Autres

Hausse des tarifs réglementés d’EDF au 1er août, quel impact sur votre facture ?

EDF

Le prix de l’énergie est aujourd’hui un élément qui préoccupe un grand nombre de consommateurs. Les dépenses liées à l’électricité sont particulièrement concernées. Le contexte actuel est pourtant favorable à des hausses. Les tarifs réglementés de vente ont d’ailleurs fait l’objet d’une revalorisation de 4 % à la date du 1er février 2022. Le 1er août était censé marquer l’adoption d’une nouvelle évolution de ce TRV. Quels sont donc les changements qui ont été faits ?

Tarifs Réglementés de Vente EDF : qu’est-ce que c’est ?

EDF ou Électricité de France est le fournisseur historique de courant au niveau de l’Hexagone depuis des décennies. Il met ainsi à disposition différentes offres spécifiques qu’il est le seul à pouvoir proposer. Les TRV sont justement les prix de référence qui s’appliquent alors dans ce cadre, dont le principe a été mis en place dans les années 40.

Actuellement, ce mode de tarification n’est uniquement valable que pour les particuliers si, auparavant, les professionnels pouvaient aussi en profiter. Le pouvoir public, c’est-à-dire l’État qui détermine quels montants les consommateurs devront prendre comme base, et ce, à travers la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). Des propositions sont alors faites chaque année, au 1er février et au 1er août.

Gel décidé pour le 1er août 2022

Depuis la moitié de l’année 2021, le secteur de l’énergie connaît une forte inflation incitant les autorités compétentes à établir un « bouclier tarifaire » pour 2022. De ce fait, une seule revalorisation du TRV a été prévue et elle est entrée en vigueur au début du mois de février (augmentation de 4 %).

Cela implique un gel jusqu’à nouvel ordre des prix. Aucune modification ne s’est alors faite ce 1er août. Les barèmes que les bénéficiaires devront suivre sont ainsi les mêmes qu’en début d’année. Les factures EDF des particuliers ne connaîtront pas de changements majeurs d’ici décembre.

Des mesures exceptionnelles pour maintenir les tarifs

Il faut savoir que la hausse de 4 % de février ne reflète absolument pas les réalités du marché et les calculs qui ont été faits par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). Cette dernière avait recommandé une augmentation de 44 % pour 2022, ce qui aurait sûrement eu de graves conséquences sur la stabilité sociale du pays.

Afin de ne pas en arriver-là, une baisse de la Contribution au Service Public de l’Électricité (le TICFE) a été décidée. Des volumes supplémentaires d’Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique ont également été attribués.

A propos de l'auteur

julien delarche

Julien Delarche

Philosophe de par sa formation, c'est la voie du journalisme que Julien a choisi pour sa carrière. Ses thématiques de prédilection : Finance, économie et investissement.

Dites nous ce que vous en pensez !