LMNP, l’investisseur bénéficie d’une fiscalité avantageuse. Mais il faut remplir quelques conditions.

Tout d’abord, l’investissement locatif en LMNP doit constituer l’activité secondaire de l’individu. Il devra également générer moins de 23 000 euros TTC de revenu annuel grâce à son activité principale. Concernant les recettes générées, elles doivent représenter moins de 50 % du revenu global du foyer fiscal.

À noter que toute personne physique enregistrée au Registre du Commerce et des Sociétés ne peut être éligible au statut de LMNP.

Pour en savoir plus sur l'investissement en LMNP

L’essentiel sur la fiscalité d’un investissement en LMNP

LMNP

Seules les personnes physiques remplissant les conditions mentionnées plus haut sont donc éligibles au statut de Loueur Meublé Non Professionnel. Afin de bénéficier de tous les avantages d’un tel investissement, il faudra choisir entre deux régimes fiscaux bien distincts : le Micro BIC et le régime Réel (simplifié).

Le régime Micro BIC s’adresse particulièrement aux petits investisseurs dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 70 000 euros.

Grâce au statut LMNP, un abattement de 50 % s’applique sur les recettes locatives encaissées. S’il s’agit d’une chambre d’hôte ou d’un gite (meubles de tourisme classés), ce taux peut monter à 71 %. Dans ce cas de figure précis, le plafond des recettes annuelles est fixé à 82 800 euros. Malheureusement, la déduction des charges est impossible avec le régime Micro BIC.

Si les recettes locatives du propriétaire bailleur sont supérieures à 70 000 euros, le régime réel s’applique automatiquement. Mais il existe des exceptions permettant à tout investisseur qui perçoit des recettes annuelles inférieures à 70 000 euros d’opter pour ce régime fiscal. En ce qui concerne les bénéfices du régime simplifié, il y a l’amortissement de la valeur du bien acquis, des meubles qui s’y trouvent ainsi que des travaux entrepris, sans oublier la déduction de l’ensemble des dépenses relatives à l’activité de LMNP. Il s’agit plus précisément des frais de gestion et d’acquisition, des intérêts d’emprunt ainsi que des charges de copropriété.

Quelques exemples d’un investissement locatif en LMNP

Comme il a été déjà mentionné, les programmes LMNP en 2020 sont multiples, et le choix n’est pas facile à faire, notamment pour les primo-accédants. Il est, entre autres, tout à fait envisageable d’investir dans un logement neuf de 25 m² situé à Lille avec le statut LMNP en optant pour le régime Micro BIC. Le coût total de l’investissement peut atteindre 85 000 euros, et le loyer annuel serait de 7 000 euros. Le montant total des charges annuelles est estimé à 500 euros.

Après abattement forfaitaire de 50 % sur les recettes locatives annuelles, la somme imposable est de 3 500 euros. Même si le coût total de l’opération a été soustrait de 17 000 euros de TVA, et que le total des charges était de 200 euros, le résultat final est toujours de 3 500 euros. Mais les choses seront complètement différentes avec le régime réel (simplifié). En soustrayant les loyers annuels (7 000 euros) des charges déductibles (4 000 euros), la somme totale imposable est de 3 000 euros (contre 3 500 euros en régime Micro).

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !