Immobilier

L’investissement en immobilier non-coté : 3 choses à savoir absolument avant se lancer

L’investissement en immobilier non-coté 3 choses à savoir absolument avant se lancer

Il peut être avantageux d’investir dans le non coté à condition de maîtriser son évolution. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce type de placement.

On dit souvent qu’investir dans le non coté s’avère plus intéressant d’un point de vue à la fois économique et financier. Mais cela est-il véritablement basé sur des faits réels ? Afin d’y apporter une réponse claire et complète, voici tout ce qu’il faut savoir sur l’investissement en non coté..

3 choses à savoir sur l’investissement en non noté (ou Private Equity)

3 choses à savoir sur l’investissement en non noté (ou Private Equity)Premièrement, le non coté permet de se constituer un portefeuille d’actifs diversifiés avec un ticket d’entrée très accessible

Investir dans une société de Private Equity permet d’accéder à des avantages intéressants. On peut notamment se constituer un patrimoine diversifié, mais aussi un ticket d’entrée très accessible. Par le biais des plateformes de « crowdfunding » ou « crowdequity », on investit dans une ETI ou PME avec un budget de 1 000 €.

Le « crowdlending » constitue également une solution envisageable pour investir dans le non coté. Il s’agit d’une variante du financement participatif ou « crowdfunding ». Le concept du crowdlending consiste tout simplement à prêter un capital à des PME (non cotée), en contrepartie d’une rémunération. Les projets finançables sont sélectionnés sur une plateforme digitale. Il en est de même pour un investissement en crowdfunding.

La diversification de son portefeuille d’actifs reste l’une des stratégies recommandées par les gestionnaires privés. Elle permet de réduire les risques liés à la détention des actifs. Les actions non cotées ne sont pas corrélées aux marchés financiers. Sur une longue période (entre 2007 à fin 2016), leur performance nette avoisinait les 8,7 %, contre seulement 3 % pour le CAC 40. C’est le plus important indice boursier en France.

Deuxièmement, investir dans le non coté donne du sens à son investissement en contribuant au développement économique du pays

En France, le non coté est devenu accessible à tous les investisseurs. Il s’agit d’un secteur porteur autrefois réservé aux investisseurs institutionnels. Les entreprises non cotées contribuent activement au développement de l’économie réelle. En choisissant d’y investir une partie de son capital, on donne un sens à son investissement.

De nombreuses PME non cotées développent des projets sociaux et économiques. Elles manquent souvent de fonds pour concrétiser. C’est ainsi que les plateformes de financement participatif ont vu le jour. Elles permettent aux investisseurs d’apporter leur contribution aux avancées futures des PME non cotées.

Logiquement, les projets financés, via une plateforme de crowdfunding, donnent naissance à de nouveaux emplois. Ils permettent aux jeunes de trouver facilement du travail, c’est-à-dire dès la fin de leur cursus universitaire. En d’autres mots, les entreprises non cotées contribuent à la croissance économique d’un pays.

En somme, les sociétés non cotées permettent aux épargnants français d’investir dans l’économie réelle. Elles favorisent la création de nouveaux emplois dans les zones d’implantation de leurs projets respectifs. Par conséquent, leur existence s’avère très bénéfique pour l’attractivité et le dynamisme d’une région ou d’une ville.

Troisièmement, vous bénéficiez d’une exonération fiscale en investissant dans une entreprise non-cotée

Troisièmement, vous bénéficiez d’une exonération fiscale en investissant dans une entreprise non-cotéeLa fiscalité est l’une des principales raisons qui encouragent les investisseurs (particuliers) à investir dans le non coté. À titre de rappel, le dispositif de défiscalisation IR-PME permet une exonération d’impôts à hauteur de 18 %. Pour y prétendre, l’épargnant doit placer son capital dans une PME non cotée. Il peut également s’agir d’une ETI ou d’une TPE.

Un certain nombre de conditions doivent être remplies pour jouir de l’exonération fiscale afférente aux PME non cotées. Il y a notamment un plafond de versement à respecter, qui s’élève à 50 000 € par année civile, le dispositif IR-PME étant associé à la loi Madelin. Il permet aux personnes (physiques) concernées de déduire une part des capitaux investis dans une PME française et européenne.

Outre la fiscalité, la rentabilité figure aussi parmi les atouts des fonds d’investissement non cotés. Les fonds d’investissement non cotés dégagent, en moyenne, 9,7 % de rendement chaque année. C’est nettement plus attrayant par rapport aux autres produits d’épargne classique, à l’instar du Livret A (0,5 %). Il faudra porter une attention toute particulière à la PME non cotée sur laquelle on souhaite placer une partie de son capital. Idéalement, elle doit jouir d’une bonne santé financière et fiscale.

Investir dans le non coté : comment s’y prendre ?

Le fait de détenir, dans son portefeuille d’actifs, des obligations ou des participations afférentes à une PME non cotée permet à un investisseur (institutionnel ou particulier) d’obtenir le titre d’actionnaire. En contrepartie d’une longue durée de détention (5 ans voire plus), il perçoit les plus-values générées par l’entreprise. Les rendements avoisinent souvent les 10 %, surtout pour les PME non cotées de renommée internationale.

Il est possible de choisir entre différents types de fonds d’investissement non cotés. La logique veut que l’on investisse dans les plus connues d’entre eux. On peut citer notamment :

Pour devenir l’un des actionnaires d’une entreprise française non cotée, il suffit de se rendre sur une plateforme de crowdfunding, crowdlending ou crowdequity. Certes, ce sont différentes solutions de financement participatif. Cependant, leurs modes de fonctionnement sont presque identiques.

A propos de l'auteur

Bastien

Bastien

Journaliste pour de multiples thématiques d'actualités, j'écris des articles pour Enquête&Débat depuis plusieurs mois.

Dites nous ce que vous en pensez !